Barbion grivelé

Pogoniulus scolopaceus - Speckled Tinkerbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Lybiidés

  • Genre
    :

    Pogoniulus

  • Espèce
    :

    scolopaceus

Descripteur

Bonaparte, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 11 à 18 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte mâle, le dessus de la tête est noir-olive avec des stries jaunes plus ou moins larges. La face varie du noir foncé à l'olive avec des taches jaunes. Une ligne de points chamois-jaune orne le dessous de l'œil. Les lores sont chamois, les joues sont écaillées de jaune et de noir. Les parties supérieures semblent jaune-olive (les plumes sont noires avec des bases grises et jaunes). La queue est brune avec des bordures jaune-olive. Le dessous de la queue est plus pâle.
Le menton et la gorge sont blanc-jaune. La zone qui va de la poitrine au ventre est jaune clair avec des fines mouchetures olive visibles sur toute la surface en plumage frais mais uniquement sur les flancs et sur les côtés en plumage usé. La poitrine est parfois nuancée d'orange. Les plumes brun sombre des ailes sont liserées de jaune, en particulier au niveau des secondaires et des couvertures. Celles du dessous des ailes sont brun plus pâle avec de larges bordures blanches. La courbure de l'aile est barrée de brun foncé ou de jaune.
Le bec pointu et fort est noir. La peau orbitale est grise ou noir-olive. Les iris sont blancs. Les pattes et les pieds sont vert foncé. La femelle est identique au mâle. Chez les immatures, le dessus est plus jaune pâle. La gorge est plus distinctement barrée. Le bec est plus terne et jaune à la base.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Pogoniulus scolopaceus scolopaceus (Sierra Leone to s Nigeria)
  • Pogoniulus scolopaceus stellatus (Bioko I.. Gulf of Guinea.)
  • Pogoniulus scolopaceus flavisquamatus (Cameroon to w Kenya and n Angola)

Noms étrangers

  • Speckled Tinkerbird,
  • Barbudito Escolopáceo,
  • Barbadinho-malhado,
  • Schuppenbartvogel,
  • Gespikkelde Ketellapper,
  • Barbettino marezzato,
  • Fläckig dvärgbarbett,
  • Fregnekobberslager,
  • fuzáň šupinkastý,
  • vousák šupinkový,
  • Spættet Tinkerfugl,
  • viherpikkuseppä,
  • barbudet escolopaci,
  • wąsaczek plamisty,
  • Чешуйчатый медник,
  • マダラヒメゴシキドリ,
  • 点斑钟声拟鴷,
  • 點斑捕鴷,

Voix chant et cris

Le chant principal commence par une série de "tik" simples, se poursuit par des "tik" doubles (tiktik) et s'achève par un mélange de "tik" multiples (tikikikik) de longueur variable. Un autre chant, plus typique des barbions, est composé de "hoot-hoot" ou de "tok-tok" qui ressemblent au bruit de bulles d'air qui éclatent. Ce denier chant est assez semblable à celui du barbion à front jaune (Pogoniulus chrysoconus) mais il est plus puissant. D'autres cris sont connus, notamment des séries nasales de "bbbbttt" qui ressemblent à des cris de grenouilles ou de crapauds. On peut également entendre des suites complexes de "ti", identiques à celles des barbions verts (Pogonliulus simplex). Short et Horne signalent aussi de puissantes série de "hyet-" aigus dont on ne connaît pas la fonction.

Habitat

Les barbions grivelés fréquentent les zones forestières et plus particulièrement les lisières des zones boisées. On les trouve également dans les boisements marécageux, les clairières et les parcelles secondaires en cours de régénération . Les barbions grivelés apprécient aussi les plantations de cacaos dont les vieilles souches vermoulues fournissent des cavités propices à la nidification et au repos. Ces oiseaux vivent généralement du niveau de la mer jusqu'à 1800 mètres. Dans l'île de Bioko, on peut les observer de 50 à 1000 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Bien qu'ils prospectent aussi dans les ramures, les petites branches et les plantes grimpantes à tous les niveaux, les barbions grivelés préfèrent habituellement rechercher leur nourriture dans les feuillages de la canopée entre 15 et 25 mètres au-dessus du sol. Ces oiseaux sont assez grégaires et, d'après Brosset et Erard, on peut trouver de 12 à 15 couples par kilomètre carré dans les forêts primaires, mais seulement 3 à 5 couples dans les forêts secondaires. Les barbions grivelés se joignent parfois aux bandes itinérantes d'oiseaux frugivores qui recherchent leur nourriture.
Les barbions grivelés sont des oiseaux territoriaux, les couples nichent ensemble dans la même cavité pendant toute l'année. Parfois, un assistant aide le couple nicheur. Dans les forêts primaires, les territoires couvrent de 6 à 8 hectares tandis que dans les forêts secondaires, ils atteignent souvent plus de 30 hectares. Le mâle ou les deux partenaires chantent pendant toute l'année pour défendre le territoire mais les parades visuelles qui accompagnent les chants et le comportement pendant les parades ne sont pas connus.

