Rousserolle stentor

Acrocephalus stentoreus - Clamorous Reed Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Acrocephalidés

  • Genre
    :

    Acrocephalus

  • Espèce
    :

    stentoreus

Descripteur

(Hemprich Ehrenberg, 1833)

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : 21 à 24 cm.
  • Poids
    : 22 à 31 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cette rousserolle de taille moyenne au plumage uni et à la silhouette trapue a des mensurations pratiquement analogues à celles de la Rousserolle turdoïde. Toutefois, elle possède des ailes plus courtes, un bec, une queue et des pattes légèrement plus longilignes. Son bec est puissant et ses pattes sont fortes. Ses ailes et sa queue sont arrondies. Ses couvertures sous-caudales sont relativement allongées. Sa livrée est plutôt terne et uniforme. Compte-tenu de la multiplicité des sous-espèces, de l'usure et de la décoloration que cette dernière entraîne, la teinte du plumage est assez variable selon les régions et selon les saisons. Néanmoins, la race nominale présente des partes supérieures brun-olive avec une légère nuance rousse sur le croupion et les couvertures sus-caudales. En plumage frais, elle se distingue des races orientales qui ont un dessus olive grisâtre froid. Les parties inférieures affichent une couleur crème à chamois-fauve avec des petites infiltrations chamois grisâtre sur les côtés de la poitrine et sur les flancs. Le bas de la gorge ne porte pas de stries. Les motifs de la face sont moins prononcés que chez la Rousserolle turdoïde et le sourcil blanc est plus terne et moins large.
Les juvéniles ont un dessus plus éclatant, plus brun-cannelle, moins gris que celui des adultes. Leur dessous est blanc mais avec une poitrine et des flancs plus chamoisés. En plumage frais, les rémiges et la queue sont gris sombre, avec des bordures brun-cannelle sur les rectrices extérieures. Le dessous de l'aile et les axillaires sont chamois.

Indications subspécifiques 10 Sous-espèces

  • Acrocephalus stentoreus stentoreus (widespread, also New Guinea)
  • Acrocephalus stentoreus levantinus (Israel, Jordan, Syria and nw Arabia)
  • Acrocephalus stentoreus brunnescens (Red Sea region to Kazakhstan and n India)
  • Acrocephalus stentoreus amyae (ne India, Burma, Thailand and s China)
  • Acrocephalus stentoreus meridionalis (s India and Sri Lanka)
  • Acrocephalus stentoreus siebersi (w Java)
  • Acrocephalus stentoreus harterti (Philippines)
  • Acrocephalus stentoreus celebensis (s Sulawesi)
  • Acrocephalus stentoreus lentecaptus (Borneo, c and e Java, w Lesser Sundas)
  • Acrocephalus stentoreus sumbae (c and e Lesser Sundas, s Moluccas, New Guinea, Bismarck Arch. And Solomon Is.)

Noms étrangers

  • Clamorous Reed Warbler,
  • Carricero estentóreo,
  • Felosa-ruidosa,
  • Stentorrohrsänger,
  • hosszúcsőrű nádirigó,
  • Туркестанская камышевка,
  • 噪苇莺,
  • Indische Karekiet,
  • Cannareccione stentoreo,
  • Papyrussångare,
  • Stentorsanger,
  • trzciniak głośny,
  • trsteniarik dlhozobý,
  • rákosník hlučnohlasý,
  • Papyrussanger,
  • papyruskerttunen,
  • ,
  • チュウヨシキリ,

Voix chant et cris

Rousserolle stentor
adulte

Le chant est assez typique de celui de toutes les rousserolles du genre Acrocephalus. Bien qu'il soit moins rauque et que les notes soient plus mélodieuses, il ressemble assez étroitement à celui de la Rousserolle turdoïde. Les "Karra-karra-kareet-kareet- kareet" de même que les "prit-prit-pritik" sont communs aux deux espèces. Au répertoire commun, on peut également rajouter un "too-too-too" et un "woochee-woochee". Chez la rousserolle stentor, le rythme est plus saccadé et les notes sont plus aiguës, plus gracieuses et plus musicales avec d'évidents caquètements grinçants et un "ro-do-peek-kiss" caractéristique. Les rousserolles stentor imitent parfois d'autres oiseaux. Leurs cris d'appel variés comprennent des "ke", des "chur-r chur-r", des "chacks" et des "ptchuck" qui sont répétés continuellement.

