Tantale indien

Mycteria leucocephala - Painted Stork

Systématique
  • Ordre
    :

    Ciconiiformes

  • Famille
    :

    Ciconiidés

  • Genre
    :

    Mycteria

  • Espèce
    :

    leucocephala

Descripteur

Pennant, 1769

Biométrie
  • Taille
    : 102 cm
  • Envergure
    : 145 à 160 cm.
  • Poids
    : 2000 à 3500 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet échassier, un peu semblable à une aigrette des marais possède de longues pattes et un long cou. Il a un très long bec jaune avec une extrémité légèrement recourbée. Sa face nue est de couleur jaune cire. La plus grande partie de son plumage est blanc avec de très fines barres noir-vert métallique sur le dessus. La poitrine est traversée par une large bande sombre. On peut apercevoir une teinte délicate rose à proximité de la queue au niveau des secondaires. Les ailes et les plumes de la queue sont noires. En vol, le tantale indien présente une silhouette très caractéristique : un dos courbé, un cou tendu avec une tête bien en dessous de la ligne du dos, des pattes raides qui traînent en arrière.
Les juvéniles sont brun pâle avec des écailles bien marquées sur les plumes du cou. La bande pectorale est absente.
Chez les adultes, les iris sont jaune-paille, le bec est jaune orange mais avec une zone plus sombre et plus plombée à la base. Les pattes et les pieds sont bruns ou brun-chair, quelquefois proches du rouge.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Painted Stork,
  • Tántalo Indio,
  • Tântalo-indiano,
  • Buntstorch,
  • hindu gólya,
  • Indische Nimmerzat,
  • Cicogna pittata,
  • Orientalisk ibisstork,
  • Beltestork,
  • myktéria lysohlavá,
  • nesyt indický,
  • Indisk Skovstork,
  • aasianiibishaikara,
  • tàntal de l'Índia,
  • dławigad indyjski,
  • raibais stārķis,
  • Индийский клювач,
  • インドトキコウ,
  • 彩鹳,
  • นกกาบบัว,
  • 彩鸛〔白頭鸛〕,

Voix chant et cris

Les tantales indiens sont des oiseaux plutôt silencieux, même s'ils émettent les traditionnels claquements de mandibules qui sont caractéristiques de leur famille. Pendant la cérémonie de remerciements au nid (voir reproduction), les deux sexes produisent des gémissements bas. Des notes rudes et grinçantes sont émises par les jeunes lorsqu'ils réclament leur nourriture.

Habitat

Les tantales indiens fréquentent principalement les étendues d'eau douce dans différentes zones humides. On les trouve ainsi au bord des lacs, dans les marécages herbeux, les marais (jheels), les berges des rivières et les champs de riz. Toutefois, ces oiseaux occupent aussi parfois le bord du littoral et les étangs salés. Bien qu'ils nichent habituellement dans les arbres situés au-dessus de l'eau, il leur arrive également de se reproduire à l'intérieur des villes et des agglomérations.

Comportement traits de caractère

Les tantales indiens vivent habituellement en solitaires ou en couples. Néanmoins, pendant la saison de reproduction, ils forment d'énormes rassemblements pouvant compter plusieurs milliers d'individus comme c'est le cas au Keoladeo National Park, dans le Rajasthan. Ce genre de héronnières tend à devenir courant lorsque les oiseaux ne sont pas perturbés. Les tantales indiens adoptent un comportement grégaire lorsque les ressources alimentaires sont abondantes. C'est souvent le cas lorsque des centaines de poissons sont sortis du lit des rivières par les inondations de la mousson. Toutefois, ils pêchent habituellement en solitaire, pataugeant dans l'eau peu profonde, la tête baissée et les mandibules ouvertes comme une paire de grands forceps. Les tantales indiens marchent lentement, sondent la vase avec leur bec immergé. Parfois ils fléchissent une patte et l'agitent d'avant en arrière, en même temps ils ouvrent l'aile qui est située sur le même côté. Cette manœuvre a pour but d'effrayer la proie et de la faire fuir en direction de la mandibule ouverte. Elle est ensuite happée et avalée. Lorsqu'ils sont rassasiés, les tantales indiens se reposent sur les rives, le dos fortement courbé comme un bossu.
Le vol : Les tantales indiens planent souvent dans les courants thermiques. Ils effectuent des cercles dans le ciel, souvent en compagnie de ciconiidés ou de cormorans. Leur vol normal est assez semblable à celui de cigognes, avec des battements de faible amplitude.