Alimentation mode et régime

Le menu des barbions grivelés est composé principalement de fruits et de végétaux. Ils consomment des plantes de la famille des olacacées (Heisteria), des euphorbiacées (Macaranga), des fruits des arbres à quinine (Rauwolfia), des drupes du genre Pycnanthus, des figues et des longs fruits jaunes du genre Coelocaryon qu'ils trouvent sur les berges des cours d'eau et dans les forêts marécageuses. Le régime est complété avec des insectes tels que des perce-oreilles, des fourmis et des termites qu'ils picorent dans les feuillages. Les barbions poursuivent parfois leurs proies dans les airs, des coléoptères et des taons qui mesurent parfois jusqu'à 30 millimètres de long.

Reproduction nidification

La saison de nidification varie considérablement selon les régions. Dans certaines, elle est très brève alors que dans d'autres, elle est relativement longue et peut même durer toute l'année. Les dates concernant le nourrissage des jeunes oisillons sont les suivantes : mars-avril et septembre-février en Sierra Leone, août-février au Liberia, mars au Togo, la plus grande partie de l'année au Sud-Nigéria. D'autres dates sont disponibles : octobre-janvier au Cameroun, avril-mai ou juin dans l'île de Bioko, octobre-mars au Gabon, février-août au Zaïre, mai et décembre-janvier en Ouganda.
Les nids (ainsi que les cavités qui servent pour le repos) sont creusés dans des arbres morts ou dans des souches. Ils sont parfois placés dans la branche d'un arbre en bonne santé ou éventuellement dans une branche morte pendante qui n'est pas encore tombée. Au Gabon, ils sont situés entre 3 et 16 mètres au-desssus du sol, mais au Liberia ils peuvent atteindre jusqu'à 22 mètres. Le tronc brûlé d'un parasolier situé sur le territoire d'une ferme est souvent choisi. Cependant, les forêts primaires et les plantations de cacao sont presque aussi fréquemment utilisées. L'entrée de la cavité mesure en moyenne 10 mm de diamètre, ce qui est tout juste suffisant pour autoriser le passage.
La ponte comprend de 2 à 4 œufs blancs dont la dimension moyenne est 18 millimètres sur 14. La durée d'incubation comme de nombreux aspects de la reproduction sont inconnus.
D'après Brosset et Erard, la reproduction est souvent gérée par des trios, chacun des trois comparses s'impliquant avec une égale énergie dans l'exécution des tâches et dans le soin des jeunes.

Distribution

Les barbions grivelés ont une aire de répartition assez semblable à celle du Barbican pourpré en Afrique Occidentale et Equatoriale. Leur territoire, largement supérieur à 3 millions de kilomètres carrés, s'étend de la Sierra Leone et de la Guinée le long des côtes de l'Afrique de l'Ouest jusqu'au sud du Cameroun et le sud-est de la République Centrafricaine. Il se poursuit vers l'est jusqu'en Ouganda au-delà du lac Victoria et vers le sud jusqu'à l'île de Bioko, le nord de l'Angola et le sud-est du Zaïre. 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : P. s. scolopaceus (Sierra Leone et sud-est de la Guinée en direction de l'est jusqu'au sud du Nigeria) - P. s. stellatus (île de Bioko, Fernando Póo) - P. s. flavisquamatus (Sud-Cameroun en direction de l'est jusqu'à l'Ouganda, en direction du sud jusqu'à l'Angola et le sud du Zaïre).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les barbions grivelés ont une très vaste aire de distribution (3 720 000 kilomètres carrés). La population globale n'est pas quantifiée. Les effectifs sont sans doute en léger déclin en raison de la dégradation permanente de la forêt équatoriale. D'après Del Hoyo et le Handbook, les barbions grivelés sont assez répandus voire communs sur l'ensemble de leur territoire. En conséquence, l'espèce est classée comme de préoccupation moindre.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/04/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net