Solitaire masqué

Myadestes melanops - Black-faced Solitaire

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Myadestes

  • Espèce
    :

    melanops

Descripteur

Salvin, 1865

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 à 33 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les sexes sont quasiment identiques. Chez le mâle adulte, la zone qui va du front aux lores, les joues, le menton et le haut de la gorge sont noirs. L'anneau orbital est orange. Le reste des parties supérieures varie du gris ardoisé au bleu-gris. En plumage usé, les plumes du dessus ont des terminaisons chamoisées sur le front et les côtés du capuchon. Les ailes sont sont brun noirâtre, mais les plumes des grandes et des moyennes couvertures ainsi que celles des tertiaires ont des pointes bleu-gris ardoisé. Les rémiges sont brun noirâtre mais la base des primaires et des secondaires est gris pâle ou ardoise clair. Une petite tache carrée noire est visible au niveau des secondaires. Les bordures extérieures des secondaires sont grisâtres. Les couvertures sous-alaires sont majoritairement gris pâle, mais la base des primaires et des secondaires sont blanc argenté, ce qui est particulièrement remarquable en vol (voir comportement). La queue est noirâtre mais les pointes des rectrices externes sont blanchâtres.
Les parties inférieures sont entièrement bleu grisâtre de la gorge jusqu'aux sous-caudales. Le ventre et les flancs sont cependant plus pâles. Le bec est orange, les pattes et les pieds varient de l'orange éclatant au jaune-orange.
La femelle n'est pas toujours distinguable du mâle, mais la plupart du temps son plumage est plus terne. Les juvéniles sont gris fuligineux avec des taches chamoisées sur le capuchon et sur la nuque. Les parties supérieures, en particulier le manteau et les scapulaires sont également tachées ou striées de chamois. Le dessous est fortement écaillé de chamois clair. Le bec est sombre, les pattes orange clair.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Black-faced Solitaire,
  • Solitario Carinegro,
  • Maskenklarino,
  • feketearcú klarinétmadár,
  • Zwartmaskersolitaire,
  • Solitario faccianera,
  • Masksolitär,
  • Maskesolitærtrost,
  • drozdovec maskový,
  • lesňák černolící,
  • Sortmasket Klarinetfugl,
  • rosvorastuli,
  • solitari caranegre,
  • klarnetnik czarnolicy,
  • ズグロヒトリツグミ,
  • 黑脸孤鸫,
  • 黑臉孤鶇,

Voix chant et cris

Solitaire masqué
adulte

On peut entendre plusieurs catégories de cris, un "ghank" nasal et montant, un "rraou" guttural et qui produit un son métallique ainsi qu'un "quirt" légèrement plus liquide. Le cri d'alarme est une sorte de bourdonnement nerveux et excité qu'on peut retranscrire de la façon suivante : "schwee" ou "shoo wee-eee". Le chant est une magnifique série de sifflements clairs qui alternent avec des notes plus liquides et plus musicales. Les phrases montent et descendent, produisant un effet d'inconsistance et de très grande pureté : "teedleedlee...tleedleee....lee-dah.....lee-doo". Le chant est délivré à partir du sol, généralement en fin d'après-midi ou en soirée. Il arrive cependant qu'il soit produit à partir d'un perchoir élevé situé dans la canopée de la forêt. Les femelles chantent également mais leurs phrases ne sont pas aussi longues que celles de leur partenaire. La période des chants s'étale du mois de mars jusqu'à la mi-mai, mais certains individus accomplissent des chants en sourdine entre le mois d'octobre et le mois de mars.

Habitat

Les solitaires masqués vivent dans les forêts fraîches et humides situées dans les régions de collines et de montagnes. Ils fréquentent les zones tropicales et subtropicales entre 900 et 2 750 mètres au Costa Rica et entre 750 et 2 940 mètres au Panama. Ces oiseaux marquent une nette préférence pour les versants recouverts d'arbres, pour les ravins et pour les petites gorges. On les trouve également à la lisière des zones boisées et dans les parcelles en cours de maturation. Ils apprécient aussi les fourrés, les buissons épais et les zones cultivées. Ces solitaires sont capables de survivre dans des petits îlots résiduels de verdure qui subsistent après la déforestation.

Comportement traits de caractère

Comme la plupart des espèces du genre Myadestes, cet oiseau n'est pas du tout grégaire. Plus que tout autre, il mérite bien son appellation de solitaire. Il a un comportement léthargique, il bouge peu. Aussi éprouve-t-on quelques difficultés pour l'apercevoir. En effet, le solitaire masqué aime bien se dissimuler dans les sous-bois denses, dans les massifs de bambous ou dans les forêts humides où il passe une grande partie de son temps immobile. Il accepte volontiers qu'on l'approche mais s'il est effarouché, il s'envole précipitamment comme un éclair, dévoilant les belles taches blanches du dessous de ses ailes.
Après la reproduction, pendant la période qui va de novembre à février, cet oiseau quitte les hautes montagnes où il niche pour descendre dans les vallées jusqu'à 450 mètres et parfois même jusqu'à 100 mètres d'altitude. Certains individus errent sur les côtes nord du Panama. Certains autres sont régulièrement aperçus dans les îles situées au large de la côte sud, comme c'est le cas à Cebaco.

Alimentation mode et régime

Les solitaires masqués recherchent leurs aliments à une faible hauteur dans les arbres. Il leur arrive même parfois de descendre à terre, ce qui ne les empêche pas occasionnellement de prospecter à un étage supérieur proche de la canopée. Ces oiseaux cueillent des graines et des baies en pratiquant le vol stationnaire.
Leur menu est composé principalement de baies mais ils consomment aussi parfois des insectes.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule du mois d'avril au mois de juin au Costa Rica. Le nid est une coupe de taille variable construite avec de la mousse verte et des hépathiques. L'intérieur est garni avec des fibres de radicelles et des tiges de mousse. L'édifice est placé à une hauteur de 1 à 5 mètres dans la cavité d'une berge moussue, dans la crevasse d'un tronc d'arbre ou dans un amas de mousse accumulée sur une fourche verticale. Il peut aussi être dissimulé dans une touffe d'épiphytes.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs, de couleur blanche ou rose pâle, avec des taches châtain terne ou brun-roux éclatant situées sur la partie la plus large de la coquille. La période d'incubation dure environ 12 ou 13 jours. Les petits sont nidicoles, ils ne quittent pas leur lieu de naissance avant d'avoir atteint l'âge de 15 ou 16 jours.

Distribution

Les solitaires masqués sont originaires du Costa Rica et de l'ouest du Panama. Dans le premier pays, leur aire de distribution couvre essentiellement la Coridillière Centrale et la Cordillière de Talamanca. Au Panama, ils résident dans les hautes terres du Chiriqui et dans la chaîne de Veraguas. Ces solitaires sont considérés comme monotypiques, c'est à dire qu'ils ne sont pas divisés en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les solitaires masqués ne sont pas menacés. Ils sont considérés comme assez communs dans les régions peu accessibles par les humains et dans les aires et les parcs où ils bénéficient d'une certaine protection.
Cependant, dans certaines régions, les populations sont réduites par le braconnage, par la capture pour le commerce des cages et par la destruction des forêts. D'après Birdlife, l'espèce est classée comme de préoccupation mineure

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Solitaire masquéFiche créée le 26/05/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net