Veuve dominicaine

Vidua macroura - Pin-tailed Whydah

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Viduidés

  • Genre
    :

    Vidua

  • Espèce
    :

    macroura

Descripteur

Pallas, 1764

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 14 à 19 g
Longévité

7 ans

Distribution

Distribution

Description identification

En plumage nuptial, le mâle adulte présente un beau plumage noir brillant sur le capuchon, le dessus et les très longues rectrices (environ 20 cm). Les ailes sont brun foncé avec d'évidentes marques blanches. Les joues, les parties basses de la face et le dessous sont blancs. Le bec affiche une coloration rouge écarlate.
La femelle et le mâle en plumage d'éclipse présentent un dessus brun fortement strié de sombre. Le dessous est blanchâtre avec des flancs chamois. La face affiche une teinte chamois avec des motifs décoratifs noirs. La femelle a le bec rouge brunâtre. En plumage éclipse, les mâles perdent leur long panache mais conservent leur bec écarlate.
Les immatures ressemblent aux femelles mais ils possèdent un plumage plus uniforme et un bec grisâtre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pin-tailed Whydah,
  • Viuda colicinta,
  • Viuvinha,
  • Dominikanerwitwe,
  • dominikánus vida,
  • Dominikanerwida,
  • Vedova codaspillo,
  • Dominikaneränka,
  • Dominikanerenke,
  • vdovka strakatá,
  • vdovka černobílá,
  • Dominikanerenke,
  • dominikaanileski,
  • Koningrooibekkie,
  • vídua cua d'agulla,
  • wdówka białobrzucha,
  • Доминиканская вдовушка,
  • テンニンチョウ,
  • 针尾维达雀,
  • 針尾維達雀,

Voix chant et cris

Veuve dominicaine
♂ adulte nuptial

La veuve dominicaine chante depuis un perchoir. Le chant comprend un couinement rapide et des stridulations.

Habitat

Cet espèce est très commune et c'est la plus répandue des veuves. On la trouve dans une grande variété de paysages : zones boisées ouvertes, savanes, arbustes, broussailles, régions cultivées mais également jardins. Elle fréquente des altitudes du niveau de la mer jusqu'à 3000 mètres.
Distribution : la veuve dominicaine est endémique d'Afrique au sud du Sahara. Elle est particulièrement répandue dans la partie orientale du continent (Kenya, Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie) mais son aire se poursuit en direction de l'Afrique Australe jusqu'en Afrique du Sud.
On la trouve aussi à Porto Rico. L'espèce a été introduite à Hawaï, mais semble à présent éteinte.

Comportement traits de caractère

Pendant la période de reproduction, le mâle adopte un comportement territorial agressif et possède un harem de plusieurs femelles qui forment un petit groupe. Il exclut systématiquement de son territoire tous les autres mâles par de multiples procédés : pratiques ritualisées, poursuites ou combats réels si cela devient nécessaire.
Les querelles de voisinage sont très fréquentes et elles sont souvent utilisées volontairement pour déterminer la frontière de chaque territoire.
Le mâle effectue un vol de parade particulièrement complexe au cours duquel il pratique le vol stationnaire au-dessus de la femelle pour lui exposer sa longue queue. Il émet son cri à partir d'un perchoir. C'est un pot-pourri assez discordant de couinements stridents et de gazouillements à la manière d'un moineau qui forment une composition rythmée.
En dehors de la saison de reproduction, ils se rassemblent en grands groupes de 100 oiseaux et plus. Les non reproducteurs sont grégaires, et forment des bandes de 20 à 30 oiseaux.
Le vol : La veuve dominicaine effectue un magnifique vol nuptial, en voltigeant au-dessus de la femelle pour exposer sa queue. Le mâle évolue en face d'elle, perchée sur une branche et regardant ce vol agile. Le fait de voler crée des mouvements provoquant des vagues avec les plumes de la queue, donnant à ce vol l'apparence d'une danse.

Alimentation mode et régime

Son régime est majoritairement végétarien. Elle se nourrit de graines tombées et de semences cultivées qu'elle trouve presque exclusivement en picorant sur le sol. Rarement, elle prélève les graines directement sur la plante. Elle gratte aussi le sol pour déterrer des graines.
A l'occasion, elle consomme également des petits insectes tels que les termites et leurs larves.

Reproduction nidification

La veuve dominicaine est un oiseau parasite qui dépose sa ponte dans le nid de certains estrildidés, en particulier ceux des astrilds. Contrairement au coucou, elle ne détruit pas les oeufs de son hôte, elle ajoute simplement entre 2 et 4 oeufs à la ponte déjà existante. Les oeufs de l'astrild et de la veuve sont d'un blanc identique, quoique ceux de la veuve dominicaine soient légèrement plus grands. Les oisillons de la veuve imitent parfaitement les petits astrilds et maintiennent leur bec grand ouvert de la même façon pour réclamer leur pitance. Alors que les autres espèces de veuves (veuve du paradis, veuve royale) ne parasitent en général qu'une seule espèce d'hôte, les veuves dominicaines font preuve d'originalité en la matière et sont capables de déposer leurs oeufs dans les nids de nombreuses espèces : astrild commun, astrild à croupion rose, astrild cendré, astrild à poitrine fauve et astrild à joue orange. La liste n'est sans doute pas exhaustive.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La veuve dominicaine est largement répandue et commune.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/06/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net