Alcippe de Verreaux

Fulvetta ruficapilla - Spectacled Fulvetta

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sylviidés

  • Genre
    :

    Fulvetta

  • Espèce
    :

    ruficapilla

Descripteur

Verreaux, J, 1871

Biométrie
  • Taille
    : 11 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 8 à 10 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le Fulvetta ou Alcippe de Verreaux a des iris noisette, un bec brun clair avec une base jaunâtre. Ses pattes et ses ongles affichent une couleur gris obscur. Le vertex et la nuque présentent une teinte rousse bordée de chaque côté par du noir. Le dos est olive, s'intégrant plus ou moins bien dans le roux-olive du croupion et des sous-caudales. Le centre de la poitrine et le ventre sont blanchâtres, le cou est identique, si bien qu'il n'y a pas de transition entre le haut et le bas des parties inférieures.
Les côtés de la poitrine initient quelque teinte violacée. Le flanc et les sous-caudales sont roux olivâtre. Le front, le pourtour des yeux et le côté du cou forment un ensemble gris. On aperçoit une tache blanche au-dessus et en dessous de l'œil. Les plumes auriculaires sont d'un violet soyeux. Les ornements de la face sont complétés par un sourcil gris bordé de noir jusqu'à la nuque.
La queue noire est nuancée de roux. Les pennes brunes sont liserées de gris cendré, de noir et roux olivâtre.
La femelle est semblable au mâle.
On présume que les juvéniles s'accordent avec les couleurs des parents. Chez la race sordida, le capuchon est moins rouge, les oreillons sont plus clairs et les sourcils sont plus sombres et plus longs. Le bas du ventre et les sous-caudales sont chamoisés et moins roussâtres.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Fulvetta ruficapilla ruficapilla (c China)
  • Fulvetta ruficapilla sordidior (s China)

Noms étrangers

  • Spectacled Fulvetta,
  • Fulveta de Verreaux,
  • Rotscheitelalcippe,
  • Brilnontimalia,
  • Fulvetta dagli occhiali,
  • Glasögonfulvetta,
  • Eikefulvetta,
  • fulveta okuliarnatá,
  • timálie vlasatá,
  • Brillefulvetta,
  • kuusitimali,
  • fulveta de Verreaux,
  • cynamonek rdzawołbisty,
  • briļļu losīte,
  • Рыжеплечая альциппа,
  • チャミミチメドリ,
  • 棕头雀鹛,
  • 棕頭雀鶥,

Voix chant et cris

Il a une communication très discrète et le seul cri qui soit vraiment perceptif est une petite note de rappel, fort insignifiante. Le Handbook de Del Hoyo ne décrit vraiment aucune note en détail.

Habitat

Les Alcippes de Verreaux, également appelés Fulvettas de Verreaux, vivent dans les forêts pourvues de chênes et d'arbres dont les larges feuilles recouvrent les branches de façon permanente. On peut également les observer dans les jungles de broussailles qui forment des parcelles épaisses en cours de régénération. Ils occupent également les espaces recouverts par les ronciers.
L'habitat préféré des Alcippes de Verreaux se situe généralement à des altitudes qui vont de 1 250 à 2 500 mètres. Occasionnellement, ils peuvent grimper jusqu'à 3 000 m. Certains rapports d'observation prétendent que ces petits oiseaux montagnards sont capables d'atteindre des hauteurs de 4 000 mètres, mais ces informations ne semblent pas crédibles.

Comportement traits de caractère

Les Alcippes de Verreaux fréquentent les mêmes lieux que les Fulvettas à gorge rayée (F. cinereiceps). Toutefois, ils s'éloignent plus sensiblement des grands bois et des escarpements montagneux. On les observe assez couramment dans les haies basses et dans les touffes de bambous sauvages qui poussent au bord des cours d'eau. Ces endroits sont idéaux pour qu'ils puissent y développer leurs
mouvements vifs et agiles. Dans un milieu naturel ainsi constitué, leur naturel rusé et craintif les rend très difficiles à capturer.

Alimentation mode et régime

Les Alcippes de Verreaux ont un menu très varié et composé de nombreux ingrédients organiques et végétaux. Si l'on effectue une étude des restes de l'alimentation, on distingue une grande variété d'éléments : insectes ailés, punaises terrestres, mais également des graines. Les Fulvettas de Verreaux recherchent leur nourriture en solitaire ou en couples. Elles forment aussi des petites bandes qui atteignent entre 10 et vingt individus. Elles prospectent dans les étages inférieures de la canopée des petits arbres. Le sous-bois est également inspecté.

Reproduction nidification

Sur ce secteur de sa biologie, le Handbook de Del Hoyo ne fournit aucun renseignement. Cependant, comme chez la plupart des petits paradoxornithidés de la zone tempérée de la Chine, cet alcippe semble nicher à la fin du printemps, c'est à dire en mai-juin. Le nid de feuilles contient une ponte de 4 ou 5 œufs. Pas d'informations supplémentaires.

Distribution

Cet alcippe, endémique du centre de la Chine, est assez peu répandu et il ne dépasse pas le massif du Tsin-Ling alors que l'Alcippe à gorge rayée est plus fréquent et lui adresse une plus ferme concurrence. 2 sous-espèces sont officiellement reconnues :

F. r. ruficapilla - centre de la Chine (sud du Gansu et Sud-Shaanxi en direction du sud jusqu'au nord-est du Sichuan).

F. r. sordidior - Chine Méridionale, ouest et centre du Yunnan, vers l'est jusqu'au Sichuan et au Guizhou).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Fulvettas ou Alcippes de Verreaux n'ont pas un statut bien déterminé. Selon la plupart des observateurs et des ornithologues, cette espèce varie de Localement Commun à Rare. La superficie de son aire semble assez considérable (plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés).

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Alcippe de VerreauxFiche créée le 17/10/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net