Saphir à oreilles blanches

Basilinna leucotis - White-eared Hummingbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Basilinna

  • Espèce
    :

    leucotis

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 10 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 3.2 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle, le bec est étroit, rouge et pointé de noir. Le front bleu-violet étincelant est démarqué par une ligne post-oculaire blanche, les couvertures auriculaires sont noires. Les parties supérieures vertes se terminent par un bas du dos noir et des sous-caudales rousses.
Le menton a la même couleur que le front, la bavette est vert-turquoise irisé. Le reste du dessous est vert grisâtre. La queue est légèrement recourbée. Les rectrices centrales sont entièrement vertes, les rectrices externes ont des liserés verts.
La femelle a un bec rectiligne, un maxillaire noire, une mandibule rouge avec une pointe sombre. Le trait oculaire forme une rayure, les oreillons noirs tranchent avec le capuchon brun. Le reste du dessus est vert excepté le bas-ventre et les sous-caudales qui sont bordés de roux. La gorge blanche contraste avec le dessous moucheté de vert. Les rectrices ont des bordures brunes et des pointes ivoire.
Les juvéniles ressemblent aux adultes femelles. Chez les sous-espèces, le dessous est moins vert. La queue présente sensiblement les mêmes motifs.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Basilinna leucotis borealis (se Arizona. USA. , n Mexico)
  • Basilinna leucotis leucotis (c and s Mexico, Guatemala)
  • Basilinna leucotis pygmaea (El Salvador, Honduras and Nicaragua)

Noms étrangers

  • White-eared Hummingbird,
  • Colibrí Orejiblanco,
  • Weißohrsaphir,
  • Witoorsaffierkolibrie,
  • Colibrì guancebianche,
  • Vitörad kolibri,
  • Hvitørekolibri,
  • kolibrík borinový,
  • kolibřík bělouchý,
  • Hvidøret Safir,
  • juovasafiirikolibri,
  • colibrí d'orelles blanques,
  • szafirek białouchy,
  • baltausu kolibri,
  • Белоухий сапфир,
  • ミミジロサファイアハチドリ,
  • 白耳蜂鸟,
  • 白耳紅嘴蜂鳥,

Voix chant et cris

Le chant est un série de double-notes constamment répétées "chi-dit, chi-dit" ou de simples "tink... tink... tink" sur le ton de la conversation. Les cris sont parfois entremêlés de bavardages descendants.

Habitat

Dans l'extrême nord du Mexique et aux États-Unis, les Saphirs à oreillons blancs vivent surtout dans les canyons, au Mexique ils résident surtout dans les forêts tempérées de 1 170 à 3 000 mètres dans les biotopes qui sont les plus favorables à la nidification. Dans la partie centrale du Mexique, ces oiseaux résident dans les forêts mixtes de pins et de chênes. C'est d'ailleurs là qu'ils sont les plus répandus. Au Salvador, les Saphirs à oreillons blancs vivent de 1 200 à 2 400 m, plus au sud ils intègrent les forêts de pins et les lisières des forêts de nuages et les clairières.
Peu d'informations sont disponibles sur l'habitat de cette espèce au nord du Rio-Grande, car elle vit très rarement aux États-Unis. Les habitats boisés proches de la frontière mexicaine enregistrent généralement la chute des feuilles entre juin et août. Dans la Sierra Huachuca, en dehors de l'Arizona et le Texas, les seuls signalements proviennent du Nouveau-Mexique. Dans cette région montagneuse moyenne, on le trouve dans les monts Animas en juin et en juillet. Dans la vallée du Mexique, on assiste à de nombreuses et variables populations dont le développement dépend à la fois des pluies et de la prolifération des insectes.
Toutefois, hors du Mexique, la reproduction intervient à d'autres mois de l'année, tels que les mois du printemps dans la Colima, et l'hiver dans les hauts massifs du Guatemala.
Donc, l'extension de la saison de reproduction dépend grandement des variations régionales de cet oiseau.
Dans le voisinage du district fédéral de Mexico City, il y a une grand proportion de montagnes dans lesquelles cet oiseau migre de façon altitudinale et selon le climat.
Bien que cette espèce soit capable de bouger à tous les mois de l'année, lors de la saison sèche il y a une absence flexible de végétaux qui sont habituellement nécessaires pour la construction des nids. Par conséquent, les différences entre les nidifications permanentes et les couvaisons périodiques sont assez notables.
En cas de différence thermique entre le mois d'octobre et celui de décembre, les Saphirs à oreillons blancs conservent la même aire hivernale et restent dans les hautes montagnes jusqu'à mai.
Il y a donc une certaine variation entre les populations sédentaires et celles qui sont partiellement migratoires.

