Tisserin baya

Ploceus philippinus - Baya Weaver

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Plocéidés

  • Genre
    :

    Ploceus

  • Espèce
    :

    philippinus

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 18 à 28 g
Distribution

Distribution

Description identification

En dehors de la période de reproduction, le mâle possède un capuchon brun foncé strié de chamois. La face unie, sans masque, et les dessous sont chamois clair. Le dessus de l'oeil porte un long sourcil chamois, le bec est couleur corne. A l'approche de la saison de nidification, son plumage subit des transformations radicales. Le capuchon et la partie supérieure de la poitrine sont d'un jaune éclatant. La face porte un vaste masque noir qui couvre les lores, les joues, les couvertures auriculaires, le menton et effectue une légère pointe sur le haut de la poitrine. Le reste des dessous chamois blanchâtre ne porte pas de marques. Les parties supérieures sont brun foncé strié de chamois. Le bec est brun noirâtre. La femelle est semblable au mâle en livrée non nuptiale.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Ploceus philippinus philippinus (Pakistan, India. except sw and ne. , Sri Lanka and s Nepal)
  • Ploceus philippinus travancoreensis (sw India)
  • Ploceus philippinus burmanicus (Bhutan, ne India and Bangladesh through Myanmar to sw China)
  • Ploceus philippinus angelorum (Thailand and s Laos)
  • Ploceus philippinus infortunatus (s Vietnam, Malay Pen., Borneo and Sumatra, Java and Bali)

Noms étrangers

  • Baya Weaver,
  • Tejedor baya,
  • Tecelão-baia,
  • Bayaweber,
  • bájaszövőmadár,
  • Baya-wever,
  • Tessitore baya,
  • Bayavävare,
  • Bayavever,
  • pletiarka baja,
  • snovač asijský,
  • Bayavæver,
  • riisikutoja,
  • teixidor baya,
  • wikłacz złotogłowy,
  • Ткач-байя,
  • Manyar tempua,
  • キムネコウヨウジャク,
  • 黄胸织雀,
  • นกกระจาบธรรมดา,
  • 黃胸織布鳥,

Voix chant et cris

Son cri est un puissant 'chip' rauque. Pendant la saison de reproduction et lorsqu'il est au nid, il émet un curieux chant sifflant et crépitant : 'chit-chit-chit-chii-ii-ii'.

Habitat

Les tisserins bayas fréquentent les rizières, les prairies ouvertes, les zones cultivées, les forêts clairsemées. Ils nichent souvent près des villages et des maisons pourvu qu'ils y trouvent des sites de nidification ainsi que des bassins, des pièces d'eau ou des marécages qui leur conviennent à proximité. Ces oiseaux sont endémiques de l'Asie, du Pakistan au sud-ouest de la Chine. Son aire de distribution se poursuit en Asie du sud-Est jusqu'à Sumatra et Java. Malgré ses différentes appellations scientifiques (Ploceus Philippinus notamment), il est totalement absent des Philippines et de Borneo.

Comportement traits de caractère

Les colonies sont très animées. Les mâles émettent constamment des notes aiguës et sifflantes qu'ils accompagnent de mouvements d'ailes tout en se cramponnant à la partie extérieure de leur nid. Ils se livrent à des chamailleries incessantes et saississent la moindre opportunité pour aller chaparder des bandes d'herbes dans le nid voisin lorsque son propriétaire est absent. Les femelles sont plus calmes et se tiennent habituellement à la base du nid, arrangeant la chambre selon leur convenance. Dans les rares occasions où elles rapportent des matériaux au nid, elles semblent ne manipuler que des herbes de petite taille, comme si elles ne maîtrisaient pas la technique d'arracher de long rubans ainsi que le font les mâles.

Alimentation mode et régime

Comme les capucins avec qui ils ont une proche parenté, les tisserins baya se nourrissent principalement de graines herbeuses. Leur bec conique est particulièrement bien adapté à ce genre d'alimentation. Ils recherchent leur nourriture en bandes, ainsi bien dans les herbes que sur le sol. Pendant la saison de reproduction, les femelles et les petits se nourrissent également d'insectes.

Reproduction nidification

La saison de reproduction commence avec la saison des pluies qui intervient à des périodes différentes selon les régions. Au Myanmar, les premiers signes d'apparition du plumage nuptial chez le mâle interviennent au milieu du mois d'avril. La totalité de ses couleurs d'apparat est acquise dans la seconde semaine du mois de mai. Le nid est presque entièrement construit par le mâle seul pendant les mois de juin et de juillet. C'est une construction assez étonnante en forme de flacon renversé, suspendue à une branche par une sorte de longue corde tressée qui peut mesurer jusqu'à 30 centimètres. Elle est située dans un arbre, généralement proche d'une source d'eau douce et dans un paysage ouvert. A Singapour, le tisserin baya préfère utiliser les palmiers cocotiers mais partout ailleurs il niche dans des arbres bas isolés.
Le nid est une sorte de prouesse architecturale suspendue à une branche. Sa partie centrale est constituée par une chambre de ponte à laquelle l'oiseau a accès par un tunnel latéral d'une longueur qui varie de 30 à 45 cm. Ce couloir relativement important empèche l'intrusion de prédateurs, y compris celle des serpents. D'apparence fragile, le nid est pourtant robuste et solidement arrimé. On ne peut le déplacer qu'en le détruisant entièrement. Pour constituer son nid, ce tisserin utilise uniquement des herbes. Il y effectue une encoche puis taille de longues lannières de 30 à 60 cm qu'il utilise pour monter la structure. Il n'utilise ni tiges ni feuilles entières. Entre 500 et 1000 lanières sont utilisées pour construire un nid moyen. Après la saison de nidification qui dure trois mois, le nid abandonné est souvent occupé par d'autres petits fringilles.
Lorsque le nid est presque parvenu à sa finition, une femelle, attirée par les appels du mâle, se présente et en prend possession. De fait, le couple est ainsi formé. La nouvelle propriétaire aide alors son conjoint à aménager l'intérieur. La femelle dépose 3 à 4 oeufs blancs qu'elle couve seule. En effet, dès que la ponte est effectuée, le mâle commence à construire un autre nid à proximité, dans le but d'attirer une seconde femelle. Les tisserins mâles peuvent ainsi avoir deux, trois quatre (et même plus) nids et femelles. Même lorsque la disponibilité en femelles est épuisée, le mâle baya continue assidûment à tisser des nids. Cependant, ces nids qui ne reçoivent pas de ponte sont tapissés de boue dans leur fond alors que ceux qui servent à la reproduction n'en contiennent en général pas.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/05/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net