Tyran pitangua

Megarynchus pitangua - Boat-billed Flycatcher

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Tyrannidés

  • Genre
    :

    Megarynchus

  • Espèce
    :

    pitangua

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 62 à 70 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez la race nominale, le capuchon varie du brun noirâtre au noir fuligineux terne, le sommet du crâne est surmonté par une tache jaune-orange à moitié cachée. Les longs, larges et évidents sourcils blancs partent des côtés du front et se rejoignent sur la nuque. Il y a une large bande sombre qui traverse la face des lores aux couvertures auriculaires, créant un masque. Les joues sont blanches. Les parties supérieures varient de l'olive au brun-olive terne, les ailes et la queue sont brun sombre avec de discrets liserés cannelle pâle ou roux.
La gorge est blanche. Les parties inférieures, y compris les axillaires et les sous-alaires sont jaune éclatant. Les iris sont bruns. Le bec, exceptionnellement lourd et puissant, a un culmen long et fortement courbé. Il est noirâtre mais la base de la mandibule inférieure est parfois plus brune. Les pattes sont noirâtres.
Le tyran pitangua est souvent confondu avec le tyran sociable (Myiozetetes similis). Il s'en distingue toutefois par sa plus grande taille, ses ailes et sa queue brunâtres, son dessus olive et son bec exceptionnellement fort.
Les sexes sont identiques, les juvéniles ressemblent aux adultes mais la calotte jaune au-dessus du crâne est absente, les liserés cannelle sur les ailes et la queue sont plus larges. La race mexicanus a un dessus plus verdâtre et plus brillant. La race chrysogaster est assez semblable à la nominale mais les bordures rousses ou cannelle des rémiges et des couvertures alaires sont plus visibles et le jaune du dessous est plus riche. La calotte est orange-fauve et non pas jaune.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Megarynchus pitangua tardiusculus (nw Mexico)
  • Megarynchus pitangua caniceps (w Mexico)
  • Megarynchus pitangua mexicanus (e Mexico to nw Colombia)
  • Megarynchus pitangua deserticola (c Guatemala)
  • Megarynchus pitangua pitangua (tropical n and c SA to n Argentina, Trinidad)
  • Megarynchus pitangua chrysogaster (e Ecuador and nw Peru)

Noms étrangers

  • Boat-billed Flycatcher,
  • Bienteveo Pitanguá,
  • Neinei,
  • Bauchschnabeltyrann,
  • csónakcsőrű bentévi,
  • Bootsnaveltiran,
  • Pigliamosche becco a barca,
  • Båtnäbbstyrann,
  • Båtnebbtyrann,
  • postriežkar pitangua,
  • tyran velkozobý,
  • Bådnæbstyran,
  • isonokkaväijy,
  • tirà reial bec de bota,
  • bentewi wielkodzioby,
  • Тиранн-лодкоклюв,
  • オオハシタイランチョウ,
  • 船嘴霸鹟,
  • 船嘴霸鶲,

Voix chant et cris

Les cris les plus communs, souvent accompagnés d'un dodelinement de la tête, sont puissants, variés, plutôt rudes et légèrement perçants, ce qui leur donne un son très caractéristique. Dans ce répertoire, on peut entendre des "kwée'le", "eeihrrr", "krrrah", "neeeeeah" ou "keerrrrr-eék" qui sont bourrus et souvent bégayants, crépitants et tremblants. Parfois des "quee-zika quee-zika" peu avenants et querelleurs sont aussi émis. Selon les circonstances, ces tyrans produisent aussi des cris geignards ou moqueurs qui ont une sonorité nasale. A L'ouest des Andes, la race chrysogaster délivre des séries de "kreh-kreh-kreh-kreh-kreh-kreeeenh".
Le chant délivré à l'aube est simple et clair. Il est composé de "whée-dic", "pprrri-iu", "chirr-rr" ou"cheer chirree" qui sont répétés de façon monotone.

Habitat

Les tyrans pitangua fréquentent une grande variété de zones boisées et d'habitats forestiers, avec différents degrés d'humidité. Cependant, la plupart du temps, on peut les observer dans des zones semi-ouvertes, dans des savanes ou dans des clairières avec des grands arbres clairsemés. On les trouve également dans les plantations, à la lisière de boisements plus denses ainsi que dans les parcelles plus arides qui longent les cours d'eau. En Amazonie, les tyrans pitangua sont généralement aperçus dans les forêts inondables situées près des rivières et des lacs. Toutefois, on ne le trouve pas systématiquement près des points d'eau. Ils visitent aussi les jardins ombragés et les parcelles secondaires dont les arbres sont parvenus à un bon stade de maturation. Les tyrans pitangua vivent de 1 000 à 1 500 mètres d'altitude, mais au Costa Rica et au Panama, ils peuvent grimper jusqu'à 1 850 mètres. Au Venezuela et en Equateur, ils peuvent même atteindre 1 900 mètres.

