Tourtelette émeraudine

Turtur chalcospilos - Emerald-spotted Wood Dove

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Turtur

  • Espèce
    :

    chalcospilos

Descripteur

Wagler, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 50 à 71 g
Distribution

Distribution

Description identification

La Tourtelette émeraudine fut autrefois considérée comme la même espèce que sa voisine la Tourtelette d'Abyssinie. Leur zone de répartition se chevauchant à certains endroits, seules des variations géographiques formaient deux sous-espèces. Turtur chalcospilos volkmanni et Turtur chalcospilos zambesiensis. Aujourd'hui, les deux espèces sont bien séparées et chacune monotypique dans son genre. La Tourtelette émeraudine est un petit pigeon dodu mesurant 20 cm. La calotte est gris bleuté. Le front, les lores et les parotiques sont blanc légèrement bleuté illuminant sa tête. Le menton, la gorge, la poitrine et les flancs sont mauve rosé. Le ventre est légèrement plus clair. Les parties supérieures sont gris-beige. Le dos blanc jaunâtre possède deux larges rayures marron. Deux autres rayures également marron sont visibles sur la queue. Les rectrices et les rémiges primaires sont marron. Les rémiges secondaires sont gris-beige et possèdent de fines franges blanches. Des taches irisées vert-émeraude sont visibles sur les rémiges tertiaires et les grandes couvertures formant maladroitement deux lignes horizontales. Les pattes sont rose violacé. Les yeux sont marron. Le bec est noir à base rouge terne pour les populations du sud de l'aire de répartition, il est entièrement noir au nord cette aire ; ce qui a valu auparavant, rappelons-le, la séparation de l'espèce en deux sous-espèces. Le dessous des ailes est de couleur châtaigne.
Sans dimorphisme sexuel, la femelle peut néanmoins être plus terne que le mâle. Le juvénile est plus terne et ses rémiges primaires possèdent de fines franges chamois.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Emerald-spotted Wood Dove,
  • Palomita Aliverde,
  • Rola-esmeraldina,
  • Bronzeflecktaube,
  • bronzfoltos erdeigerle,
  • Smaragdvlekduif,
  • Tortora boschereccia macchiesmeraldo,
  • Smaragdfläckduva,
  • Grønnflekkalvedue,
  • bronzovka lesná,
  • hrdlička zelenoskvrnná,
  • Smaragdpletdue,
  • uikuttajakyyhky,
  • Groenvlekduifie,
  • tortoreta d'ales maragda,
  • turkaweczka zielonoplamkowa,
  • Бронзовопятнистая лесная горлица,
  • ミドリマダラバト,
  • 绿点森鸠,
  • 綠點森鳩,

Voix chant et cris

L'appel de la Tourtelette émeraudine se fait en 3 phases. Deux longs roucoulements de même intensité suivis de plusieurs roucoulements diminuant et durant 10 secondes. Le tout est plutôt monotone et peut durer de longs moments.

Habitat

Absente des forêts tropicales à feuillages persistants et des zones semi-désertiques, la Tourtelettes émeraudine affectionne les forêts ouvertes incluant les forêts secondaires avec une préférence pour les mopanes et les acacias. Elle fréquente également les ripisylves, les zones d'agriculture et de sylviculture, les clairières et les pâturages. Elle est, de ce fait, très bien adaptée à la vie en zones anthropisées et se rencontre facilement autour des constructions humaines et vieux bâtiments ainsi que dans les parcs et jardins. Même si son observation peut se faire jusqu'à 2 000 m, elle reste généralement en-dessous de 1 600 m d'altitude.

Comportement traits de caractère

Espèce non migratrice, la Tourtelette émeraudine vit seule ou en couple. Elle peut cependant se regrouper avec plusieurs individus autour des flaques d'eau pour boire et sur les zones d'alimentation bien connues de l'espèce. Les seuls mouvements locaux sont liés à la saison des pluies. Dans les zones plus arides, elle va s'approcher des villes et profiter de l'eau citadine. Elle se déplace au sol en marchant sous la végétation épaisse pour y chercher sa nourriture. C'est l'endroit où elle passe le plus de temps. En cas de dérangement, elle s'envole avec de lents battements d'ailes et va se poser sur un perchoir.
Le vol : Le vol de la Tourtelette émeraudine est rapide et bas caractérisé par des battements d'ailes réguliers. En vol, la couleur châtaigne du dessous des ailes est bien visible.

Alimentation mode et régime

La Tourtelette émeraudine est principalement granivore. Elle se nourrit aussi de baies.

Reproduction nidification

La Tourtelette émeraudine est monogame. La période de nidification varie en fonction de son aire. Dans le nord, la reproduction a lieu d'avril à juin. En Afrique de l'Est, le sujet est plutôt mal décrit même si un pic d'activité est donné sur la période de mai à juin. En Afrique Australe, ce sera de janvier à mai puis en septembre-octobre. Comme de nombreux colombidés, le mâle séduit la femelle par le vol. Depuis un perchoir stratégique, il monte à la verticale (jusqu'à 10 mètres), claque des ailes et effectue une descente en vol plané lent, ailes et rectrices déployées. Le nid, fragile, constitué de brindilles et de radicelles formant une plate-forme, est construit sur des branches d'arbres ou d'arbustes, le plus souvent à 2 mètres du sol et bien dissimulé sous le feuillage vert. Il peut servir plusieurs années. La ponte est de deux œufs blanc-crème. Les deux sexes incubent pendant 13 à 17 jours. Les jeunes sont nourris 5 fois par jours pendant la même durée de l'incubation et par les deux parents. Les oisillons sont souvent prédatés par les mangoustes et pies-grièches. Une fois indépendants, ils restent sur le territoire parental jusqu'à avoir atteint l'âge adulte.

Distribution

La Tourtelette émeraudine est commune et largement répandue en Afrique Orientale, depuis les hauts plateaux d'Éthiopie en passant par le sud-est du Soudan du Sud et l'ouest de la Somalie. Elle est aussi présente au Kenya, en Tanzanie, en République Démocratique du Congo, en Zambie et au Mozambique, à l'est de l'Afrique du Sud, au nord-ouest du Botswana et sur une bande côtière allant de la Namibie au Gabon.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population n'a à ce jour pas été quantifiée, mais est stable et non menacée.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/10/2016 par Nathalie Santa Maria © 1996-2017 Oiseaux.net