Sicale bouton-d'or

Sicalis flaveola - Saffron Finch

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Thraupidés

  • Genre
    :

    Sicalis

  • Espèce
    :

    flaveola

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 12 à 24 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau jaune de taille moyenne se caractérise par un corps harmonieux et bien proportionné, une queue et des ailes courtes ainsi qu'un bec relativement trapu. Le mâle de la race nominale affiche une tête jaune avec le front et l'avant du capuchon plus nuancés d'orange. Chez certains individus, l'orange se développe jusqu'à la face et la gorge. Les parties supérieures sont légèrement plus vertes et le manteau est recouvert de vagues stries qui ne sont visibles qu'après une inspection très minutieuse.
Les parties inférieures sont entièrement jaune-citron et sans ornements.
Le dessus des ailes a une nette apparence jaune verdâtre : les couvertures, les primaires et les secondaires sont teintées de vert. Les rémiges tertiaires sont plus sombres mais les liserés verts sont plus étroits. Les rectrices sont foncées avec de larges bordures jaunâtres. Les iris sont brun sombre. Le bec est foncé sur le dessus et à la pointe, la mandibule inférieure est généralement jaunâtre. Les pattes varient du rose-chair au brun.
Le plumage de la femelle est assez semblable à celui de son partenaire, il est cependant moins éclatant et il affiche moins d'orange sur le capuchon. La partie centrale de l'abdomen est moins jaune. Les juvéniles ont une tête grisâtre et un sourcil plus saillant. Les parties supérieures ont de nettes stries brun clair, le croupion, les rémiges et les rectrices sont liserées de jaune-olive. Les parties inférieures sont grisâtre clair, le zone anale jaune formant une tache. Le plumage adulte est acquis au cours de la seconde année.
La race valida est plus foncée, la race pelzelni moins brillante avec un bec plus court et des ailes plus allongées. La race brasiliensis a du jaune plus brillant que la précédente, le lavis orange sur le devant du capuchon est bien visible. La race kœnigi est identique à la sus-nommée mais le bec est plus court et moins compressé.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Sicalis flaveola flaveola (Trinidad, Colombia, Venezuela and the Guianas)
  • Sicalis flaveola valida (Ecuador and nw Peru)
  • Sicalis flaveola brasiliensis (e Brazil)
  • Sicalis flaveola pelzelni (e Bolivia, Paraguay, se Brazil, n Argentina and Uruguay)
  • Sicalis flaveola koenigi (nw Argentina)

Noms étrangers

  • Saffron Finch,
  • Jilguero Común,
  • Canário-da-terra-verdadeiro,
  • Safranammer,
  • sáfránypinty,
  • Gewone Saffraangors,
  • Fringuello zafferano,
  • Saffransfink,
  • Safranspurv,
  • šafranka zlatočelá,
  • šafránka velká,
  • Safranfinke,
  • sahramisirkkunen,
  • sical safranós,
  • szafranka złotogłowa,
  • Шафрановый сикалис,
  • キンノジコ,
  • 橙黄雀鹀,
  • 桔黃雀鵐,

Voix chant et cris

Sicale bouton-d'or

Le chant est vif et plaisant, les notes sont suffisamment espacées pour donner au sifflement un caractère à la fois calme et agréable "zwhit, cheew, tzuup, cheew, peepa pew, tzuup, chew...". Il y a de nombreuses variations, même si le chant qui demeure toujours mélodieux est parfois entrecoupé de petites notes plus rudes. Contrairement à la majorité de ses congénères, on n'entend ni trilles ni bavardages. Le répertoire de cris est assez limité, un "whip" montant et un "tuup" assez bref.

Habitat

Les sicales bouton-d'or fréquentent une grande variété d'habitats, ils vivent généralement dans les contrées semi-ouvertes avec des arbres et des broussailles clairsemées. Ils apprécient également les parcelles boisées arides, les savanes, les étendues d'épineux et de chaco, les bordures des marécages, des pièces d'eau et les galeries à la lisière des forêts. Ces oiseaux ne dédaignent pas les broussailles en bordure des routes, les peuplements en cours de régénération, les zones cultivées ainsi que les pelouses des villes et des cités. Les sicales bouton-d'or résident habituellement en dessous de 1 000 mètres d'altitude, mais ils peuvent grimper jusqu'à 2 000 mètres dans les vallées qui séparent les massifs montagneux en Bolivie.

