Aigle montagnard

Nisaetus nipalensis - Mountain Hawk-Eagle

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Nisaetus

  • Espèce
    :

    nipalensis

Descripteur

Hodgson, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 86 cm
  • Envergure
    : 130 à 165 cm.
  • Poids
    : 2500 à 3500 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'aigle montagnard est un rapace de taille moyenne aux parties supérieures brunes et au dessous clair. Chez la race nominale nipalensis, la face inférieure des rémiges et le dessous de la queue portent d'évidentes barres. La poitrine, le ventre et le dessous des ailes sont fortement striés de brun clair ou de cannelle pâle. Les ailes, larges avec un bord de fuite arrondi, sont maintenues en position de "V" assez évasé lorsqu'il est en vol. Les sexes sont identiques mais les juvéniles ont souvent une tête plus blanche. La race kelaarti du Sri Lanka (notre illustration) est généralement plus petite et présente des couvertures sous-alaires chamois sans aucune marque. La race orientalis du Japon affiche une taille plus impressionnante, un plumage plus clair et une toute petite huppe, bien moins développée que chez les 2 autres sous-espèces. L'aigle montagnard peut être facilement distingué de l'Aigle huppé (Spizaetus cirrhatus) en raison de son dessous plus fortement strié et de la forme de ses ailes.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Nisaetus nipalensis nipalensis (Himalayas east to China and south to Malay Pen.)
  • Nisaetus nipalensis orientalis (Japan)

Noms étrangers

  • Mountain Hawk-Eagle,
  • Aguila-azor Montañesa,
  • Gavião-montês,
  • Bergadler,
  • hegyi vitézsas,
  • Aziatische Kuifarend,
  • Aquilastore montano,
  • Berghökörn,
  • Fjellskogørn,
  • orlovec hnedosivý,
  • orel horský,
  • Bjerghøgeørn,
  • mahtijalokotka,
  • àguila de muntanya,
  • wojownik górski,
  • kalnu vanagērglis,
  • Восточный хохлатый орёл,
  • クマタカ,
  • 鹰雕,
  • เหยี่ยวภูเขา,
  • 熊鷹〔赫氏角鷹〕,

Voix chant et cris

L'aigle montagnard possède une communication particulièrement bruyante. Son cri habituel est un "klu-weet-weet" assez semblable à celui du chevalier cul-blanc. En vol, il émet des appels rapides et bouillonnants pas très différents de ceux du Grèbe castagneux.

Habitat

Les aigles montagnards fréquentent les forêts de montagne, de 600 à 2800 mètres dans l'Himalaya, jusqu'à plus de 4000 mètres en Chine, mais seulement jusqu'à 1500 m dans le sud de l'Inde et de 250 à 1500 m au Japon. Ces rapaces sont endémiques du continent asiatique. Leur aire de distribution part du sud de l'Himalaya et se poursuit vers l'est jusqu'à l'ouest et le centre-ouest de la Chine, Taïwan et l'Indochine. On le trouve également dans les principales îles du Japon. Trois sous-espèces sont officiellement reconnues : Spizaetus nipalensis nipalensis (Himalaya, Chine, Indochine, Taïwan)- S.n. kelaarti (sud de l'Inde, Sri Lanka) - S.n. orientalis (Hokkaïdo, Honshu, Kyushu, Shikkoku).

Comportement traits de caractère

L'aigle montagnard n'est pas particulièrement discret. Au cours de ses fréquentes expéditions au-dessus de la cime des arbres, il est particulièrement visible et il signale son arrivée par une série de cris puissants. Toutefois, il passe une grande majorité de son temps perché dans le feuillage dense qui lui sert de poste d'observation pour repérer ses proies. Dès qu'il en a aperçu une, il descend sur une branche inférieure puis il se laisse tomber sur la victime d'un court vol piqué ; occasionnellement, l'aigle montagnard construit son nid dans un village, ce qui lui donne accès aux basses-cours voisines. En fait cette espèce possède deux types de nids : un qui lui sert pour la reproduction et l'élevage des jeunes, l'autre qu'il utilise comme lieu où il se repose et consomme ses proies. Ses parades sont nombreuses : elles consistent pour les deux partenaires à planer de concert. Ces séances de vols planés sont suivis par des vols ondulants. Partout où sa présence est avérée, c'est un oiseau sédentaire, bien que certains oiseaux soient sujets à de brefs mouvements migratoires et descendent dans les régions basses à certaines périodes de l'année.

Alimentation mode et régime

Les aigles montagnards se nourrissent de taupes, d'écureuils de singes et de toutes sortes de petits mammifères jusqu'à la taille d'un lièvre. Ils capturent également des oiseaux d'assez grande taille (faisans de sommering, perdrix) et même des rapaces de petite taille (busautour à joues grises, épervier du Japon). A l'occasion, leur menu est complété par des volailles domestiques et par des lézards. Toutes les proies sont capturées au sol.

Reproduction nidification

Le nid est bâti dans un arbre de la forêt, la plupart du temps dans un feuillu mais parfois aussi dans un conifère. C'est une grosse structure de brindilles et de branches qui peut atteindre deux mètres de diamètre et un peu plus d'un mètre de profondeur. L'intérieur est garni de feuilles vertes ou d'aiguilles de conifère. La construction du nid est une entreprise collective : le mâle se charge plutôt de la collecte des matériaux tandis que la femelle s'occupe plutôt de leur assemblage. Cependant, le partage complet des tâches est une chose assez courante. La femelle pond habituellement un œuf unique qu'elle couve seule. Pendant toute la période d'incubation, le mâle ravitaille sa partenaire. Lorsqu'elle couve, la femelle est particulièrement agressive et réagit avec véhémence à toute forme de dérangement. Elle reste au nid en compagnie de l'aiglon jusqu'à ce que ce dernier prenne son envol. La famille reste unie jusqu'à ce que le jeune soit suffisamment fort et capable de chasser pour pourvoir à sa propre subsistance. A partir de ce moment-là, il devient un concurrent embarrassant pour ses parents et les adultes l'encouragent alors fortement à déménager et à trouver un nouveau territoire.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement considérée comme en danger. Cependant, l'espèce orientalis qui vit au Japon est en déclin et certains prévoient même son extinction si aucune mesure de protection n'est prise. Comme, cette sous-espèce est particulièrement attractive du fait de sa prestance et de sa grande taille (plus de 80 cm), beaucoup considèrent que sa disparition constituerait une perte irréparable.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/06/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net