Barbican à poitrine brune

Lybius melanopterus - Brown-breasted Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Lybius

  • Espèce
    :

    melanopterus

Descripteur

Peters, W, 1854

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 45 à 61 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce barbican à la longue queue possède un bec clair. Le mâle a une tête rouge qui se fond dans le brun de la poitrine et du dos. Le bas du dos est majoritairement blanc, les cuisses sont noirâtres contrastant nettement avec le ventre qui est blanchâtre. Le bec est corne pâle avec une ou deux "dents". La femelle est semblable au mâle, mais on a trouvé au moins une femelle brune avec des flancs tachetés, ce qui suggère qu'il peut y avoir un léger dimorphisme sexuel. Les immatures ont un plumage plus terne, ils sont moins rouges sur la figure.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Brown-breasted Barbet,
  • Barbudo Pechipardo,
  • Barbaças-de-peito-castanho,
  • Braunbrust-Bartvogel,
  • Bruinborstbaardvogel,
  • Barbetto bandabruna,
  • Brunbröstad barbett,
  • Brunbelteskjeggfugl,
  • fuzáň hnedoprsý,
  • vousák hnědoprsý,
  • Brunbrystet Tandskægfugl,
  • kekäleseppä,
  • barbut pitbrú,
  • wąsal czerwonogłowy,
  • Бурогрудая либия,
  • チャムネゴシキドリ,
  • 揭胸拟鴷,
  • 非洲棕胸擬啄木,

Voix chant et cris

Il n'y a pas véritablement de chant. L'équivalent est peut-être un "nyekk" ou un "trakk" simple ou par série de 10 notes émises au rythme d'une par seconde. On peut aussi parfois entendre un "nyaaaaaak" bruyant ou un un "skzzz" grinçant et nasal à la cadence de 2 par seconde. Ce dernier est délivré en cas de rencontre ou avant l'accouplement. En cas de rencontres inappropriées et agressives, ces barbicans produisent de puissantes palpitations d'ailes et des claquements de bec.

Habitat

Les barbicans à poitrine brune fréquentent les étendues résiduelles de forêt et les parcelles qui ont été partiellement coupées. On les trouve aussi à la lisière des zones boisées, dans les plantations clairsemées d'arbres, dans les bois qui longent les cours d'eau et les rivières, dans les jardins et dans les parcelles qui bordent les routes des villages et des banlieues citadines, comme à Dar-ès-Salam. Ces oiseaux vivent généralement à des altitudes en-dessous de 600 mètres, ce qui ne les empêche pas de grimper jusqu'à 1 700 mètres à la fois en Tanzanie et au Malawi.
Les barbicans à poitrine brune vivent en Afrique Orientale, majoritairement en dessous de la ligne de l'équateur. Ces lybiidés ont une répartition principalement costale et leur aire s'étend du sud de la Somalie jusqu'au centre du Mozambique en passant par le centre du Kenya, le centre de la Tanzanie, le nord et le sud-est du Malawi. Les populations qui vivent à l'intérieur des terres sont souvent disjointes de celles du littoral. Cette espèce est considérée comme monotypique. Les oiseaux qui vivent en Somalie sont parfois séparés sous le nom de race didymus en raison de leur plumage plus clair en hiver. Cependant, ils retrouvent un beau plumage nuptial sombre pendant la période estivale, si bien qu'ils sont considérés comme non-valides.

Comportement traits de caractère

Ce petit oiseau est plutôt social. Il n'est pas rare d'apercevoir les membres d'un groupe, côte à côte, au contact et se lissant régulièrement les plumes. Les offrandes de nourriture sont également courantes. Le barbican à poitrine brune recherche sa nourriture par groupe de 6 ou de 7, il se perche tranquillement sur les branches pour faire sa récolte de figues. Ils poursuit également ses proies dans les airs et il ne rentre au perchoir qu'après avoir capturé trois ou quatre insectes. Il parcourt en volant l'espace situé aux alentours de la cavité et il patrouille activement pour trouver des arbres convenables à son alimentation et à sa reproduction. Bien que les couples ne revendiquent pas un endroit exclusif par le chant, il est cependant probable que cet oiseau soit territorial comme la plupart des barbicans de la famille des lybiidés. Le barbican à poitrine brune est largement sédentaire, ce qui ne l'empêche pas de parcourir de brèves distances le long des rivières.

Alimentation mode et régime

Le menu est relativement peu connu. Les barbicans à poitrine brune se nourrissent d'insectes, y compris des hyménoptères. Ils consomment aussi des figues, des fruits cultivés, diverses autres sortes de fruits et des baies, ce qui est le régime normal d'un membre de la famille des lybiidés.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de novembre à juin et également en août. Dans certaines régions, il ya parfois 2 couvées, en captivité il peut y en avoir juqu'à 3. Les barbicans à poitrine brune nichent habituellement en groupes de 7 individus comprenant souvent des subadultes des couvées précédentes. De nombreux rituels tels que les lissages de plumes, des mouvements de queue et des salutations, permettent de renforcer la cohésion de tous les membres. Le nid n'est pas décrit mais il est généralement établi à 6 mètres au-dessus du sol dans la grosse ramure d'un grand arbre mort. Ces oiseaux semblent territoriaux.
La couvée est inconnue mais on peut souvent apercevoir 3 ou 4 oisillons. On n'a pas d'information ni sur la durée d'incubation ni sur la période du séjour au nid. L'envol et les autres aspects des mœurs reproductives sont pour l'instant sans informations. Les petits indicateurs (Indicator minor) trompent souvent la vigilance des assistants et parasitent les nids, ce qui porte une assez grave atteinte au rendement des nichées.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. On ne possède aucune évaluation précise sur les effectifs. Dans les terres cultivées mixtes et dans les boisements situés le long des routes, les groupes sont séparés de 300 à 500 m les uns des autres. Le barbican à poitrine brune est souvent assez local, pas très répandu, et ce facteur, associé avec la morcélisation des populations dans l'aire de distribution, peut faire penser qu'il est vulnérable. La limite précise de sa répartition au sud demande à être confirmée ou précisée. De plus amples informations sont également requises sur sa biologie. Bien qu'il cohabite avec le Barbican bidenté, il paraît dominant vis à vis de cette espèce. Son développement est sans doute altéré par le parasitage du petit indicateur.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 30/05/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net