Alimentation mode et régime

Les tantales indiens se nourrissent surtout de poissons. Ils consomment également des grenouilles, des reptiles, des crustacés et des insectes. Les oisillons reçoivent un poids minimum requis qui avoisine les 500 grammes par jour. Les parents leur apporte environ 9 poissons qui sont répartis en 2 repas. Les parents régurgitent la nourriture sur le bord du nid. Certains jeunes sont si impatients qu'ils viennent chercher leur pitance directement dans le gosier des adultes.

Reproduction nidification

En Inde, la saison de nidification se déroule de juillet à octobre dans le nord et de novembre à mars dans le sud. Elle débute juste après les premières pluies de la mousson. Les tantales indiens nichent en colonies dans les arbres, on peut trouver de 70 à 100 nids dans seulement 5 ou 6 arbres, regroupant parfois de nombreuses espèces tels que des becs-ouverts indiens (Anastomus oscitans), des hérons, des ibis et des cormorans. Ils sont souvent placés dans un grand acacia juste au-dessus de l'eau. Ils peuvent être également situés dans un figuier solitaire qui surplombe un réservoir à l'intérieur d'une grande ville. Les nids sont toujours très proches les uns des autres. Ces derniers ont l'apparence d'une large plate-forme de branches dont la faible dépression centrale est garnie avec des brindilles feuillues et des plantes en vrille.

La ponte comprend de 2 à 5 œufs (plus couramment 3 ou 4). Ils sont de couleur blanc sale, parfois avec des taches et des stries éparses brunes. Ils mesurent en moyenne 70 millimètres sur 49. Les deux parents se partagent la plupart des tâches domestiques. La durée d'incubation n'est pas connue. Quand il arrive au nid, l'adulte qui prend le relais salue son partenaire qui couve en se penchant en avant et en courbant obstinément le cou. Cette posture rappelle étrangement l'attitude d'un vautour près d'une carcasse. Il ouvre partiellement le bec avec une telle expression qu'il donne l'impression d'être malade. L'individu qui couve répond de la même façon. Les deux partenaires émettent une sorte de gémissement pendant la cérémonie et entrecroisent parfois leur cou. Lorsqu'un des deux parents couve, l'autre quitte le nid et s'éloigne d'environ un kilomètre pour rechercher des branches feuillues de Babool (Acacia arabica) afin de renouveler la garniture du nid. Ces matériaux sont recueillis à la cime des plus grands arbres et ce travail demande beaucoup d'efforts. Quand il rentre au nid, l'individu qui couve lui prouve sa reconnaissance et le salue en claquant ses mandibules, en lui touchant le bec et en déployant sa queue.

Lorsqu'ils sont encore jeunes, les oisillons ne supportent pas les fortes chaleurs. Ils sont donc protégés du soleil par les adultes qui se tiennent au bord du nid et qui ouvrent partiellement leurs ailes tombantes. En cas de danger, ils régurgitent toute la nourriture non digérée et ils font semblant d'être morts, se mettant en boule et se ratatinant de façon très réaliste dans le fond du nid. Les oisillons qui sont parvenus au 3/4 de leur croissance escaladent les branches voisines mais, dès que leurs parents rentrent au nid, ils s'y précipitent et ils réclament leur pitance en secouant la tête et en produisant des cris grinçants.

En cas de saison très aride ou d'absence de précipitations, les tantales indiens décident de ne pas se reproduire.

Distribution

Comme son nom l'indique bien, le tantale indien est originaire de l'Inde où on le trouve dans la majorité des plaines. On le trouve également au Bangladesh, au Népal et à Ceylan. Son aire se poursuit en Birmanie, en Thaïlande, en Indochine et dans la Chine Méridionale. Cet oiseau est monotypique, c'est à dire qu'il n'est pas divisé en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce n'est pas globalement menacée, on peut même considérer que c'est la cigogne la plus répandue sur le continent asiatique. Cependant, son statut est très différent selon les régions : très abondante au Rajasthan, elle est sur le point de s'éteindre en Thaïlande. A Ceylan et à Bangkok, elle se reproduit en captivité, si bien qu'elle pourra bientôt être réintroduite dans la nature.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/12/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net