Savacou huppé

Cochlearius cochlearius - Boat-billed Heron

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Cochlearius

  • Espèce
    :

    cochlearius

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 51 cm
  • Envergure
    : 76 cm.
  • Poids
    : 600 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le Savacou huppé se distingue des autres hérons par son bec large et puissant. C'est un ardeidé trapu et de taille moyenne, avec un capuchon noir, un front et des joues blanches ainsi que des ailes grises. Les longues plumes lancéolées de son occiput forment une crête noire. Le haut du dos affiche une couleur noire qui contraste fortement avec le gris du reste des parties supérieures. Le dessous est roux éclatant, excepté les flancs et les tibias emplumés qui sont noirs. Le manteau est chamois-brun, se fondant dans les parties vineuses du côté du cou. Le bec est noir avec une légère nuance jaunâtre à la base de la mandibule inférieure. Les iris sont brun sombre, contrastant avec les lores et la peau orbitale grises. Une petite tache jaune verdâtre macule le sourcil. Les pattes sont verdâtres. La poche gulaire, visible seulement lorsqu'elle est dilatée, varie de couleur selon les régions : elle est jaune sulfuré au Venezuela, jaune terne mêlé de gris au Panama et très distinctement rose au Brésil. Les sexes sont identiques, cependant les mâles ont une huppe plus développée.
Les juvéniles ont un dos et des couvertures alaires roux terne. Leurs parties inférieures sont blanc défraîchi avec un léger lavis rose ou chamois. Ils ont une huppe moins proéminente que les adultes. D'après Dickerman, ils passent par six sortes de plumages intermédiaires avant d'acquérir leur plumage définitif.
Qu'il séjourne dans l'eau, qu'il se repose la tête sur la poitrine ou qu'il perche sur une branche dans la pénombre profonde, le Savacou huppé ne peut être confondu avec aucune autre espèce.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Cochlearius cochlearius zeledoni (w Mexico)
  • Cochlearius cochlearius phillipsi (e Mexico, Belize)
  • Cochlearius cochlearius ridgwayi (s Mexico to Honduras)
  • Cochlearius cochlearius panamensis (Costa Rica and Panama)
  • Cochlearius cochlearius cochlearius (n and c South America)

Noms étrangers

  • Boat-billed Heron,
  • Martinete Cucharón,
  • Arapapá,
  • Kahnschnabel,
  • kanálcsőrű bakcsó,
  • Schuitbekreiger,
  • Becco a cucchiaio,
  • Båtnäbb,
  • Båtnebbhegre,
  • savaku člnozobý,
  • volavčík člunozobý,
  • Bådnæbshejre,
  • ruuhinokka,
  • bec de bota,
  • rakojad (południowy),
  • Челноклюв,
  • ヒロハシサギ,
  • 船嘴鹭,
  • 船嘴鷺,

Voix chant et cris

Savacou huppé
immature

Le cri le plus courant est un coassement puissant et discordant, assez semblable à celui d'une grenouille. Il est délivré surtout lorsque l'oiseau se restaure. Pendant les parades nuptiales on peut entendre des "an-an-an" relativement graves. Lorsque l'oiseau est perturbé ou qu'il veut donner une réponse à une menace, il produit un cri plus long et plus complexe. Dans les relations intimes, il lui arrive d'émettre un "ump" de faible intensité. De nombreux oiseaux font claquer leurs puissantes mandibules et produisent ainsi un "pop" qui accompagne souvent le "an" du chant.

Habitat

Les Savacous huppés ont une nette préférence pour les habitats boisés. On les trouve principalement dans les mangroves à la limite des ruisseaux d'eau douce, au bord des lacs ou à la lisière des marécages inondés. En second choix, ils acceptent également volontiers de résider dans les buissons à feuillage épais et dans les arbres, surtout si ces derniers surplombent l'eau, car ils leur procurent d'excellentes opportunités pour le nichage et pour le repos.

Comportement traits de caractère

Pendant la journée, les Savacous huppés se reposent en groupes monotypiques de 100 oiseaux ou plus dans l'étage moyen et supérieur des arbres qui sont situés près de cours d'eau. Ils ne quittent ces dortoirs que lorsque l'obscurité est tombée. Ils rejoignent alors les vasières qui font office de lieu de nourrissage à l'intérieur de zones ouvertes ou boisées.

Leur énorme bec a souvent été considéré comme une adaptation à un mode particulier d'alimentation. De nos jours, cette explication ne semble plus très pertinente dans la mesure où les Savacous huppés présentent une façon de se nourrir qui n'est pas très éloignée de celle des autres membres de la famille. Ils pêchent à l'affût, restant immobiles en position accroupie pendant des périodes aussi longues que 25 minutes. Ils pataugent également dans l'eau peu profonde, marchant lentement avec des pas bien calculés. Ils capturent leurs proies soit en les transperçant avec leur bec soit en se jetant avec le corps entier en avant. Ils utilisent parfois une autre stratégie qui consiste à courir vite, à marquer un temps d'arrêt puis à harponner sa victime d'un rapide coup du bec. Les Savacous huppés utilisent également leur bec comme une cuillère. Ils raclent les étendues de vase et les litières de feuilles pour ramasser les proies sédentaires qui s'y trouvent.

