Barbican pourpré

Trachyphonus purpuratus - Yellow-billed Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Trachyphonus

  • Espèce
    :

    purpuratus

Descripteur

Verreaux, J Verreaux, E, 1851

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 65 à 100 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front jusqu'à la moitié du capuchon est rouge terne, tout comme le sourcil et les couvertures auriculaires qui présentent toutefois un rouge plus éclatant. Les lores sont recouverts de quelques rares plumes noires. L'arrière du capuchon, la nuque et les côtés du cou sont bleu-noir brillant. En plumage frais, les plumes du dos sont noir brunâtre avec des pointes lustrées bleues. Le croupion et les sus-caudales sont brun-noir, parfois avec de rares pointes jaunâtres. La queue est noire avec une étroite bande subterminale blanche sur les rectrices externes. Le dessous de la queue est noir plus grisâtre.
Les plumes du menton, de la gorge et de la poitrine sont multicolores : cela produit un plastron brun bordé de rouge et recouvert d'abondantes stries roses ou argentées. Le reste des parties inférieures (bas de la poitrine, côtés, flancs, ventre et sous-caudales) est entièrement jaune avec de très fines lignes noires. Le dessus des ailes est brun-noir mais les couvertures ont des terminaisons bleu brillant et la base des rémiges est grise avec du blanc sur les vexilles externes. Les scapulaires son légèrement tachées de blanc. Les sous-alaires sont blanc terne à la base et gris noir au niveau de l'extrémité des rémiges. La courbe de l'aile est blanche ou barrée de noir.
Le bec est jaune, parfois nuancé d'orange ou de vert. Contrairement à certains barbicans, il n'y a pas de dentelures sur le bord tranchant. La peau orbitale est jaune éclatant, les iris varient du rouge au rouge-orange ou au rouge-brun. Les pattes et les pieds sont gris.
Les femelles et les immatures ressemblent aux mâles mais les zones noires sont plus ternes et n'ont pas de lustre bleu. La tête est moins colorée de rouge. Les pointes roses ou argentées de la gorge et de la poitrine sont absentes. Le ventre et les flancs sont plus uniformément jaunes, les lignes noires étant bien plus discrètes. Les iris sont bruns.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Trachyphonus purpuratus purpuratus (se Nigeria to Central African Republic, n and c DRCongo and nw Angola)
  • Trachyphonus purpuratus goffinii (Sierra Leone to Ghana)
  • Trachyphonus purpuratus togoensis (Togo to sw Nigeria)
  • Trachyphonus purpuratus elgonensis (s Sudan and ne DRCongo to w Kenya)

Noms étrangers

  • Yellow-billed Barbet,
  • Barbudo Piquigualdo,
  • Barbacas de bico amarelo,
  • Gelbschnabel-Bartvogel,
  • Geelsnavelbaardvogel,
  • Barbetto beccogiallo,
  • Gulnäbbad barbett,
  • Praktperleskjeggfugl,
  • perlavec žltozobý,
  • vousák žlutozobý,
  • Gulnæbbet Perleskægfugl,
  • sulttaaniseppä,
  • barbut becgroc oriental,
  • brodal żółtodzioby,
  • Желтоклювый трахифонус,
  • キバシオナガゴシキドリ,
  • 黄嘴拟鴷,
  • 黃嘴擬啄木,

