Touraco vert

Tauraco persa - Guinea Turaco

Systématique
  • Ordre
    :

    Musophagiformes

  • Famille
    :

    Musophagidés

  • Genre
    :

    Tauraco

  • Espèce
    :

    persa

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 43 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 225 à 290 g
Longévité

9 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, la tête, la crête érectile, le cou, la poitrine et le manteau sont vert-gazon. Le bas du dos, le croupion et la queue sont noirâtre terne avec des reflets pourpres ou violacés. Le ventre et les couvertures sous-caudales sont noir sans éclat. Les rémiges sont cramoisi brillant avec une fine bordure noire. On peut apercevoir une petite tache lorale blanche qui se poursuit par une étroite rayure noire en dessous de l'œil. Cette dernière est variablemnt soulignée par une fine ligne blanche.
Les iris sont bruns avec un sourcil écarlate. Le bec est rouge brunâtre avec une pointe noire. Les pattes et les pieds sont noirâtres.
Les immatures sont semblables aux adultes, mais la bordure noire des rémiges primaires est moins développée. Les différentes races se distinguent principalement grâce aux marquages faciaux. La race nominale persa présente une ligne blanche plus large sous l'œil et elle a souvent une légère teinte rouge sur les terminaisons de la huppe. La race zenkeri a une étroite et brève ligne blanche sous l'orbite et des terminaisons violacées sur le haut de la crête. Chez la race buffoni, la ligne blanche est souvent absente ou à peine visible. La crête est d'un vert pur et ne possède aucune terminaison rouge ni violacée.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Tauraco persa buffoni (Senegal and Gambia to Liberia)
  • Tauraco persa persa (Ivory Coast to Cameroon)
  • Tauraco persa zenkeri (s Cameroon to n Angola and nw DRCongo)

Noms étrangers

  • Guinea Turaco,
  • Turaco de Guinea,
  • Tauraco-verde, Turaco guiné,
  • Guineaturako,
  • perzsa turákó,
  • Groene Toerako,
  • Turaco di Guinea,
  • Guineaturako,
  • Fiolettvingeturako,
  • turako zelenochochlatý,
  • turako chocholatý,
  • Grøntoppet Turako,
  • vihertöyhtöturako,
  • turac de Guinea,
  • turak zielonoczuby,
  • Гвинейский турако,
  • ギニアエボシドリ,
  • 绿冠蕉鹃,
  • 綠冠蕉鵑,

Voix chant et cris

Les touracos verts émettent 2 ou 3 notes montantes "woop woop" suivies par toute une série régulière de "khaw" enroués et puissants. Un oiseau qui chante incite généralement tous les oiseaux du voisinage qui sont à portée de voix à se joindre à sa performance. Cette dernière tourne alors au concert et à la cacophonie qui prend de l'ampleur.

Habitat

En Afrique Occidentale, les touracos verts sont très répandus dans les forêts-galeries situées dans les régions basses. Ils marquent une certaine préférence pour les vieilles parcelles secondaires qui sont parvenues à maturité et qui sont placées en bordure des terres cultivées et le long des rivières ou d'autres petits cours d'eau. Ces oiseaux vivent typiquement entre le niveau de la mer et 1 100 mètres d'altitude, mais ils peuvent grimper jusqu'à 1 385 mètres dans les monts Bamenda au Cameroun.
Les touracos verts sont originaires d'Afrique Occidentale et Equatoriale. Leur aire de distribution longe la côte de l'océan Atlantique de la Sénégambie jusqu'au nord de l'Angola. Il y a officiellement 3 sous-espèces de l'ouest à l'est : T. p. buffoni (de la Sénégambie jusqu'au Libéria) - T. p. persa, la race nominale (Côte d'Ivoire, Ghana, en direction de l'est jusqu'au mont Cameroun et les monts Bamenda) - T. p. zenkeri (sud du Cameroun, Gabon, nord de l'Angola, Congo et nord-ouest du Zaïre).

Comportement traits de caractère

Les touracos verts sont largement sédentaires sur l'ensemble de leur aire de répartition. Au Gabon, ils se montrent fortement territoriaux et ils maintiennent une zone dans laquelle ils sont prédominants pendant toute l'année. Ces oiseaux ont l'occasion de vagabonder près des cours d'eau ou dans les galeries à la recherche de nourriture mais ces mouvements sont très irréguliers. Au cours de la journée, ils sont majoritairement arboricoles, ce qui ne les empêche pas de descendre à terre pour se désaltérer à la saison sèche. Ils sont particulièrement actifs et ils se révèlent d'une grande agilité quand ils courent et sautillent sur les branches. Au cours des parades, les touracos verts déploient leurs ailes pour mettre en valeur les belles taches rouges de leurs primaires.

Alimentation mode et régime

Les touracos verts consomment une grande variété de fruits sauvages et de fruits cultivés. Ils mangent aussi des fleurs et des bourgeons. Au Gabon, ils ingurgitent des fruits de parasoliers, de figuiers, de plantes grimpantes et d'autres espèces du genre coelocaryon, phoenix, rauwolfia ou solanum. La liste n'est pas exhaustive.

Reproduction nidification

Les touracos verts nichent en mai-juin et août au Cameroun, décembre-février et juin-septembre au Gabon. Ils se reproduisent en juin et en octobre en Sierra Leone. Le nid est une sorte de plate-forme bâtie de façon grossière avec des batons de bois et des brindilles. Il est construit avec des brindilles entrelacées qui sont plus solides que celles qui servent à ériger les nids de pigeon. Il est placé entre 1 mètre 50 et 3 mètres au-dessus du sol dans la partie la plus touffue d'un arbre ou d'un buisson isolé
La ponte comprend généralement 2 œufs, de couleur blanc-crème sans reflets brillants et de forme presque ovale. Les deux parents couvent à tour de rôle pendant 21 à 23 jours. Les oisillons sont nidicoles et restent au nid pendant les 26 à 28 jours qui suivent l'éclosion des œufs. Au Gabon, la mortalité des jeunes est assez imortante et il n'y en a habituellement qu'un seul à l'envol. Le survivant reste dépendant de ses parents pour une période qui dure 14 ou 15 semaines.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même assez commune et plutôt répandue sur l'ensemble de son aire de distribution mais on ne possède pas d'information précise sur le chiffre de ses effectifs. On ne détient non plus aucun renseignement sur la densité de ses population. Cependant, on sait qu'au Gabon les territoires mesurent environ 15 hectares. En Sierra Leone, cette espèce est particulièrement abondante dans les forêts-galeries. Elle est donc classée comme de préoccupation mineure (LC). Il n'empêche qu'elle est menacée par le recul de la forêt primaire tropicale dont elle dépend. Le touraco vert est également un oiseau de compagnie très apprécié et malgré la sévère règlementation qui en limite la capture, certains braconniers n'hésitent pas à utiliser tous les moyens pour s'en emparer.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/09/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net