Vacher à ailes baies

Agelaioides badius - Greyish Baywing

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Agelaioides

  • Espèce
    :

    badius

Descripteur

Vieillot, 1819

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Longévité

6 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les 2 sexes sont identiques. On ne peut les distinguer que par leur comportement, la protubérance cloaquale chez le mâle et l'existence de petits coussins servant à l'incubation chez la femelle. Ces oiseaux ont tout à fait la même silhouette que les autres vachers : bec court et puissant, corps trapu, queue de longueur modérée. Les adultes présentent un plumage gris brunâtre contrastant avec les lores noires qui forment une sorte de masque. Les vachers à ailes baies cherchent parfois leur nourriture dans du fumier, si bien que leur tête et leurs parties inférieures sont souvent souillées d'une teinte olive. La couleur d'arrière-plan des ailes et de la queue est brun noirâtre avec de larges bordures rousses qui font que l'aile paraît presque entièrement rousse. Les tertiaires sont la seule partie des ailes où le centre sombre est évident. En plumage frais, les filets extérieurs de la queue peuvent afficher de fines bordures rousses. Le bec et l'intérieur de la bouche sont noir charbonneux. L'iris est brun sombre, les pattes et les pieds sont noirs.

Les juvéniles sont semblables aux adultes. Toutefois, les lores ne sont pas aussi sombres et ne produisent pas cet effet de masque. Certains portent de vagues stries sur les parties inférieures. Les iris sont grisâtres et le bec semble plus terne que chez les adultes. Tous les traits distinctifs de la jeunesse disparaissent rapidement et le seul caractère particulier que les immatures conservent est l'intérieur rose de la bouche.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Agelaioides badius badius (e Bolivia and s Brazil to Uruguay and c Argentina)
  • Agelaioides badius bolivianus (c and s Bolivia, nw Argentina)

Noms étrangers

  • Greyish Baywing,
  • Tordo Músico,
  • Asa-de-telha,
  • Braunkuhstärling,
  • barnaszárnyú gulyajáró,
  • Bruine Koevogel,
  • Vaccaro alibaie,
  • Brunvingetrupial,
  • Brunvingetrupial,
  • vlhovec hnedý,
  • vlhovec šedohnědý,
  • Brunvinget Kostær,
  • ruskoturpiaali,
  • federal alacastany,
  • starzyk rdzawoskrzydły,
  • Бурокрылый коровий трупиал,
  • クリバネコウウチョウ,
  • 栗翅牛鹂,
  • 栗翅牛鸝,

Voix chant et cris

Le chant, émis par les deux sexes, est une suite plutôt flemmarde mais agréable de sifflements. Les argentins l'appellent couramment "el musico" car sa partition ressemble à celle d'un orchestre, mais d'un orchestre qui jouerait des notes quelques peu discordantes. Les notes ne sont jamais claires ni pures, adoptant un ton légèrement bourdonnant. Lorsque ces vachers chantent à l'unisson, le ton général n'est pas vraiment déplaisant mais ressemble quelque peu à une cacophonie. Le cri le plus courant est un "cheuk" bas et profond qui peut être émis en de multiples occasions, y compris entre les chants. Il peut être également lancé en vol. Deux autres cris sont susceptibles d'être entendus : un "chuck" plus haut qui sert de cri d'alarme et un "peeeoooh" clair et sifflé qui est relativement rare.

Habitat

C'est un oiseau des lisières des zones boisées ouvertes. Il apprécie particulièrement les épineux et les arbres à feuilles caduques. On le trouve en priorité dans les boisements adaptés à la sècheresse ou dans ceux qui sont habitués à subir une intense période aride pendant une partie de l'année. Pour nicher, cette espèce à besoin de petits arbres clairsemés répartis dans le chaco et dans la pampa, tels que les micocouliers (Celtis). Le vacher à ailes baies est également présent dans un grand nombre d'habitats perturbés tels que les parcs urbains ou les terres agricoles pourvues de grands arbres. Dans les Andes, il fréquente les vallées sèches recouvertes de broussailles en alternance avec des cactus du genre Trichocereus.

Comportement traits de caractère

Les vachers à ailes baies sont des oiseaux extrêmement grégaires. La plupart du temps, ils vivent en petites bandes qui varient de 4 à 20 individus ou plus. En été, les regroupement ont une taille plus modeste, alors qu'en hiver, ils comprennent en moyenne 21 oiseaux. On ne les trouve en solitaire ou en couples qu'en tout début de saison de nidification lorsqu'ils vivent à proximité des nids. En hiver, les vachers à ailes baies forment des perchoirs communs au sein desquels on trouve également une minorité d'autres espèces.
Ce sont des oiseaux monogames chez lesquels le lien conjugal dure pendant deux saisons au plus. Quelques cas de polyandrie ont toutefois été observés. Les couples sont particulièrement actifs aux abords du nid : ils choisissent parfois le site et défendent cet emplacement pendant plusieurs semaines avant d'y déposer leur ponte. Dès que les oeufs sont éclos, des assistants, qui étaient jusque là tenus à l'écart, convergent vers le nid pour aider les parents à nourrir les jeunes et assurer leur protection. La femelle s'accouple parfois avec des assistants, mais cette relation ne produit jamais aucune couvée. Il n'y a très souvent qu'une seule couvée par saison.
Les vachers à ailes baies sont de grands chanteurs, mais contrairement aux autres ictéridés, leur chant n'est pas accompagné de parades au cours desquelles ils ébouriffent leurs plumes. Ils émettent leurs vocalises à partir d'un perchoir souvent proche du nid. Les 2 sexes chantent, mais les mâles sont généralement plus vocaux que leurs partenaires. Le lissage des plumes entre plusieurs individus est assez courant. Un autre rituel consiste à pointer le bec de façon agressive. En plus de cela, les vachers à ailes baies pratiquent une parade collective qui est sans doute destinée à défendre le territoire, bien que d'autres interprétations soient possibles. Au cours de cette parade, jusqu'à 25 oiseaux se rassemblent et se mettent à chanter. Certains piquent une feuille ou une brindille, se pavanent sur le sol en pointant le bec au bout duquel est fixé cet objet. Des querelles interviennent parfois au cours de ce rituel, suite à quoi le groupe éclate en une multitude de bandes plus petites.