Voix chant et cris

Barbican pourpré
adulte

Son répertoire est aussi varié que celui de l'ensemble des barbicans. Le chant est constitué de longues séries de "hoop" bas qui sont délivrés au rythme d'un ou deux par seconde. Il peut durer de longues minutes et être entendu à n'importe quel mois de l'année. Toutefois, il est plus fréquent pendant la période de reproduction. Lorsque 2 oiseaux sont ensemble, on peut occasionnellement entendre des duos au cours desquels des "whaa" aigus sont synchronisés avec les "oop". Les "whaa-oop" sont émis à une cadence parfois rapide de 5 par seconde, puis le mâle enchaîne en solitaire sur des "oop" simples. Les duos sont parfois précédés par des "chaa chaa -aa" et par des "oop" produits par les 2 membres du couple. Au cours des cérémonies de salutations, les couples émettent des "oonk" ou des "onk" qu'ils combinent dans d'irrégulières séries : "oonk-onk-onk-oonk-onk". En cas de rencontre, les barbicans adultes se font reconnaître grâce à des séries de "Eh-eh-eh-eh" ou de Uh-uh-uh". Les jeunes qui sont au nid réclament en produissant des séries basses et répétitives de "dd dd dd".

Habitat

Les barbicans pourprés fréquentent les sous-bois qui ont une végétation touffue dans les plaines qui leur conviennent mais parfois aussi dans les forêts primaires de montagne. Ils vivent également dans les vieilles forêts secondaires qui sont parvenues à maturité et qui ont un sous-bois fourni, à la lisière des zones boisées, dans les galeries d'arbres qui longent les rivières, dans des parcelles isolées, dans des fermes et sur des terres cultivées à condition que celles-ci ne soient pas trop éloignées des forêts. Les barbicans pourprés ont absolument besoin d'assez grands arbres car la plus grande partie de leur activité se déroule à quelques 10 mètres au-dessus du sol. Ce sont principalement des oiseaux de plaine, bien qu'ils puissent grimper jusqu'à 1 300 mètres en Afrique Occidentale et jusqu'à 2 800 dans l'ouest du Kenya.

Comportement traits de caractère

Les barbicans pourprés sont des oiseaux discrets, ils cherchent leur nourriture en solitaire ou en couples, prospectant dans les buissons et à l'étage inférieur des arbres, sautillant sur les branches un peu à la manière des barbicans à tête rouge (Trachyphonus erythrocephalus). Ils glanent dans les feuillages, se déplacent à terre en sautillant et poursuivent parfois les insectes dans les airs.
Ces oiseaux sont très agressifs, ils sont capables de défendre leur territoire même dans des arbres où il y a des nids de barbicans à gorge grise, ces derniers étant pourtant très réputés pour leur pugnacité. Ils s'en prennent régulièrement aux barbicans funèbres (Tricholaema lacrymosa) et aux différentes espèces de bulbuls qui nichent directement à proximité. Par contre, ils semblent cohabiter plus paisiblement avec les barbicans hérissés et les barbicans promépics.
Les barbicans pourprés se perchent parfois pendant de longues périodes au cours desquelles ils restent immobiles, la queue lâche et légèrement écartée. Ils peuvent passer très facilement inaperçus quand ils ne chantent pas. Les couples ou les groupes familiaux prospectent ensemble ou séparément. Cette n'espèce n'est pas très grégaire et les rassemblements ne durent jamais très longtemps.
Les chants et les duos sont souvent accompagnés de parades visuelles. A proximité du nid, qui est la seule zone véritablement défendue, les barbicans pourprés déploient souvent leurs ailes pour mettre en valeur la barre blanche de leurs scapulaires. Au cours des cérémonies de salutation, ces oiseaux tapotent du bec contre l'entrée du nid. Les individus qui paradent hérissent les plumes de leur tête, font ressortir les plumes roses et argentées de leur gorge et pointent leur bec jaune de façon à faire se refléter ses couleurs. Le mâle qui chante sa série de "hoop" agite la queue de haut en bas à chaque note.

Alimentation mode et régime

Leur régime n'est pas entièrement connu. On sait cependant qu'ils consomment des termites ailées, des fourmis et des escargots. Différentes sortes de fruits sont également ingurgités à l'étage bas et moyen de la végétation mais aussi parfois dans la canopée. Dans la série des végétaux, on peut noter des plantes de la famille des Olacacées (Heisteria), des fruits de parasolier (Musanga), d'euphorbiacées (Macaranga), des bielschmiedia, des avocats ainsi que des figues. La liste n'est pas exhaustive.

