Torrentaire à calotte blanche

Phoenicurus leucocephalus - White-capped Redstart

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Phoenicurus

  • Espèce
    :

    leucocephalus

Descripteur

Vigors, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 24 à 42 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce torrentaire, autrefois classé dans la famille des rougequeues (Phoenicurus), le caractère le plus évident et le plus remarquable est la calotte d'un blanc immaculé qui domine le sommet de la tête. Une grande majorité de l'avant-corps (comprenant les côtés de la tête, le haut du dos, les ailes et la partie supérieure la poitrine) affiche un ensemble noir fuligineux. Le reste du plumage est châtain-orange avec une barre terminale noire sur la queue.
Le bec et les pattes ont une teinte très sombre. Le mâle et la femelle sont rigoureusement identiques. Les juvéniles sont semblables au adultes, mais la calotte blanche sommitale est écaillée de noir. Les parties inférieures sont plus grisâtres et descendent plus bas sur le ventre. Le bas de l'abdomen est orné de petites mouchetures grises et forme une zone de transition avec le châtain-orange de la zone anale.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-capped Redstart,
  • Colirrojo Acuático,
  • Weißkopf-Rotschwanz,
  • Witkopwaterroodstaart,
  • Codirosso acquaiolo capobianco,
  • Forsskvätta,
  • Strømrødstjert,
  • žltochvost čiapočkatý,
  • rehek běločapkový,
  • Flodrødstjert,
  • virtaleppälintu,
  • cotxa de coroneta blanca,
  • pleszka białogłowa,
  • baltgalvas erickiņš,
  • Водяная горихвостка,
  • シロボウシカワビタキ,
  • 白顶溪鸲,
  • นกเขนหัวขาวท้ายแดง,
  • 白頂溪鴝,

Voix chant et cris

Le torrentaire a un chant particulièrement mélodieux, ondulant et très discret. Son "tyiieu yieu yieu" résonne comme un sifflement mélancolique qui dure un peu moins d'une seconde et qui est répété toutes les 5 à 6 secondes. Pendant la parade, le chant est variable et particulièrement complexe, si bien que l'on ne l'entend qu'à une très faible distance. Les cris sont des "tseee", "tseeit" ou des "shviiit!". Certains servent de cris d'alarme et ont également comme but de marquer le territoire. D'autres notes sonnantes et bourdonnantes peuvent également être entendues.

Habitat

Les Torrentaires à calotte blanche sont observables le long de grands cours d'eau de montagne. Ils fréquentent les blocs de pierre qui parsèment le lit des torrents ou des rivières à fort débit. Ils visitent les falaises recouvertes de mousses humides, les versants pentus des montagnes marécageuses, à des altitudes qui varient de 1 800 à 5 100 m. Leurs hauteurs préférées se situent généralement entre 2 400 et 4 200 mètres.
Dans l'Himalaya, les torrentaires hivernent au milieu de cours d'eau dont le fond est recouvert de galets et dans des canaux qui relient les plaines aux collines. Dans les zones plus élevées, ils nichent dans des prairies alpines parfois éloignées de plusieurs kilomètres des torrents. Pendant les migrations altitudinales, ils pénètrent parfois dans des constructions urbaines qui sont distantes de nombreux kilomètres de leur habitat habituel.

Comportement traits de caractère

Lorsqu'ils se déplacent, les Torrentaires à calotte blanche adoptent des postures caractéristiques : quand ils atterrissent, ils effectuent des petites révérences avec leur corps, secouent leur queue qu'ils ont préalablement déployée et laissent tomber leurs ailes.
Les Torrentaires à calotte blanche pêchent à la surface de l'eau, ils capturent leurs proies sur les petits rochers qui affleurent ou bien ils vagabondent près des mares peu profondes. Parfois, ils recherchent leur nourriture près des éboulis terrestres ou dans les falaises. De multiples sortes d'habitats sont ainsi exploitées : les rochers aquatiques ou terrestres, les habitats qui bordent les cours d'eau et les bancs des rivières. 2 techniques de pêche sont prioritaires : les poursuites aériennes et les plongeons au cours desquels ils piquent leurs proies avec le bec.
Les torrentaires sont des migrateurs d'altitude et de faible distance. Les populations de Chine ne vont pas plus loin que l'Afghanistan et le nord-ouest de l'Himalaya, mais, au Cachemire, l'amplitude dans les élévations n'est pas très prononcée. Dans de nombreuses régions, les torrentaires sont même présents aux mêmes altitudes tout l'année.
Ces moyens passereaux vivent en solitaire et en couples. Pendant la migration, ils forment des petits rassemblements. Ils sont territoriaux en hiver et au printemps.

Alimentation mode et régime

Les torrentaires consomment des insectes, surtout des éphéméroptères, des mouches et des tipules ainsi que des coléoptères et des fourmis. Leur menu comprend également des araignées et des mollusques et occasionnellement des baies (y compris des plantes aracées et des berbéris). Ils ingurgitent aussi des graines d'herbe.
Les torrentaires se répartissent de la façon suivante quand ils recherchent leur nourriture : 40% dans les rochers, 19% dans les sorties aériennes et moins de 2% sur les bancs de vase.

Reproduction nidification

La saison de reproduction s'étend du mois de mai à juillet-août. Généralement, les torrentaires mènent à terme 2 couvées. Lorsqu'il est composé de végétaux et d'un milieu naturel optimal, le territoire n'est pas forcément très étendu, les couples s'installant alors entre 100 et 200 mètres de chaque côté de la berge. Par contre, moins l'habitat est favorable, plus la superficie de l'aire est importante.
Le nid est une coupe volumineuse et profonde, il est composé d'herbes, de mousses et de racines, renforcé avec de la boue, garni copieusement avec des radicelles, des fougères et du crin animal. Il est placé dans une fissure de rocher ou dans un tronc d'arbre immédiatement sous l'écorce.
La ponte contient 3 à 5 œufs de couleur verdâtre ou vert bleuâtre avec des petites taches brun rougeâtre ou des éraflures gris violacé. Pas d'information sur la durée d'incubation et sur la longueur du séjour des jeunes au nid. Les oisillons continuent à être nourris plus de 5 jours après leur envol.

Distribution

Les Torrentaires à calotte blanche sont originaires du centre ainsi que du centre-est du continent asiatique. Les pays fréquentés sont l'Ouzbékistan, le Kirghizstan, l'Afghanistan, le Tadjikistan, le nord-est de la Chine. Leur aire rejoint le Myanmar et l'Indochine en passant par le pied de l'Himalaya. L'espèce est monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Torrentaires à calotte blanche ne sont pas globalement menacés. Ils sont localement communs ou communs respectivement au Pakistan et en Inde. Ces oiseaux sont très répandus en Chine mais relativement épars au Myanmar et dans le nord de la Thaïlande, où ils ne sont peut-être que des visiteurs en dehors de la période de nidification.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/11/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net