Alimentation mode et régime

Les vachers à ailes baies se nourrissent à la fois dans les arbres où ils glanent des insectes et à terre où ils prospectent souvent en compagnie d'autres vachers ou d'autres ictéridés. Quand ils s'alimentent dans les champs ouverts, les vachers à ailes baies ont tendance à s'installer à la périphérie, plus à proximité des arbres que les autres vachers.

Reproduction nidification

Les vachers à ailes baies ne sont pas des parasites comme les vrais vachers du genre Molothrus. Cependant, ils s'emparent du nid d'autres espèces, en chassent parfois le propriétaire et éventuellement y déposent leur propre ponte. La plupart des nids sélectionnés par ce vacher sont assez anciens, ce qui n'entraîne généralement aucun conflit avec le titulaire. Néanmoins, lorsque le nombre de nids disponibles est limité, les combats pour leur occupation sont plus nombreux. Les nids préférés sont habituellement recouverts d'un toit ou fabriqués avec des brindilles : au nombre des nids qui sont ainsi usurpés, on peut compter ceux de l'Annumbi fagoteur, des synallaxes du genre Phacellodomus et des fourniers roux. Les vachers à ailes baies utilisent également d'anciennes cavités de pics et des nichoirs artificiels.
Sur l'ensemble de leur aire de distribution, les vachers à ailes baies sont des nicheurs assez tardifs. Dans la région de Buenos Aires, la ponte connaît une pointe dans son activité au cours de mois de décembre et de janvier, mais elle peut commencer dès la fin septembre. Les femelles déposent 4 à 5 oeufs blancs, crème, gris, bleu pâle avec des taches plus sombres. En fait, la taille exacte des pontes est difficile à déterminer car le vacher à ailes baies est victime du parasitisme du vacher criard (Molothrus rufoaxillaris) qui rejette certains oeufs de la couvée initiale pour y substituer ses propres oeufs. Au début de la nidification, il n'y a pas véritablement de défense du territoire et plusieurs nids peuvent être proches les uns des autres. Dès que les oeufs sont éclos et à partir du moment où les assistants sont présents, le nid est farouchement gardé notamment contre les vachers criards qui sont considérés comme l'ennemi principal. Les vachers luisants tentent également de parasiter le nid mais cette pratique est moins courante.

Le mâle se charge de coordonner la défense du nid. Comme ce dernier est fermé et recouvert d'un dôme, il n'y a souvent qu'une seule entrée et le mâle se perche directement en face d'elle pour tenter de dissuader toute intrusion. Il n'intervient agressivement que lorsque l'intrus est parvenu à environ 1 mètre de l'orifice. Les femelles des vachers criards parviennent toutefois à s'introduire grâce à l'aide de leur partenaire qui effectue une diversion. Les jeunes vachers criards imitent parfaitement les mimiques des enfants de leurs hôtes. Différencier les deux espèces d'oisillons, tant par leur attitude que par leur plumage, est d'ailleurs rigoureusement impossible, les jeunes vachers criards n'accomplissant leur mue qu'une fois qu'ils ont acquis leur indépendance. Les vachers luisants ne rencontrent pas un tel succès. En effet, les jeunes de cette espèce acquièrent assez rapidement un plumage différent. Dès que la différence dans leur apparence est trop flagrante, les parents-hôtes cessent de les nourrir. Les vachers déposant habituellement plus d'un oeuf (multi-parasitisme) le taux de natalité est souvent peu important chez les vachers à ailes baies. Ces derniers essaient de lutter contre ce parasitisme en essayant d'être imprévisibles : soit ils pondent immédiatement après que le nid est achevé, soit ils attendent de longues semaines avant de déposer leurs couvées. Cette stratégie est rarement couronnée de succès.

Distribution

Le vacher à ailes baies est endémique de l'Amérique du Sud. Son aire de distribution couvre le nord et l'est de l'Argentine, l'Uruguay, la plus grande partie du Paraguay, la Bolivie excepté les provinces de l'est (Oruro, Potosi et Pando). Au Brésil, il est surtout présent dans le sud du Mato Grosso et dans l'état de Rio Grande do Sul. Il existe deux sous-espèces : Agelaioides B. badius, la race la plus répandue, vit en dessous de 1000 m - A.B. bolivianus, uniquement dans les hautes terres de Bolivie, jusqu'à 2800 mètres d'altitude. Le vacher à ailes baies est une espèce sédentaire qui ne s'éloigne jamais très loin de son lieu de naissance.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le vacher à ailes baies est commun sur l'ensemble de son aire.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 30/11/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net