Tamatia de Lafresnaye

Malacoptila panamensis - White-whiskered Puffbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Bucconidés

  • Genre
    :

    Malacoptila

  • Espèce
    :

    panamensis

Descripteur

Lafresnaye, 1847

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 33 à 46 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le mâle est majoritairement roux, en particulier sur les lores et sur le sourcil. Les couvertures auriculaires sont ornées de longues stries roussâtre pâle. Il y a une strie centrale blanche sur l'avant du front. Les parties supérieures en arrière de la tête sont plus brunes avec des taches chamoisées. Le croupion affiche une couleur rousse plus éclatante. Les ailes sont brun terne avec des bordures roussâtres. La queue, de longueur moyenne et très échelonnée, présente une teinte roux brillant.
La région des joues est parcourue par de longues plumes blanches qui forment une moustache. La gorge et la poitrine sont roussâtres. La zone qui va du bas de la poitrine jusqu'aux flancs est recouverte de stries noires. Une couleur terreuse qui vire progressivement au blanc recouvre les côtés et le centre du ventre. Les sous-caudales sont chamois terne. Les rémiges des couvertures sous-alaires sont roux pâle. Le bec est noir dessus, corne dessous. Les iris sont rouges. Les pattes et les pieds affichent une belle couleur gris bleuâtre.
Chez la Femelle, le plumage présente un ensemble plus gris. La poitrine est teintée d'ocre et le reste des parties inférieures est plus abondamment strié. Les juvéniles sont semblables aux adultes de leur sexe respectif, mais le bec est plus bref et chez la jeune femelle la région pectorale est plus fade.
Chez la race inornata, le mâle ne possède presque pas de stries et le dessous est complètement lavé de roux. La calotte est teintée de gris.La femelle est moins fortement striée sur le dessous. Chez la race poliopsis, le mâle est presque entièrement roux et le dessous est très abondamment marqué. La femelle est gris plus foncé que la race nominale. La race magdalenae est moins dimorphique que les autres races. Les deux sexes sont plus fortement striés que la race nominale.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Malacoptila panamensis inornata (se Mexico to w Panama)
  • Malacoptila panamensis panamensis (sw Costa Rica to nw Colombia)
  • Malacoptila panamensis magdalenae (Magdalena Valley. wc Colombia.)
  • Malacoptila panamensis poliopis (sw Colombia and w Ecuador)

Noms étrangers

  • White-whiskered Puffbird,
  • Buco Barbón,
  • Barbudo-de-loro-branco,
  • Weißzügel-Faulvogel,
  • bajszos bukkó,
  • Witsnorbaardkoekoek,
  • Piumino baffibianchi,
  • Vitskäggig trögfågel,
  • Hvitskjeggdovenfugl,
  • lenivka bielofúza,
  • lenivka bělovousá,
  • Vestlig Skægdovenfugl,
  • kesylaiskuri,
  • barbacoll coll-roig,
  • drzym białowąsy,
  • Белолицая малакоптила,
  • シラヒゲオオガシラ,
  • 白须蓬头鴷,
  • 白鬚噴鴷,

Voix chant et cris

Les tamatias de Lafresnaye émettent des pépiements faibles ou des sifflements fins et puissants. Le cri d'alarme est un "tsinnnn" aigu et discret. En cas de conflit territorial, ces oiseaux délivrent des couinements élevés qui sont répétés rapidement et que l'on peut retranscrire de la façon suivante "see-it hee hee" ou une phrase équivalente.

Habitat

Les tamatias de Lafresnaye fréquentent le sous-bois des forêts primaires moites et humides près des lisières où des arbres sont tombés. On les trouve également dans les boisements en cours de régénération et qui sont parvenus à maturité. Ils occupent aussi des forêts plus jeunes, des parcelles dont les enchevêtrements de plantes grimpantes se mêlent avec des jeunes arbres naissants. Ces oiseaux apprécient généralement les bordures des trouées où il y a des arbres clairsemés.
Les tamatias de Lafresnaye s'installent aussi dans les pâtures ombragées, dans les plantations de cacao, les jungles composées de plantes grimpantes enchevêtrées, souvent le long des sentiers ou des pistes forestières. Au Honduras, ils sont plutôt considérés comme des oiseaux de l'intérieur des forêts. On peut les observer jusqu'à 900 mètres sur le versant caribéen et jusqu'à 1 400 mètres sur le versant pacifique.

