Rufipenne de Tristram

Onychognathus tristramii - Tristram's Starling

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sturnidés

  • Genre
    :

    Onychognathus

  • Espèce
    :

    tristramii

Descripteur

Sclater, PL, 1858

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : 44 à 45 cm.
  • Poids
    : 100 à 140 g
Distribution

Distribution

Description identification

À l'exception de la longue tache rouge cuivrée qui couvre presque la totalité des primaires, le reste du plumage est noir brillant. La queue présente un aspect arrondi et toutes les rectrices sont de la même longueur. Le bec et les pattes sont puissants, lui donnant l'allure d'un étourneau. Chez la femelle, le capuchon, la nuque, les côtés de la tête, le menton et la gorge affichent une teinte grise. Des stries sombres recouvrent les plumes de la partie postérieure de la calotte, de la nuque ainsi que celles du bas de la gorge. La barre alaire est légèrement plus fine et plus claire. L'iris est brun, le bec brun sombre, les pattes noires.
Les juvéniles ressemblent aux mâles. Ils possèdent une tête sombre mais leur plumage paraît plus terne, moins brillant que celui des adultes. Les populations du sud de l'aire de distribution sont parfois séparées de la race nominale sous le nom suivant : Onychognathus tristamii hadramaticus. Cependant, les différence dans la taille et dans la coloration du plumage sont si minimes que, la plupart du temps, cette rufipenne est traitée comme une espèce monotypique.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Tristram's Starling,
  • Estornino de Tristram,
  • Estorninho-de-asa-ruiva,
  • Tristramstar,
  • fuvolázó fényseregély,
  • Tristrams Spreeuw,
  • Storno di Tristram,
  • Sinaiglansstare,
  • Klippestær,
  • liskavec roklinový,
  • špaček Tristramův,
  • Tristrams Sortstær,
  • rotkorakkeli,
  • estornell de Tristam,
  • Gljúfurstari,
  • czarnotek arabski,
  • sarkanspārnu strazds,
  • izraelski rdečeperutec,
  • Тристрамов длиннохвостый скворец,
  • トリストラムクリバネテリムク,
  • 红海栗翅椋鸟,
  • 紅海栗翅椋鳥,

Voix chant et cris

La Rufipenne de Tristram émet un cri d'alarme rauque. Elle produit également des sifflements musicaux et agréables qui sont assez semblables à ceux de la Rufipenne morio.

Habitat

À l'origine, la Rufipenne de Tristram était confinée dans les montagnes désolées et les zones rocheuses, pouvant atteindre jusqu'à 3 200 mètres au Yémen. Elle évitait la crête aride des massifs montagneux et vivait en priorité dans les ravins, dans les canyons et sur les falaises, à différentes altitudes jusqu'au niveau de la mer. On la trouvait également dans les zones arides bordant les montagnes, dans la végétation qui pousse au fond du lit des oueds ainsi qu'à la lisière des cultures et des jardins. Depuis peu de temps, la Rufipenne de Tristram s'est adaptée aux zones urbaines où elle a trouvé de nouvelles ressources alimentaires et des sites de nidification qui lui conviennent, dans des grands immeubles abandonnés.
De toutes les rufipennes, c'est la seule qui ne réside pas sur le continent africain. En effet, la Rufipenne de Tristram est endémique de la péninsule arabique. Son aire de distribution s'étend le long du littoral méridional, du Yémen sans discontinuer jusqu'au Sinaï et Israël.

Comportement traits de caractère

Environ 2 semaines après qu'ils aient quitté le nid, les jeunes oiseaux se regroupent en bandes formées exclusivement de juvéniles. Malgré cela, ils restent dépendants de leurs parents qui continuent à les nourrir pendant une période qui peut atteindre jusqu'à 40 jours. Au cours de la période de reproduction, on a pu observer un curieux cas d'infanticide. Après avoir sans doute chassé le mâle en place, un autre mâle a tué tous ses petits et entrepris de faire la cour à sa femelle. Au cours de la période nuptiale, le mâle fait des offrandes rituelles de nourriture à sa partenaire (insectes), mais apparemment il ne pratique pas le lissage de plumes.
En hiver, les Rufipennes de Tristram se regroupent en larges bandes. Au mois de novembre, au Nord-Yémen, des groupes de plus de 300 oiseaux ont pu ainsi être observés.

Alimentation mode et régime

La Rufipenne de Tristram se nourrit principalement de fruits et d'insectes. Son menu est composé d'un grand nombre de végétaux qu'il trouve dans le désert : figues, dattes, raisins, salicornes et graines d'acacia. Elle capture un grand nombre d'invertébrés : sauterelles, papillons, abeilles, mouches et coléoptères. Elle raffole de petits escargots du genre Helicella dont elle brise la coquille en se servant des rochers comme d'une enclume. Cet oiseau a un trait commun avec le Pique-bœuf africain, qui comme lui, appartient à la famille des Sturnidés. En effet, aux points d'eau, il s'installe sur l'échine du bétail (ânes, chameaux), des bouquetins et il les débarrasse de leurs tiques et autres parasites.

Reproduction nidification

Le nid est placé dans une cavité profonde, une crevasse de falaise ou une fissure de mur de bâtiment, à une hauteur qui varie de 6 à 21 mètres au-dessus du sol. Le mâle et la femelle unissent généralement leurs efforts pour le réaliser. Les nids construits dans le milieu urbain sont fabriqués avec des branches de tamaris vert. L'intérieur de la coupe est parfois garni de feuilles d'acacia et de plumes de pigeon. En revanche, la boue n'est jamais utilisée. La ponte comprend 2 à 4 œufs qui sont couvés par la femelle seule pendant environ 16 jours. Les œufs sont de couleur bleu-ciel brillant, avec quelques taches brunes éparpillées sur le côté le plus large de la coquille. Ils mesurent en moyenne 27 mm sur 20,5 et pèsent environ 5 grammes et demi. Pendant que sa partenaire couve, le mâle monte la garde à proximité et se charge de refouler tous les étourneaux ou les moineaux qui tentent de s'approcher du nid. Pendant la première semaine, la femelle couve les poussins. Par la suite, les deux adultes ravitaillent les jeunes qui répondent à leurs appels lorsqu'ils rapportent la nourriture. Les oisillons séjournent au nid de 28 à 31 jours.
En Israël, la saison de nidification se déroule de mars à juin et, pendant cette période, il y a souvent deux nichées. Le même nid est utilisé pour la seconde couvée. Une fois qu'ils ont quitté le nid, les jeunes oiseaux sont encore soignés par leurs parents au moins pendant une dizaine de jours.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population n'est pas menacée. C'est une espèce familière qui s'adapte très bien au contact de l'homme et qui a colonisé de nouveaux espaces, notamment dans les milieux urbains et les agglomérations. En Israël, ses effectifs sont en augmentation.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/04/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net