Habitat

Les rousserolles stentor fréquentent principalement les étendues de papyrus et les roselières, des plaines jusqu'aux steppes, les vallées et même les tout petits massifs de roseaux le long des torrents de montagne jusqu'à 1500 m en Russie. On peut les trouver jusqu'à 3000 m dans l'Himalaya. Elles apprécient un grand nombre de végétations riveraines, en particulier les petits saules le long des cours d'eau, des fossés d'irrigation, des mares, des lagons et des étangs marécageux. Elles pénètrent volontiers à l'intérieur des terres agricoles et plus spécialement dans les champs de maïs. Pendant la migration et sur les lieux d'hivernage, on les retrouve dans les mêmes lieux que ceux cités précédemment, mais en plus de ça, elles vivent dans des endroits plus arides tels que les broussailles d'acacia et les lieux cultivés éloignés des points d'eau. Pendant cette dernière période, elles s'installent également dans les mangroves, les marécages, les champs de canne inondés par les eaux ou dans les bouquets de tamaris situés en milieu humide.
La rousserolle stentor est un des sylviidés les plus répandus. Sa vaste aire de distribution couvre la presque totalité du continent asiatique hormis la Sibérie et le Proche-Orient. Elle s'étend de l'Egypte et du Sinaï jusqu'en Australie, en passant par l'Iran, l'Inde, la Chine et les îles de la Sonde.
Cet oiseau comprend les sous-espèces suivantes : Acrocephalus stentoreus amyae (nord de l'Inde, Thaïlande, péninsule indochinoise) - Acrocephalus stentoreus brunnescens (Iran, Afghanistan et du nord-ouest de l'Inde) - Acrocephalus stentoreus celebensis (Sulawesi) - Acrocephalus stentoreus harterti (Philippines) - Acrocephalus stentoreus lentecaptus (îles de Lombok et Sumbawa, en Indonésie) - Acrocephalus stentoreus levantinus (Israël, rive jordannienne du Jourdain et le long de la mer Morte) - Acrocephalus stentoreus meridionalis (Sri Lanka) - Acrocephalus stentoreus siebersi (ouest de l'île de Java) - Acrocephalus stentoreus stentoreus (Égypte et Sinaï) - Acrocephalus stentoreus sumbae (Moluques et île de Sumba) - Acrocephalus stentoreus australis (sud-est et est de l'Australie) - Acrocephalus stentoreus toxopei (Nouvelle-Guinée à Nouvelle-Bretagne, îles Salomon, Queensland) - Acrocephalus stentoreus gouldi (sud-ouest de l'Australie) - Acrocephalus stentoreus carterae (nord-ouest de l'Australie).

Comportement traits de caractère

Les rousserolles stentor vivent en solitaire ou en couples, bien que, pendant la période de nidification, elles forment souvent des colonies nombreuses répandues sur un espace relativement réduit. Elles ne sont pas particulièrement timides et on peut assez éventuellement les approcher, pourtant elles sont bien souvent insaisissables et difficiles à observer dans la mesure où elles passent la plupart de leur temps dans la végétation épaisse située au bord de l'eau. Les mâles chanteurs délivrent leurs notes aiguës à une faible hauteur dans les roseaux, ou par intermittence du sommet d'un roseau ou d'un arbre. Leur vol est moins laborieux que celui de la Rousserolle turdoïde. Elles volent plus librement et plus puissamment que la plupart de leurs congénères de petite taille, mais elles demeurent habituellement à une hauteur plus proche du sol. Leurs déplacements sont lents et maladroits et il leur arrive souvent de heurter des branches. Elles ont une allure assez alerte lorsqu'elles grimpent, sautillent ou se glissent entre les feuillages. Elles adoptent principalement une stature horizontale. La plupart des races sont sédentaires. Seules les races amyae et brunnescens ont une aire d'hivernage différente de l'aire de nidification. La première migre dans le nord de la Thaïlande et aux îles Andaman, la seconde migre en Inde et au Sri Lanka.

Alimentation mode et régime

Les rousserolles stentor se nourrissent principalement d'insectes et d'autres invertébrés. Elles capturent leurs proies dans les feuillages ou en sautillant sur le sol à proximité de l'eau.

Reproduction nidification

La saison de nidification varie selon les régions : elle se déroule de mars à fin juin en Egypte, d'avril à fin juillet en Israël, de la mi-mai jusqu'en août au Tajikistan, de mars à août sur le sous-continent indien (surtout juin et juillet au Cachemire). Cet oiseau est monogame ou partiellement polygame. Le nid est construit principalement par la femelle. C'est une coupe cylindrique profonde et massive faite de feuilles sèches et d'inflorescences de roseaux, de fibres végétales et d'herbes. L'intérieur est tapissé de matériaux plus raffinés (crin de cheval, laine, laîches). Des mousses sèches et de la paille sont parfois utilisées.Le diamètre extérieur mesure 9 à 13 cm, la hauteur varie de 8 à 23 cm. Le diamètre intérieur est de 5 à 6,5 cm , la profondeur de la coupe 5 à 7 cm. Le nid est placé entre 10 cm et 2 m de hauteur (le plus souvent entre 40 et 80 cm) au-dessus de l'eau, dans les roseaux ou une autre végétation aquatique. La ponte comprend 3 à 6 oeufs. qui sont couvés par femelle seule pendant 13 à 15 jours. Les poussins sont élevés et nourris par les deux parents. Le séjour des jeunes au nid dure entre 11 et 13 jours.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/04/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net