Sarcelle rousse

Anas castanea - Chestnut Teal

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Anas

  • Espèce
    :

    castanea

Descripteur

Eyton, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 46 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 505 à 766 g
Distribution

Distribution

Description identification

La sarcelle rousse est un petit canard plongeur au front haut et à la tête ronde. Les mâles nicheurs sont particulièrement remarquables en raison de leur tête et leur cou noirâtre à reflets verts, leur poitrine et leur dessous roux foncé tacheté de brun foncé sur les flancs. Leurs sus et leurs sous-caudales, leur queue et leur croupion sont noirâtres, contrastant avec les côtés du bas-ventre blancs. Leur dessus et leurs couvertures sus-alaires sont brun foncé, avec une large bande blanchâtre sur les grandes couvertures. Les primaires sont plus foncées, les secondaires résolument noires avec des reflets verts et une pointe blanche. Le dessous des ailes est entièrement sombre excepté une bande médiane blanchâtre.
En plumage éclipse, le mâle est nettement plus terne qu'en plumage nuptial, les liserés brunâtres des plumes masquant et ternissant la couleur rousse éclatante des flancs, de la tête et du corps. La femelle adulte présente un plumage brun sombre. Les plumes ont un centre foncé et des liserés jaunâtre pâle. La gorge et la partie antérieure du cou sont d'un jaunâtre clair presque uni. Les ailes sont identiques à celles du mâle. Les juvéniles ressemblent à la femelle, mais la partie centrale sombre des plumes est moins bien définie.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Chestnut Teal,
  • Cerceta Castaña,
  • Marreca-castanha,
  • Kastanienente,
  • gesztenyebarna réce,
  • Kastanjetaling,
  • Alzavola castana,
  • Kastanjekricka,
  • Kastanjeand,
  • kačica gaštanová,
  • čírka kaštanová,
  • Kastanjeand,
  • australiantavi,
  • xarxet de Tasmània,
  • cyraneczka kasztanowata,
  • Каштановый чирок,
  • アオクビコガモ,
  • 栗胸鸭,
  • 栗胸鴨,

Voix chant et cris

Les mâles émettent des sifflements rauques et des grognements, tandis que les femelles se font remarquer par leurs cancanements qui ressemblent à de petits rires étouffés. Dans l'ensemble, et bien que les cris des mâles soient plus profonds, le répertoire vocal est assez semblable à celui de la sarcelle grise (Anas gibberifrons).

Habitat

La sarcelle rousse vit dans les zones humides et les estuaires proches des côtes. Bien qu'elle ait besoin d'eau douce pour se désaltérer, c'est un des rares canards qui parvient à supporter les eaux à forte salinité. A l'intérieur de terres, on la trouve dans les lacs d'eau douce, les réservoirs artificiels et les bassins de traitement des eaux usées pendant les saisons sèches. Dans les régions côtières, elle niche dans les endroits où les cavités naturelles d'arbres sont nombreuses ou dans les prairies à herbe courte. La sarcelle rousse est endémique du continent australien où elle est surtout présente dans les régions côtières du sud et du sud-est. "Grosso-modo", on la trouve de Sydney à Perth, encore qu'elle semble absente d'une partie du littoral de la grande baie australienne. Sa densité varie selon les régions : elle est abondante en Tasmanie et dans les régions proches du détroit de Bass. Elle paraît plus rare sur les côtes de Nouvelle-Galles-du-Sud et du Queensland Méridional.

Comportement traits de caractère

Les sarcelles rousses vivent habituellement en couples ou en petites troupes mixtes, souvent en association avec la sarcelle grise dont les effectifs sont plus nombreux. Elles ne forment jamais des rassemblements aussi imposants que cette dernière. La formation des couples a lieu en automne et au début de l'hiver. Les petits groupes de couples se disloquent au début de la saison de nidification qui commence généralement en août.

Alimentation mode et régime

Les sarcelles rousses se nourrissent d'insectes, de graines ainsi que d'autres végétaux. Dans les régions côtières, elles consomment plus volontiers des mollusques marins et des crustacés. Elles recherchent leurs proies en se tenant surtout au bord de l'eau à la marée montante. Dans les lacs intérieurs, elles plongent pour attraper les proies immergées.

Reproduction nidification

Les sarcelles rousses forment des couples monogames qui restent unis même en dehors de la période de reproduction. Les deux parents choisissent le site de nidification et en assurent la défense, le mâle demeurant auprès de sa compagne pendant qu'elle couve. Le nid est généralement placé dans un trou d'arbre garni de duvet, 6 à 8 mètres au-dessus de l'eau. Cependant, parfois, il est situé à terre, au milieu de touffes d'herbes à proximité d'une étendue d'eau. Dans ce cas, il s'agit d'une cavité grattée plus ou moins profondément et garnie de duvet. Des nichoirs artificiels de bonne taille et placés dans des endroits adéquats peuvent également faire l'affaire.
La saison de nidification est longue et dure habituellement d'août à novembre (mais parfois de juin à décembre). Deux, voire trois nichées, peuvent être élevées. La femelle pond de 7 à 13 oeufs de couleur blanc-crème dont l'incubation dure de 26 à 28 jours. Les mâles ne prennent pas part à l'incubation et ne s'occupent pas des canetons dans la période immédiate qui suit leur naissance. Parfois certaines femelles abandonnent leur ponte dans le nid d'une autre femelle, si bien que certains nids contiennent alors jusqu'à 17 oeufs. Peu de temps après leur naissance, les petits sont aptes à nager. Ils sont capables de marcher au bout d'un jour et ils accompagnent leur mère dans ses sorties. Les deux parents défendent la nichée et chassent les autres sarcelles à coups de bec. Si la couvée est menacée par des prédateurs, les parents feignent la blessure pour détourner leur attention et permettre aux canetons de s'échapper. Les prédateurs sont de trois types : 1°) les petits corbeaux et les lézards à langue bleue qui mangent les oeufs 2°) les talèves sultanes et les érismatures à barbillons qui capturent le oisillons. 3°) les busards des marais et les faucons pèlerins qui s'en prennent aux adultes. Les renards prélèvent dans les trois catégories.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les effectifs ne sont pas connus. Pendant la grande majorité du XXème siècle, ils ont été en déclin, mais on assiste actuellement à un renouveau à cause de l'installation de nichoirs. L'espèce est encore chassée, malgré cela elle est considérée comme "de préoccupation mineure" (LC- Least concern).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/04/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net