Barbu à sourcils jaunes

Psilopogon henricii - Yellow-crowned Barbet

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Mégalaimidés

  • Genre
    :

    Psilopogon

  • Espèce
    :

    henricii

Descripteur

Temminck, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 65 à 83 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce Barbu vert au bec robuste affiche une gorge bleue et beaucoup de jaune sur le capuchon. Les 2 sexes de la race nominale ont la partie centrale et l'arrière de la calotte bleus ainsi qu'une importante bande jaune doré qui l'entoure en partant du front et en recouvrant le dessus des yeux. Les lores sont noirs et se poursuivent par une ligne qui traverse la région de l'œil, formant un minuscule masque. Il y a une étroite bande rouge visible sur la partie haute du côté du cou. Une tache rouge orne chaque côté de la poitrine à la lisière de la gorge. Les immatures sont plus ternes que les adultes, les couleurs éclatantes sont moins vives. Seul le front est jaune. La base du bec est pâle, grisâtre.
La race brachyrhyncha a un bec moins puissant. Son plumage est moins brillant, les zones de bleu virent plus au violet-bleu. Le vert des couvertures auriculaires est plus jaunâtre, le jaune du sommet de la tête est moins doré.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Psilopogon henricii henricii (c and s Malay Pen. and Sumatra)
  • Psilopogon henricii brachyrhynchus (Borneo)

Noms étrangers

  • Yellow-crowned Barbet,
  • Barbudo Coronigualdo,
  • Gelbscheitel-Bartvogel,
  • Geelkapbaardvogel,
  • Barbetto capogiallo,
  • Gulkronad barbett,
  • Gulbrynskjeggfugl,
  • barbet zlatočelý,
  • vousák malajský,
  • Gulkronet Skægfugl,
  • kultakulmaseppä,
  • barbut verd de corona groga,
  • pstrogłów złotoczelny,
  • Желтошапочный бородастик,
  • Takur topi-merah,
  • キンカブリゴシキドリ,
  • 黄顶拟鴷,
  • นกโพระดกหัวเหลือง,
  • 黃頂擬啄木,

Voix chant et cris

Le chant est habituellement une longue série de phrases, chacune étant composée de 2 à 7 "tuk" qui sont précédés et parfois suivis d'un trille bref "ttrrrrrt". Chaque phrase a une durée moyenne de 2 à 3 secondes, il lui manque parfois le trille initial ou terminal.

Habitat

Les barbus à sourcils jaunes fréquentent principalement les forêts de plaines composées de diptérocarpes. On les trouve également dans les forêts mixtes de diptérocarpes de collines, qu'elles soient primaires ou en cours de régénération. Ces oiseaux habitent aussi les forêts basses de marécage, les plantations de cacao et les boisements qui sont partiellement exploités. Les jeunes mâles peuvent s'adapter à des habitats qui ne sont pas au maximum de leur convenance. A Sumatra, les barbus à sourcils jaunes vivent à des altitudes qui varient entre 200 et 750 mètres au-dessus de la mer. En de rares occasions, ils peuvent atteindre 950 mètres. A Bornéo, ils sont remplacés par les barbus montagnards (Mégalaima monticola) au-delà de 600 mètres. Quelquefois, il peut y avoir cohabitation. Les barbus à sourcils jaunes vivent habituellement en-dessous des barbus malais (M. oorti).

Comportement traits de caractère

Les barbus à sourcils jaunes glanent parfois et tapent l'écorce, peut-être pour chercher de insectes. Ces oiseaux se nourrissent sélectivement de fruits mûrs et ils reviennent sans cesse aux arbres fruitiers pendant la saison pour faire leur choix. Les fruits sélectionnés mesurent en 5 et 27 millimètres de diamètre.
Les barbus à sourcils jaunes sont considérés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les barbus à sourcils jaunes consomment des fruits, en particulier des figues du genre Ficus. Les autres catégories d'aliments ne sont pas bien connus. Un individu surveillé pendant 4 jours occupait une territoire de plus de 7 hectares et passait la plupart de son temps près d'un figuier du genre Binendycki. Ses principaux mouvements s'effectuaient entre cet arbre et un très grand arbre de plus de 40 mètres de hauteur dans lequel était situé son lieu de repos.

Reproduction nidification

D'après les renseignements que l'on possède, la saison de nidification se déroule probablement du mois de février au mois daoût. Les barbus à sourcils jaunes sont aperçus se reposant et nichant dans des cavités au sommet de la canopée. Les trous dans lesquels ils se reproduisent sont généralement situés à 9 mètres au-dessus du sol dans un grand arbre. Il n'y a pas d'autres informations. Le nombre d'œufs, la durée d'incubation et le soin parental sont inconnus pour l'instant.

Distribution

Ces oiseaux sont originaires de l'Asie du Sud-Est. Leur aire de distribution, relativement fragmentée, couvre le sud de la péninsule malaise et les 2 grandes îles de la Sonde que sont Sumatra et Bornéo. 2 sous-espèces sont officiellement reconnues : M. h. henricii, la race nominale (sud de la péninsule malaise de la Thaïlande à Singapour et à Sumatra) - M. h. brachyrhyncha (Bornéo). Les barbus à sourcils jaunes ont une étroite parenté avec les barbus souci-col (M. armialis) et les barbus élégants (M. pulcherrima) avec lesquels ils forment une super-espèce.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, l'existence de cette espèce n'est pas considérée comme en danger mais elle est considérée comme presque menacée (NT). Elle est estimée comme rare en Thaïlande, assez commune en péninsule malaise et comme à peine plus répandue à Sumatra et Bornéo. La destruction des forêts de plaines est dominante sur l'ensemble de son aire, si bien que son refuge et sa présence dans les forêts d'altitude est devenu une phénomène important pour sa survie. La destruction concomitante des arbres fruitiers et des figuiers est sans doute une raison importante du déclin de ses effectifs. Ce barbu est protégé dans de nombreux parcs nationaux en Thaïlande et en Malaisie. Des renseignements supplémentaires concernant sa biologie sont nécessaires pour sa protection.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Barbu à sourcils jaunesFiche créée le 09/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net