Reproduction nidification

La saison de reproduction varie selon les régions : octobre en Sierra Leone, octobre-mars au Libéria, janvier au Ghana, mars et juillet au Togo. D'autres dates sont disponibles : janvier-juillet au Nigeria, août-janvier au Cameroun, octobre-janvier au centre du Zaïre, avril-mai au Nord-Zaïre, septembre en Angola, août-décembre en Ouganda et dans l'ouest du Kenya. La date de la mue suggère que la saison peut être très longue, du moins dans ces 2 derniers pays.
Les deux adultes creusent la cavité dans une souche vermoulue ou dans un arbre mort situé à l'intérieur de la forêt. Occasionnellement, ils choisissent un arbre isolé ou une souche à peine éloignée de la lisière. Les figuiers et les parasoliers sont utilisés en priorité. Les barbicans pourprés forment parfois des colonies avec les barbicans à gorge grise . Dans l'ouest du Kenya, toutes les cavités sont placées entre 2 et 8 mètres au-dessus du sol, mais au Gabon on a trouvé un nid à une hauteur de près de 30 mètres. Le fond de la cavité n'est généralement pas garni. L'entrée a une largeur d'environ 5 centimètres. Le nid en lui-même mesure environ 55 cm de profondeur et 15 centimètres de diamètre.
La ponte comprend entre 2 et 4 œufs , de couleur blanche et brillante et mesurant en moyenne 29 millimètres sur 19. Comme souvent chez les espèces cavernicoles, la durée de l'incubation est inconnue.
Les oisillons réclament beaucoup et sont ravitaillés jusqu'à 14 fois par heure. Ils reçoivent des baies blanches, des fruits, des escargots et des larves d'insectes d'origine indéterminée. On ignore combien de temps ils séjournent au nid et pendant quelle durée ils dépendent de leurs parents après l'envol. L'observation d'un groupe familial suggère que les juvéniles restent au sein de la cellule familiale jusqu'à ce qu'ils aient atteint leur plumage adulte.

Distribution

Les barbicans pourpés sont originaires de l'Afrique Occidentale et de l'Afrique Equatoriale jusqu'au lac Victoria. Leur aire de distribution part de la Sierra Leone et du sud de la Guinée jusqu'au sud du Nigeria. Elle se dirige ensuite vers l'est à travers le Cameroun, la République Centrafricaine, le sud du Soudan et elle atteint l'ouest du Kenya dans la région de Mau Narok. Vers le sud, elle parvient jusqu'au nord de l'Angola, le sud et l'est du Zaïre, le Burundi et l'Ouganda. Cette espèce est officiellement divisée en 4 races bien distinctes : T. p. elgonensis (Sud-Soudan, Ouest-Kenya, Est-Zaïre et Sud-Ouganda) - T. p. purpuratus, la race nominale (du sud-est du Nigeria jusqu'en République Centrafricaine puis vers le sud jusqu'au nord de l'Angola et le centre du Zaïre) - T. p. goffini (extrême ouest de l'Afrique, de la Sierra Leone jusqu'au sud-ouest du Togo) - T. p. togoensis (de la frontière du Togo avec le Ghana jusqu'au sud-ouest du Nigeria).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, les barbicans pourprés vivent sur un territoire vaste de 3 240 000 kilomètres carrés. La population globale n'est pas quantifiée. Au Kenya, pendant la période de reproduction, les nids sont espacés de 200 mètres les uns des autres. Au Liberia, pour la même période, Brosset et Erard trouvent de 8 à 10 couples par kilomètre carré dans la forêt primaire et jusqu'à 13 couples par kilomètre carré dans les vieilles forêts secondaires. Les effectifs sont sans doute en léger déclin en raison de la dégradation continuelle de l'habitat forestier. Cependant, ce déclin n'est pas suffisamment rapide pour mettre l'espèce en danger. Cette dernière continue donc à être classée comme de préoccupation mineure.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Barbican pourpréFiche créée le 08/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net