Les savacous huppés sont considérés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Le menu des Savacous huppés est assez varié : il comprend des crustacés, en particulier des crevettes, ainsi que des poissons, des amphibiens et des insectes. Certains observateurs rajoutent les petits mammifères.

Reproduction nidification

Les Savacous huppés ont des parades très différentes de celles des autres hérons. En effet, sur 12 parades qui ont été répertoriées, seules deux d'entre elles ressemblent vraiment à des attitudes qui sont déjà développées par d'autres espèces d'ardéidés. D'autre part, au cours de leurs rituels, les Savacous huppés sont bien plus communicatifs et bien plus bruyants. Lorsqu'ils arrivent au sein d'une colonie, les Savacous huppés sont déjà appariés. En conséquence, ils ne se livrent pas aux parades qui sont coutumières pour marquer le territoire avant la formation du couple. Par contre, ils dressent assez régulièrement leur huppe lorsqu'ils sont perturbés et dans de nombreuses autres circonstances. Lorsque cette crête est hérissée, elle forme un bel éventail noir qui contraste de façon spectaculaire avec le blanc du front. De nombreuses parades sont connues dans le détail et presque toutes portent un nom particulier. La parade du "grand balancement" consiste à étirer le cou vers le haut et vers l'avant, puis à se balancer doucement d'un côté à l'autre. Dans la parade dite "des ailes écartées", l'oiseau étire largement ses ailes vers l'extérieur quand il atterrit. Les claquements de bec sont la pratique la plus courante à l'intérieur du couple. Le "chant court" composé de "an-an-an" ou de "oh-oh-an-an" est délivré lorsque le Savacou huppé fait le tour de la colonie ou lorsqu'il perçoit un danger. Le "chant long", plus compliqué, peut provoquer de nombreuses réponses de la part des oiseaux qui nichent. Les claquements de mandibules servent vraisemblablement de cri d'alarme.

La saison de nidification est variable selon les régions car elle dépend de la combinaison de nombreux facteurs tels que la fréquence des précipitations et l'abondance de nourriture. L'observation des nichées ou la présence d'oisillons parvenus à différents stades de développement permettent de donner les périodes suivantes : mars au Panama, mai-juin au Honduras, juillet-août dans l'ouest du Mexique, mai-août au Surinam, juin-octobre à Trinidad et octobre-novembre dans la région de Rio de Janeiro.

Le nid est généralement de petite taille, sauf s'il s'agit d'une vieille construction réaménagée pendant des nombreuses années ou bien d'une structure qui a été usurpée à une autre espèce. Il est placé habituellement entre 2 et 10 mètres au-dessus du sol. Il peut être isolé, en petits groupes ou être situé au beau milieu d'une assez vaste colonie mixte de hérons. Les œufs sont de couleur bleu pâle, souvent mais pas toujours avec des taches cannelle sur la partie large de la coquille. Ils peuvent parfois paraître blancs. La ponte comprend habituellement entre 2 et 4 œufs qui sont couvés par les 2 parents pendant une période qui varie de 25 à 35 jours. Les petits ont un duvet gris dessus, blanchâtre dessous. Ils ont une calotte noire sans plumes érectiles. Pendant les jours qui suivent l'éclosion, ils sont nourris exclusivement pendant la nuit.

Distribution

Les Savacous huppés sont originaires d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud. Leur aire de distribution s'étend de la côte nord-centrale du Mexique jusqu'au Pérou, la Bolivie et le nord de l'Argentine. On reconnaît officiellement 5 sous-espèces : la race zeledoni vit sur la côte ouest du Mexique, du Sinaloa jusqu'à l'état de Guerrero. Il est remplacé au Chiapas, le long du littoral du Guatemala et du Salvador ainsi qu'à l'ouest du Honduras pas la race ridgwayi. Cette dernière chevauche avec la race philippsi qu'on trouve principalement dans la presqu'île du Yucatan et au Belize. La dernière race centre-américaine, panamensis, vit dans l'ouest du Costa Rica et comme son nom l'indique sur presque tout le territoire du Panama. La race nominale cochlearius occupe tout le nord et le centre de l'Amérique du Sud de la Colombie jusqu'à l'estuaire du Rio de la Plata.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Savacou huppé est considéré comme une espèce relativement répandue en Amérique Centrale et du Sud. Comme il habite les mangroves, il bénéficie d'une bonne protection contre ses prédateurs naturels. Compte-tenu de sa répartition, il est assez éloigné des zones habitées par les humains et il n'a pas à subir la pression qu'ils exercent. L'espèce est classée comme ne posant pas de problème.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/01/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net