Touraco de Lady Ross

Musophaga rossae - Ross's Turaco

Systématique
  • Ordre
    :

    Musophagiformes

  • Famille
    :

    Musophagidés

  • Genre
    :

    Musophaga

  • Espèce
    :

    rossae

Descripteur

Gould, 1852

Biométrie
  • Taille
    : 54 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 390 à 444 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le capuchon est cramoisi foncé, les plumes formant une courte huppe érectile. Le menton, la gorge, la nuque et le cou constituent un bel ensemble bleu-noir. Les parties supérieures, la poitrine les couvertures alaires et la queue sont bleu violacé. Le ventre et les cuisses affichent une couleur noire. Les primaires et les filets externes des secondaires forment une large bande cramoisie bordée de brun. Le bec est jaune avec un casque de forme convexe qui remonte jusqu'au front. La mandibule inférieure et l'arrière du casque sont parfois rougeâtres. Les iris sont bruns. La peau nue lorale, la zone au-dessus et le pourtour des yeux sont jaune éclatant. Les pattes et les pieds sont noirs.
Les juvéniles ont un bec et le pourtour des yeux noirâtres. Le culmen est jaune mais il n'y a pas de casque frontal. Les plumes du front sont noires. Celles du capuchon sont également noires mais avec une tache centrale rouge.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ross's Turaco,
  • Turaco de Ross,
  • Turaco de Ross,
  • Rossturako,
  • rózsás turákó,
  • Lady Ross' Toerako,
  • Turaco di Ross,
  • Rossturako,
  • Rødtoppturako,
  • turako chochlatý,
  • banánovec chocholatý,
  • Gulmasket Turako,
  • kongonviolettiturako,
  • Rooikuifloerie,
  • turac de Ross,
  • turak czerwonoczuby,
  • Центральноафриканский гологлазый турако,
  • ムラサキエボシドリ,
  • 短冠紫蕉鹃,
  • 短冠紫蕉鵑,

Voix chant et cris

Les touracos de Lady Ross émettent un son permanent et guttural ressemblant quelque peu à un cri de singe et possédant un rythme régulier.

Habitat

Les touracos de Lady Ross fréquentent l'étage supérieur des forêts riveraines et des galeries d'arbres à feuilles permanentes. En Zambie, on les trouve aussi dans les fourrés de marquesia ou dans les forêts de mavunda qui sont composées des petits arbres sempervirents de 4 mètres de hauteur (Cryptosepalum exfoliatum). Au Botswana et dans la bande de Caprivi, on peut les observer dans les buissons d'euphorbe et à de moindres occasions dans des zones boisées denses composées d'arbres à feuilles caduques ou dans des zones de miombos.
Ces oiseaux vivent typiquement du niveau de la mer jusqu'à 1 750 mètres d'altitude. Parfois, ils peuvent grimper jusqu'à 2 500 mètres à la frontière qui sépare le sud du Soudan et le nord-est de l'Ouganda.

Comportement traits de caractère

Les touracos de Lady Ross vivent en couples ou en petits groupes. Ils sont extrêment territoriaux et ils se montrent agressifs vis à vis des autres espèces, y compris les rapaces. Comme la plupart des autres membres de la famille, ces grands oiseaux ont un vol malhabile. Par contre, ce sont des grimpeurs très performants, leurs pattes étant équipées de doigts semi-zygodactyles et d'un quatrième doigt rétractile.
Les touracos de Lady Ross vagabondent d'arbres en arbres dans les zones qui n'appartiennent pas à leur territoire normal. A part ça, ce sont des oiseaux plus ou moins sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les touracos de Lady Ross sont des oiseaux végétariens, ils consomment toutes sortes de fruits et de baies cultivées ou sauvages. Dans la liste des produits ingurgités, on trouve des figues, des fruits du parasolier (musanga), du laurier (beilschmiedia), d'autres petits arbustes comme les bridelias ou des petites vignes ligneuses comme les cissus. Ils mangent aussi les goyaves, les fleurs, les jeunes pousses. Les termites et les escargots viennent compléter le repas.

Reproduction nidification

Les Touracos de Lady Ross nichent de mai à novembre dans l'ouest du Kenya, à tous les mois de l'année excepté septembre en Ouganda, de septembre à novembre en Zambie et en décembre au Zaïre. Le nid est une plate-forme assez semblable à celle des pigeons, il est fabriqué avec des morceaux de bois qui peuvent mesurer jusqu'à 60 centimètres de long. Il est garni avec des brindilles plus modestes et il est placé entre 2 et 16 mètres au-dessus du sol dans un feuillage épais, une touffe de houx ou de plantes grimpantes. Il n'est pas rare que le nid soit situé dans un arbre isolé. Les 2 parents participent à sa construction.
La femelle dépose 1 ou 2 œufs de couleur blanc-crème et de forme cylindrique. Les adultes couvent à tour de rôle pendant 24 à 26 jours, les relais ont lieu 3 ou 4 fois par jour.
A leur naissance, les poussins sont recouverts d'un duvet brun sombre et laineux, ils sont réchauffés par les parents pendant au moins 8 jours, le temps que les premières plumes apparaissent. A 21 jours, ils sont déjà bien emplumés bien que la tête soit encore recouverte de duvet. Entre 23 et 30 jours, la crête rouge commence à se développer. Les jeunes oiseaux deviennent plus actifs au bout de 24 jours, ils commencent à sautiller dans les branches voisines puis ils quittent définitivement le nid aux alentours de 30 jours. Cependant, après l'envol, ils restent dépendants des parents pendant encore une période indéterminée.

Distribution

Les touracos de Lady Ross ont une aire très morcelée dans le centre-ouest et le centre-est du continent africain. Ces oiseaux sont présents du nord-est et de l'est du Zaïre, du sud du Soudan, de l'Ouganda, de l'ouest du Kenya, de la Tanzanie et du Rwanda-Burundi jusqu'à tout le sud du Zaïre, l'Angola et le nord de la Zambie. On trouve aussi des populations isolées au Gabon, au Cameroun et dans le nord de la République Centrafricaine. Des rapports les signalent aussi dans la bande de Caprivi, dans le delta de l'Okavango et au Botswana. En dépit de sa grande dispersion, cette espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du monde, ces touracos ne sont pas globalement menacés. Ils sont communs en Ouganda et réputés comme abondants à commun sur la plus grande partie de leur aire de distribution. Leur découverte au Gabon dans les années 80 est assez surprenante dans la mesure où elle intervenait quelques mois après une enquête détaillée qui s'était avérée infuctueuse. Comme de nombreuses espèces de cette famille (les musophagidés), les touracos passent souvent inaperçus et leurs effectifs sont sous-estimés. Certains nids sont parfois attaqués par les cercopithèques à diadème et par les serpents tels que les cobras des forêts (Naja melanoleuca) dans l'ouest du Kenya.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Touraco de Lady RossFiche créée le 22/09/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net