Comportement traits de caractère

Ces oiseaux d'une grande agilité adorent la compagnie des autres espèces. Tout au long de l'année, ils se regroupent en plus ou moins grandes bandes qui s'éparpillent et qui sautillent sur le sol dans les milieux ouverts. Même quand ils sont en couples et prêts à se reproduire, il leur arrive de former des colonies lâches dans des endroits favorables. Cependant, les sicales bouton-d'or ne sont pas uniquement terrestres, ils sont prompts à fuir et à s'envoler dans les arbres et dans les buissons au moindre signe de danger. Ils s'alignent souvent sur les fils électriques quand ils veulent se reposer. Habituellement, ils se perchent à une hauteur très modérée.

Alimentation mode et régime

Les sicales bouton-d'or ont un régime mixte : ils consomment principalement des graines mais ils capturent également des petits arthropodes. Ils recherchent leur nourriture à terre, souvent sur les pelouses dans les zones urbaines.

Reproduction nidification

La saison de nidification dure de mai à novembre au Venezuela, d'avril à janvier à Trinidad et d'octobre à février dans l'est et le sud de l'aire de distribution (race pelzelni). Les oisillons s'envolent en mai dans la province de Cochabamba en Bolivie, ce qui suggère peut-être une reproduction plus tardive. Il y a habituellement deux couvées par saison.
Pendant la formation des couples, le mâle chante souvent à partir d'un perchoir bien exposé, une branche d'arbre, un poteau ou une ligne à haute tension. Le nid est une demi-sphère volumineuse construite avec des herbes sèches et garnie avec des matériaux plus raffinés. Il est installé dans une fronde de palmier ou dans un cavité, c'est à dire un tuyau, un avant-toit de maison ou un nichoir artificiel. A Trinidad, la ponte est presque toujours déposée dans le nid abandonné d'un oriole jaune (Icterus nigrogularis). Dans le sud et à l'est, les populations de la race pelzelni ont pris l'habitude de nicher en réaménageant de vieilles structures de boue et de morceaux de bois construites autrefois par des furnariidés. Les nids abandonnés de fourniers roux (Furnarius rufus), d'annumbis fagoteurs (Anumbius annumbi) ou de synallaxes du genre Phacellodomus sont très majoritairement utilisés. Parfois, des structures artificielles telles que des installations d'éclairage de ville servent aussi de support.
La ponte comporte 2 à 4 œufs, de couleur crème avec des marques brun violacé. Les oiseaux de la race pelzelni déposent généralement 4 œufs de couleur crème ou pâle verdâtre avec d'abondantes mouchetures brunes ou grisâtres. On ne possède aucune information sur la durée d'incubation et sur la longueur du séjour des poussins au nid. Les couvées sont régulièrement parasitées par les vachers luisants (Molothrus bonariensis), du moins en Argentine. L'information selon laquelle les jeunes de la première couvée sont capables de se reproduire la même saison que celle où ils sonts nés semble erronée.

Distribution

Ces oiseaux de la très grande famille des thraupidés sont originaires du continent sud-américain, de la Colombie et du Venezuela jusqu'au nord de l'Argentine. A ce jour, on reconnaît officiellement 5 sous-espèces : S. f. flaveola - nord-est de la Colombie, Venezuela en direction du sud jusqu'au fleuve Orénoque, côtes des Guyanes, ainsi que Trinidad. - S. f. valida - région littorale de l'Equateur (Guayaquil) jusqu'au nord-ouest du Pérou (Ancash). - S. f. brasiliensis - est du Brésil à partir du Maranhão, du Minas Gerais et de l'état de São Paulo vers l'est jusqu'à l'océan Atlantique). - S. f. pelzelni - Bolivie, à l'est des Andes, sud-est du Brésil (Mato Grosso, Santa Catarina), Paraguay, est de l'Argentine (jusqu'à Mendoza, La Pampa et Buenos Aires) ainsi que l'Uruguay. - S. f. kœnigi - nord-ouest de l'Argentine (Salta and Jujuy).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook de oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même commune ou abondante sur l'ensemble de son vaste territoire. Elle a été récemment découverte dans le sud-centre du Chili mais pour l'instant, on ignore si cette nouvelle population est l'objet d'une colonisation naturelle ou le résultat d'une implantation artificielle. Les sicales bouton-d'or ont été importés avec un grand succès dans les Caraïbes, notamment à la Jamaïque et à Porto-Rico. Ils sont très abondants dans ces 2 pays. Ces petits oiseaux au plumage safran rencontrent un très grand succès auprès du public et sont capturés en abondance pour servir d'animaux de compagnie.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/06/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net