Trogon de Baird

Trogon bairdii - Baird's Trogon

Systématique
  • Ordre
    :

    Trogoniformes

  • Famille
    :

    Trogonidés

  • Genre
    :

    Trogon

  • Espèce
    :

    bairdii

Descripteur

Lawrence, 1868

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 95 g
Distribution

Distribution

Description identification

George Newbold Lawrence, ornithologue américain (1806-1895) découvrit Trogon bairdii en 1868 à San Mateo au Costa Rica et le nomma ainsi en hommage à Spencer Fullerton Baird (1823-1887) ornithologue également américain, son ami et collègue avec qui il fit plusieurs expéditions. Comme tous les trogons, le trogon de Baird a une particularité qui rend chaque membre de la famille des trogonidés unique : il est le seul trogon à ventre rouge et à bec bleu et les scientifiques pensent qu'il forme une super-espèce avec Trogon viridis, citroleus et melanocephalus. Trogon bairdii mesure de 25 à 28 cm, au dimorphisme net, le mâle a le bec bleu pâle qui est un élément distinctif immanquable, la coloration du bec est assortie à son cercle orbital du même bleu pâle, l'iris est noir. Les parotiques noires contrastent peu avec la calotte et la nuque d'un bleu-outremer très foncé, selon la lumière ce bleu se teintera de reflets violets. Le manteau, le dos et les scapulaires sont vert-émeraude, là aussi la lumière va jouer son rôle, suivant son exposition, l'oiseau semblera parfois bleu-turquoise, bleu violacé ou carrément violet ! Les couvertures sont grises et les vermiculures caractéristiques de beaucoup de trogons sont absentes, les rémiges sont anthracites presque noires avec des émarginations blanches assez nettes. La poitrine est noire sur sa partie centrale et sur les bords proches des couvertures, légèrement teintée du même bleu-outremer trouvé sur la nuque et la calotte. Le ventre est rouge orangé, les rectrices inférieures sont blanches et se terminent d'un trait horizontal noir, les rectrices supérieures présentant une coloration vert-bronze aux reflets bleu-turquoise. Les tarses sont bleu-gris. La femelle possède un bec plus gris avec une mandibule supérieure noire, la calotte et la nuque sont anthracite, les parotiques, la gorge et la poitrine sont grises, le ventre reste rouge orangé avec une dominante plus orange que le mâle. Le manteau, le dos et les scapulaires sont anthracite, les couvertures gris foncé sont peintes de très fines vagues blanches horizontales, les rémiges sont identiques au mâle : noires avec les émarginations blanches. La queue est totalement différente du mâle, les rectrices inférieures sont rayées horizontalement anthracite et blanc, la base de la queue proche du bas-ventre étant uniquement anthracite comme les rectrices supérieures. Les juvéniles ressemblent à leur mère, les jeunes mâles présentent les premiers reflets verts de leur plumage adulte sur le dos, les rectrices inférieures sont "vaguement" rayées avant de devenir blanches pour les mâles et rayées pour les femelles.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Baird's Trogon,
  • Trogón de Baird,
  • Bairdtrogon,
  • Baird-trogon,
  • Bairds Trogon,
  • Trogone di Baird,
  • Bairdtrogon,
  • Blåryggtrogon,
  • trogón panamský,
  • trogon Bairdův,
  • Blårygget Trogon,
  • sinirintatrogoni,
  • trogon de Baird,
  • trogon panamski,
  • Настоящий трогон,
  • パナマハグロキヌバネドリ,
  • 拜氏美洲咬鹃,
  • 貝爾德氏美洲咬鵑,

Voix chant et cris

L'oiseau n'est pas toujours facile à voir, aussi on l'entend ! Une série de "coo-coo-coo-coo-coo" rapides et aigus qui baissent d'intensité à la fin de la stance. Alexander Skutch, ornithologue américain (1904-2004), constata que le trogon de Baird avait une large étendue de vocalises, le mâle, lors de la période de reproduction de février à mai au Costa Rica, pouvant chanter pendant 30 mn pour appeler une femelle et marquer son territoire. Lors de la couvaison, la femelle signifie à son compagnon qu'elle veut se dégourdir les ailes en lançant un "tuck-tuck-tuck" répété et qu'il doit ainsi la remplacer.

Habitat

Le trogon de Baird aime la canopée et la forêt tropicale humide, on peut le trouver à la limite des forêts secondaires à une altitude moyenne, aux alentours de 1 200 m.

Comportement traits de caractère

De mœurs sédentaires, il reste sur la face pacifique de la cordillère d'Amérique Centrale, aucune migration observée.

Alimentation mode et régime

Le trogon de Baird est frugivore mais il aime visiblement tous les types d'insectes et notamment les orthoptères, les chenilles, les mantes, diverses larves qu'il capture depuis une branche. A l'occasion, de petits lézards sont au menu !

Reproduction nidification

Skutch observa, au Costa Rica, les premiers signes de construction du nid début mars, l'élaboration du nid commençant vraiment en avril. Le trogon de Baird va creuser dans un arbre en décomposition, à une hauteur moyenne de 15 m, souvent dans un spathodea (arbre de la famille des magnolias). Le mâle choisit l'arbre et le couple va travailler en commun pour creuser un tunnel ascendant d'environ 18 cm de long et 8 cm de diamètre jusqu'à la chambre où les deux parents vont couver 2 à 3 œufs pendant 16 à 17 jours. Les œufs sont souvent pondus avec un jour d'intervalle. Le couple nourrit en alternance les petits avec des insectes, les oisillons quittent le nid au bout de 25 jours. Le taux de mortalité des petits semble assez élevé, prédation, climat, intempéries ne facilitant pas l'élevage.

Distribution

Son aire est très restreinte, la côte pacifique du Costa Rica et l'extrême ouest du Panama.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

NT : near threatened, en danger dans un futur proche, l'IUCN estime la population totale du trogon de Baird entre 1 000 et 5 000 individus sur une surface totale de 12 500 km carrés, la déforestation ainsi que l'expansion démographique font courir un risque certain à l'un des plus rares trogons néo-tropicaux. L'oiseau n'est pratiquement plus observé au Panama. Trop inféodé à sa petite aire de distribution, il continue à subsister dans les parcs nationaux, mais pour combien de temps ?

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/07/2013 par Anne et Gabriel Leboff © 1996-2017 Oiseaux.net