Comportement traits de caractère

Les tyrans pitangua sont habituellement observés en couples ou en petits groupes familiaux de 3 à 5 individus. Occasionellement, ils rejoignent les bandes mixtes qui se déplacent dans la canopée. La plupart du temps, ces oiseaux résident à l'étage moyen de la végétation ou dans le feuillage dense situé juste en-dessous de la canopée, mais il leur arrive aussi parfois de se percher bien en évidence sur des branches bien exposées. Parfois, ils se tiennent même au niveau le plus bas, sur les ramures intérieures d'arbres plus ouverts comme les cécropias.
Les tyrans chassent à l'affût à partir d'un perchoir, ils poursuivent généralement leurs proies sur de faibles distances. De temps en temps, ils capturent leurs proies sur la surface des feuilles en pratiquant un court vol stationnaire. Ils dédaignent généralement les insectes volants. Les plus grosses proies sont martelées contre le perchoir avant d'être consommées. Les fruits et les graines sont glanés.

Alimentation mode et régime

Les tyrans pitangua se nourrissent d'invertébrés, en particulier des cigales et d'autres très gros insectes. Ils sont également connus pour consommer de petits animaux à squelette, des figues, des baies et des graines charnues et de couleur vive.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de février à juin à Trinidad. En Colombie, la construction du nid a lieu en juillet et en octobre, la couvaison se déroule en août dans l'extrême sud-ouest du pays. Dans le nord (Guajirà, Cesar), les mâles sont en condition pour se reproduire de juin à août. Au Brésil, dans le sud, les oisillons sont visibles à la fin novembre. Dans l'état d'Amazonas, les nids sont construits en juillet. En Argentine (province de Missiones), la reproduction va de la mi-octobre à la fin décembre.
Le nid est construit entre 10 et 14 jours. C'est une coupe plus ou moins ronde et assez profonde composée d'une grande variété de matériaux tels que des brindilles, des feuilles, des herbes, des plantes grimpantes sèches, des racines, des rhizomes d'épiphytes et d'autres fibres végétales. Souvent, il a une apparence fragile et il paraît mal organisé. Il est habituellement placé sur une branche horizontale, entre 6 et 30 mètres de hauteur et à une distance variable du tronc.
La ponte contient 2 ou 3 œufs qui sont déposés à 2 ou 3 jours d'intervalle. L'incubation est de 17 ou 18 jours. Le séjour des jeunes au nid est d'environ 24 jours.

Distribution

Les tyrans pitangua sont originaires de l'Amérique Centrale et de la moitié nord du continent sudaméricain, y compris partiellement les Andes. Leur aire s'étend de l'ouest du Mexique jusqu'au Rio Grande do sul et à l'extrême nord de l'Argentine. Il y a officiellement 6 sous-espèces : M. p. tardiusculus (ouest du Mexique (sud-ouest du Sinaloa jusqu'à l'ouest de Nayarit)). - M. p. caniceps (ouest du Mexique (sud-ouest de Jalisco)). - M. p. mexicanus (est-sud du Mexique (du sud du Tamaulipas jusqu'au Guerrero) en direction du sud jusqu'au Panama et au nord-ouest de la Colombie). - M. p. deserticola (vallée aride du Rio Negro, dans le centre du Guatemala). - M. p. pitangua (nord, centre-est de la Colombie (plaines caribéennes, vallée de la Magdalena, versant oriental des Andes), Venezuela, Trinidad, les Guyanes, est de l'Equateur (excepté la région de Zamora), est du Pérou, Brésil (jusqu'au Rio Grande do Sul), nord-est de la Bolivie, Paraguay et nord-est de l'Argentine (jusqu'à Formosa et Corrientes)). - M. p. chrysogaster (ouest de l'Equateur (à partir d'Esmeraldas) et extrême nord-ouest du Pérou (Tumbes, Nord-Piura).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Selon les régions, la densité est très variable, de rare à commune. Elle est présente dans de nombreux parcs nationaux ou zones protégées sur l'ensemble de son aire de distribution. Le tyran pitangua est capable de s'adapter dans de multiples habitats forestiers. Il est tolérant des lieux qui ont subi une grande dégradation, son avenir n'est donc pas en danger.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/01/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net