Cigogne blanche

Ciconia ciconia - White Stork

Systématique
  • Ordre
    :

    Ciconiiformes

  • Famille
    :

    Ciconiidés

  • Genre
    :

    Ciconia

  • Espèce
    :

    ciconia

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 102 cm
  • Envergure
    : 155 à 165 cm.
  • Poids
    : 3000 à 3500 g
Longévité

26 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les adultes des deux sexes ont le plumage entièrement blanc, excepté les primaires et les secondaires qui sont noires. La queue est blanche. Le long bec est droit et affûté en forme de poignard.
Les juvéniles ont le bec et les pattes rouge foncé terne, et la pointe du bec est noirâtre.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Ciconia ciconia ciconia (Europe and w Asia, Middle East and n Africa, s Africa)
  • Ciconia ciconia asiatica (c Asia)

Noms étrangers

  • White Stork,
  • Cigüeña Blanca,
  • Cegonha-branca,
  • Weißstorch,
  • Fehér gólya,
  • Ooievaar,
  • Cicogna bianca,
  • Vit stork,
  • Stork,
  • bocian biely,
  • čáp bílý,
  • Hvid Stork,
  • kattohaikara,
  • Witooievaar,
  • cigonya blanca,
  • Hvítstorkur,
  • bocian biały,
  • baltais stārķis, svētelis,
  • bela štorklja,
  • Белый аист,
  • シュバシコウ,
  • 白鹳,
  • นกกระสาขาว,
  • 白鸛,

Voix chant et cris

La Cigogne blanche est en général plutôt silencieuse. On peut entendre quelques sons gutturaux quand elle se pose au nid, ou un sifflement si elle est dérangée ou en alerte. Mais les sons les plus classiques ne sont pas des expressions vocales, mais de rapides claquements de bec bien rythmés, souvent entendus près ou dans les nids.

Habitat

La Cigogne blanche habite des zones ouvertes et dégagées de cultures et pâturages, les prairies humides et les plaines bordant le cours des rivières, les vergers et champs irrigués.
Certaines populations sont résidentes à l'année si la nourriture est suffisante.

Comportement traits de caractère

Cigogne blanche
adulte

Les Cigognes blanches se nourrissent en groupes si elles nichent les unes près des autres. La Cigogne blanche peut rester longtemps posée sur une seule patte, lissant son plumage, sur un arbre, un haut édifice, au sol ou le plus souvent, dans son nid. Elle marche lentement, de façon majestueuse.
Un mâle qui arrive à un nid commence à le refaire immédiatement, et il attend l'arrivée de la femelle, quelques jours plus tard. Le couple est uni pour la vie.
La parade nuptiale comprend de curieuses postures, en plus des claquements de bec habituels.
Le comportement migratoire des cigognes varie avec l'âge. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 4 ou 5 ans.
Le vol : La Cigogne blanche bat lentement des ailes, plane et remonte dans les courants thermiques jusqu'à grande hauteur.

Alimentation mode et régime

La Cigogne blanche se nourrit de grenouilles, têtards, lézards, anguilles, vers de terre, couleuvres, poissons, sauterelles, mollusques, escargots, crustacés divers, poussins et œufs de petits oiseaux, et petits mammifères.

Reproduction nidification

Le nid de la Cigogne blanche est toujours placé dans des lieux hauts et découverts, faciles d'accès pour ces grands oiseaux. On les trouve sur des tours, des clochers, des pylônes, des arbres où plusieurs nids peuvent se côtoyer. Ces nids sont employés année après année. Les cigognes rajoutent de nouveaux matériaux, donnant parfois des volumes énormes.
La femelle dépose en général 4 œufs blancs et brillants, à raison d'un tous les deux jours.
L'incubation commence au premier ou au second œuf pondu, partagée entre les deux parents, la femelle pendant la nuit, et le couple pendant la journée. L'incubation dure environ 32 à 34 jours.
Les deux adultes nourrissent les jeunes par régurgitation dans le nid où les poussins picorent. À l'âge de deux ou trois semaines, les jeunes sont nourris toutes les deux heures.
Le premier vol a lieu à l'âge de 55 à 60 jours.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

C'est l'une des espèces européennes qui a subi un des déclins les plus rapides au 20ème siècle, même si au sud de son aire de répartition (France et péninsule Ibérique) cette tendance semble être inversée. La régression de l'espèce est liée principalement à la disparition des lieux d'alimentation et de reproduction, les collisions, les électrocutions avec les lignes électriques et les conditions catastrophiques dans les quartiers d'hiver en Afrique. L'emploi des pesticides leur est défavorable car elles les ingèrent en consommant des insectes et des rongeurs.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/11/2002 par Didier Collin avec la participation de Maelle Bujaud © 1996-2017 Oiseaux.net