Comportement traits de caractère

En dépit de leur taille moyenne, les tamatias de Lafresnaye passent assez souvent inaperçus car ils se tiennent immobiles dans les feuillages pendant de longs moments. Ils chassent à l'affût sur un perchoir à partir duquel ils mènent leurs expéditions pour capturer leurs proies. Ils fréquentent parfois des bandes mixtes d'oiseaux de petite taille. Occasionnellement, ils recherchent leur nourriture à l'intérieur d'essaims de fourmis-soldats.
Ces oiseaux sont considérés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les tamatias de Lafresnaye se nourrissent principalement de grands invertébrés. Ils consomment des scorpions, des araignées, des blattes, des criquets, des mantes religieuses, des phasmes, des coléoptères, des planipennes, des chenilles et des cigales. Ils sont particulièrement friands de grosses sauterelles, ils apprécient également les chilopodes ou centipèdes terrestres dont la carapace est blindée et dont le corps mesure plusieurs centimètres de long. Les locustes peuvent parfois constituer une part très importante de la diète. Les petits vertébrés comme les grenouilles, les lézards et les serpents, y compris le serpent-corail venimeux (élapidés), font aussi partie du menu.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule en juillet au Mexique, d'avril à juillet au Nicaragua. Au Costa Rica, elle a lieu de mars à juillet, avec une pointe dans l'activité en avril-mai. Pour les autres pays, les dates sont les suivantes : mai-août au Panama, avec creusement des nids en janvier-octobre, février-mars en Colombie.
Comme tous les oiseaux de l'ordre des piciformes, les tamatias de Lafresnaye sont cavernicoles. Ils creusent leur nid dans le sol plat, en légère déclivité ou en forte pente. Le terrier mesure de 15 à 55 cm de profondeur et seulement 6 cm de diamètre. Le site de nidification est placé habituellement dans une forêt primaire ou dans une forêt secondaire dont les arbres sont parvenus à une grande maturité. Occasionnellement, ils creusent dans un tronc d'arbre, une tige de bambou ou dans une termitière arboricole. Le nid peut être utilisé pendant une année supplémentaire.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs dont la période d'incubation est inconnue. Les jeunes séjournent au nid pendant environ 20 jours avant de s'envoler.

Distribution

Les tamatias de Lafresnaye sont originaires de l'Amérique Centrale (du sud du Mexique jusqu'au Panama) et de l'extrême nord-ouest du continent sud-américain jusqu'à l'Equateur. Sur ce territoire relativement allongé, on reconnaît officiellement 4 sous-espèces : M. p. inornata (versant caribéen depuis le sud-est du Mexique, Chiapas et Tabasco, jusqu'à l'ouest du Panama) - M. p. panamensis (versant pacifique du sud-ouest du Costa Rica jusqu'au nord-ouest de la Colombie) - M. p. magdalenae (vallée de la Magdalena, en Colombie) - M. p. poliopsis (sud-ouest de la Colombie et nord de l'Equateur).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Cependant, comme beaucoup d'autres espèces des forêts pluviales tropicales d'Amérique Centrale, ses effectifs diminuent rapidement du sud au nord. Elle n'est donc pas très répandue dans tous les endroits au nord du Costa Rica. Au Belize et au Nicaragua, ses densités sont faibles et au sud du Mexique, elle est même devenue extrêmement rare. Au Costa Rica, les tamatias de Lafresnaye sont les bucconidés les plus courants et on les trouve en assez grand nombre dans les plaines en dessous de 300 mètres. Dans le nord-ouest de la Colombie, ils sont plutôt communs à des bas niveaux, notamment dans les plantations de café. Dans l'ouest de l'équateur, ces oiseaux sont communs localement. Les tamatias de Lafresnaye sont classés comme de préoccupation mineure. (LC)

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/01/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net