Touraco géant

Corythaeola cristata - Great Blue Turaco

Touraco géant

Touraco géant

Corythaeola cristata

((Vieillot, 1816))


Ordre : Musophagiformes

Famille : Musophagidés  ;

Genre : Corythaeola

Espèce : cristata

Espèce monotypique

Chant :

Biométrie :

Taille : 75 cm
Envergure : -
Poids : 822 à 1231 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : turako velký (cs), Kæmpeturako (da), Riesenturako (de), Great Blue Turaco (en), Turaco Gigante (es), keisariturako (fi), óriásturákó (hu), Turaco blu maggiore (it), カンムリエボシドリ (ja), Kjempeturako (nb), Reuzentoerako (nl), szyszak (pl), Tauraco-grande (pt), Большой голубой турако (ru), koko veľký (sk), Jätteturako (sv), 蓝蕉鹃 (zh)

Identification :
Touraco géant Le touraco géant est considéré comme un des plus beaux oiseaux africains. Il est volontiers identifié grâce à sa grande taille et la coloration de son plumage qui est majoritairement gris-bleu ou bleu verdâtre et jaune. La huppe proéminente et dressée sur le dessus de la tête a une teinte bleu-noir. La longue et large queue affiche une belle bande subterminale noire et une fine pointe bleue chez la plupart des oiseaux. Les rectrices externes sont partiellement bordées de jaune pâle. La poitrine et le haut de l'abdomen sont jaune verdâtre alors que le bas-ventre, les plumes des cuisses et des couvertures sous-caudales sont châtain. L'épais bec est jaune éclatant, les iris sont rouge foncé. La peau nue orbitale est de couleur noirâtre. Les pattes Touraco géant et les pieds ont la même couleur sombre. Les sexes sont rigoureusement identiques.
Les juvéniles sont plus ternes que les parents. Chez ces derniers, la crête est nettement plus développée.

Chant : Le touraco géant délivre des séries sonores de "kok-kok-kok" profonds, résonnants et gutturaux. Une sorte de trille plus doux "prru.....prru" vient parfois précéder ces séries. Cet oiseau est vocal surtout à l'aube et au crépuscule. (Xeno-Canto et N.Bouglouan)

Habitat : Les touracos géants fréquentent les régions basses, les zones intermédiaires de collines et les forêts pluviales montagneuses. On les trouve également volontiers dans les forêts-galeries qui ont une canopée dense. Quand ils ne sont pas molestés ou persécutés, ils s'adaptent assez facilement aux petites parcelles résiduelles de forêts. Ces oiseaux de grande taille peuvent être observés du niveau de la mer juqu'à 2 700 mètres d'altitude.

Distribution : Les touracos géants son originaires de l'Afrique Equatoriale. Leur aire de distribution s'étend de la Guinée Bissau, de la Guinée, du Libéria et de la Côte d'Ivoire en direction de l'est jusqu'au Nigéria. Touraco géant Elle se poursuit de la République centrafricaine jusqu'à l'ouest du Kenya en passant par le Cameroun, la Gabon, le Congo, le nord de l'Angola , le Zaïre, le sud du Soudan, l'Ouganda, le Rwanda-Burundi et le nord-ouest de la Tanzanie. Ces oiseaux sont également présents dans l'île Fernando Po, dans le golfe de la Guinée. Autrefois, l'espèce était divisée en 2 races, les population de l'est africain étant classées sont l'apellation C. c. yalensis. Désormais, elle est considérée comme monotypique.

Comportements : Les touracos ne sont pas des oiseaux solitaires, ils préfèrent vivre en couples ou former des petits groupes de 6 ou 7 individus, parfois plus. Ils sont territoriaux et défendent leur espace de vie privilégié pendant toute l'année mais il leur arrive de s'en éloigner quand ils doivent chercher de nouvelles ressources. Ils parcourent alors de faibles distances pour parvenir à leur arbre fruitier favori, y retournant pendant plusieurs jours consécutifs. Ces oiseaux s'approchent des arbres silencieusement et quittent le lieu de restauration un par un. Plusieurs groupes peuvent se rassembler dans un grand Touraco géant arbre à la convergence de plusieurs territoires.

Nidification : Les touracos géants nichent en mai au Nigeria, en février, mai-juillet et septembre-décembre au Cameroun, en mars, août-septembre et décembre au Gabon. Les autres dates sont les suivantes : mars-avril et septembre au Zaïre, janvier-juillet, septembre et novembre-décembre en Ouganda et dans l'ouest du Kenya.
Les touracos géants bâtissent généralement un nid en forme de plate-fome avec des morceaux de bois sec. Celui-ci a une bordure étroite, il est construit par les 2 adultes entre 8 et 25 mètres au-dessus du sol dans un grand arbre feuillu qui surplombe souvent la surface de l'eau. La ponte comprend habituellement 2 œufs, bleu verdâtre pâle et de forme sphérique. Les parents couvent pendant 29 à 31 jours. Une fois que les jeunes ont éclos, les parents font preuve d'une grande attention et ils s'occupent de leur progéniture jour et nuit jusqu'à ce qu'elle ait atteint l'âge de 27 à 29 jours. Les 2 oisillons sont ravitaillés par les 2 procréateurs qui sont souvent aidés par un assistant. A partir de la quatrième semaine, ils grimpent sur les branches à côtés du nid et à partir Touraco géant de 27 jours, ils s'essaient au vol en effectuant de courtes excursions. L'envol définitif a lieu au plus tard au bout de 38 jours. Les parents restent à proximité de leurs petits jusqu'à ce que ceux-ci aient 45 jours. et soient capables de voler avec plus d'assurance. Ils continuent à subvenir à leurs besoins en nourriture pendant encore 3 mois.

Régime : Les touracos géants ont un régime majoritairement frugivore. ils consomment des bourgeons, des jeunes pousses et des feuilles. Des fleurs sont également cueillies. En Afrique Occidentale, ces oiseaux marquent une préférence pour les fruits des parasoliers (musanga) qu'on trouve dans les forêts humides. Ils Touraco géant apportent aussi beaucoup d'intérêt pour les cissus, les lauriers (beilschmiedia) et beaucoup d'autres plantes comme les crotons et les autres euphorbiacées. Des insectes viennent parfois compléter le menu. En soirée, les touracos géants avalent une grande quantité de feuilles qu'ils régurgitent pour les oisillons.

Protection / Menaces : D'après le Handbook des oiseaux du monde, cette espèce n'est pas globalemnt menacée. C'est le plus répandu de tous les touracos et il ne semble pas rare dans la plupart des endroits. Bien qu'il soit adaptable jusqu'à un certain point et qu'il soit capable de tolérer des petites parcelles résiduelles de zones boisées quand il n'est pas persécuté, ses effectifs souffrent d'une certaine réduction à cause de la dégradation de son habitat et de la déforestation lente mais incessante. En Afrique Occidentale, il doit subir la chasse permanente car sa chair est considérée comme un mets délicat par les populations indigènes. En dépit d'une telle pression, le touraco géant est encore courant en Sierra Leone. Le braconnage pour le commerce des volières vient dans certains lieux accentuer le déclin. Les cercopithèques à diadème et les serpents s'attaquent parfois aux œufs et aux oisillons, mais cette menace n'est pas très importante. D'après Birdlife, la superficie du territoire est proche de 4 millions de kilomètres carrés et l'espèce est classée comme de préoccupation mineure.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : LE TOURACO.
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 18/09/2013 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 30/10/2014 04:37:41 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Touraco géant

Touraco géant