Comportement traits de caractère

La femelle seule est responsable de la construction du nid. Certains sont distants de 12 mètres, d'autres sont séparés de 30 à 35 mètres les uns des autres. Ils ont 50 mm de diamètre et 25 mm de profondeur. Selon la taille, la construction requiert de 20 à 70 jours, ce qui implique que cette espèce peut être qualifiée d'oiseau à reproduction lente. Plusieurs femelles collaborent parfois pour hiverner dans un tel nid. Les nids de construction ancienne qui reçoivent une restauration rapide sont terminés en 16 jours au maximum. Les nids entièrement neufs demandent parfois plus de 50 jours.
Au Mexique, les oisillons de certains nids prennent leur envol environ 27 jours après l'éclosion. Au bout de 8 jours, les plumes pointues des rectrices commencent à apparaître et les sourcils viennent à surgir au bout de 9-10 jours.
Les oisillons sont nourris la nuit par leurs parents mais ils deviennent indépendants au bout de 40 jours.
En dépit du soin parental minutieux, les couvées bénéficient d'un taux de réussite assez modeste. Au Mexique, sur 39 œufs éclos, 12 parviennent seulement à l'envol : ("coefficient 32,5%").

Alimentation mode et régime

Selon la plupart des ornithologues, cette espèce marque une nette préférence pour les fleurs, de préférence celles qui ont une couleur écarlate ou rouge. Elle glane également des insectes d'une grande quantité de fleurs et, en hiver, elle les poursuit dans les airs pour les attraper. Au Guatemala, une des principale plantes qui pousse au début de la saison des nids est la Bidens refracta, de la famille des Asteracées qui sont favorables à la nidification et à l'alimentation. La consommation de parcelles de Penstemons, favorise la résurgence de colibris à la magnifique gorge bleue.

Reproduction nidification

Au Guatemala, les mâles deviennent sexuellement actifs aux environs de la fin de la saison des pluies. Les plantes fleurissent juste à la fin de la saison sèche et les corolles s'ouvrent, rendant possible la collecte du nectar.
Les mâles, au nombre de sept individus au maximum, se réunissent pour chanter dans des aires de parades. Les compétiteurs sont assez distants les uns des autre, mais ils sont suffisamment proches pour que leurs chants soient bien entendus. La distance entre 2 emplacements dans le lek est de 18 à 30 mètres et la totalité du dispositif mesure environ 200 mètres. Certains géniteurs chantent en solitaire et restent distants des autres membres du groupe. Quelque soit la stratégie qui est adoptée, les mâles saphirs se perchent sur une branche horizontale entre 1 et 12 mètres au-dessus du sol.
Chaque chanteur émet un "Tink" qui sonne comme une cloche qui est répété sans cesse mais qui est plus fréquent aux heures matinales. La période de chant des mâles coïncide avec la nidification des femelles. Ces vocalises ont pour but principal de séduire la partenaire mais ce sont également des séries de notes destinées à dissuader les concurrents sur l'ensemble du territoire. Celui-ci sert plutôt de lieu de séduction que de lieu de ressource nourriture. Au Guatemala, ces territoires sont défendus pendant 4 mois, principalement du début de septembre à la fin de l'année. Au Mexique, les chants n'ont pas la même intensité en dehors de la saison de nidification. Ils sont même parfois absents de mars à mai.
Les nids les plus attractifs sont construits dans les chênes. Ces arbres sont sélectionnés en priorité parce que le dessous des feuilles est recouvert par d'un duvet poilu qui peut être enlevé lorsque l'usage n'en est plus nécessaire. Cette couche est produite lorsque les larves de coléoptères ou de galles sont présentes. Les toiles d'araignées sont utilisées pour l'assemblage des différents matériaux végétaux.

Distribution

Il y a officiellement trois sous-espèces :
B. l. borealis - nord du Mexique (Est-Sonora, Ouest-Chihuahua, et du sud du Coahuila au sud-ouest du Tamaulipas) ; rare au sud-ouest des États-Unis (Sud-Est-Arizona).
B. l. leucotis - montagnes du centre et du sud du Mexique (à partir de Durango et de San Luis Potosí jusqu'au Guatemala).
B. l. pygmaea - zones montagneuses du Salvador, Honduras et du nord du Nicaragua.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Saphirs à oreillons blancs et les Saphir de Xanthus cohabitent tous deux dans la Baja californienne, ils y forment une super-espèce dont les éléments sont à peine distinguables.
En dépit du vaste espace géographique utilisé par cette espèce, on n'a pas constaté de phénomène naturel d'hybridation entre les 2 sous-espèces.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/03/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net