Bernache à cou roux

Branta ruficollis - Red-breasted Goose

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Branta

  • Espèce
    :

    ruficollis

Descripteur

(Pallas, 1769)

Biométrie
  • Taille
    : 56 cm
  • Envergure
    : 116 à 135 cm.
  • Poids
    : 1058 à 1625 g
Longévité

15 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le plumage de la bernache à cou roux la rend facilement reconnaissable grâce à son plumage roux, noir et blanc. L'adulte a le dos, la région antérieure du bréchet, la partie supérieure de la tête et la nuque noirs. Une tache ovale blanche existe entre l'œil et le bec. Les yeux sont de couleur brun foncé avec les joues rousses entourées d'un liseré blanc se prolongeant par une virgule vers le bas du cou. Le cou et la poitrine sont également roux rougeâtre. La poitrine est séparée du reste du corps par une fine bande blanche. Une large bande blanche est bien visible sur le flanc. Deux nettes barres blanches existent sur l'aile fermée. Le ventre et les sous-caudales sont blancs et les pattes et le court bec sont noirs. Mâle et femelle ne présentent pas de dimorphisme permettant de les distinguer si ce n'est la taille plus importante du mâle. La femelle est parfois un peu plus terne.
Les juvéniles sont plus ternes avec des zones moins définies. La zone rousse des joues est réduite et on distingue de 4 à 5 étroites bandes transversales blanches sur l'aile fermée.
Les nouveaux-nés sont brun foncé dessus et blanc dessous.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Red-breasted Goose,
  • Barnacla Cuellirroja,
  • Ganso-de-peito-ruivo,
  • Rothalsgans,
  • Vörösnyakú lúd,
  • Краснозобая казарка,
  • 红胸黑雁,
  • Roodhalsgans,
  • Oca collorosso,
  • Rödhalsad gås,
  • Rødhalsgås,
  • bernikla rdzawoszyja,
  • bernikla červenokrká,
  • berneška rudokrká,
  • Rødhalset Gås,
  • punakaulahanhi,
  • ,
  • アオガン,

Voix chant et cris

Bernache à cou roux
adulte

La bernache à cou roux a un cri typique strident, saccadé et répété fait de "Kee-kwa" et de "Kik-wik". Ce cri est souvent émis en vol et en chœur, lors des déplacements des troupeaux.

Habitat

La bernache à cou roux niche dans la toundra du nord de la Sibérie. On la trouve alors près de l'eau sur les rives herbeuses. Elle hiverne dans les steppes du sud-est de l'Europe, au bord de la mer Noire, de la mer Caspienne et de la mer d'Aral. En hiver c'est surtout au bord des lacs, des réservoirs et des marais qu'on la rencontre. En hivernage elle s'écarte beaucoup plus des zones aquatiques.

Comportement traits de caractère

Bernache à cou roux
adulte internuptial

La bernache à cou roux place souvent son nid près de l'aire d'un Faucon pèlerin, d'une Buse pattue ou d'une chouette harfang qui lui assure une protection contre les renards et les hermines. Jusqu'à cinq couples peuvent se placer ainsi sous la protection de ces derniers. La migration post-nuptiale s'effectue en septembre alors que celle prénuptiale démarre en février et s'étale jusqu'en juin où elle retrouve ses lieux de nidification. La migration s'effectue en grandes troupes souvent mêlées à celles de l'Oie rieuse avec qui elle partage la plupart du temps les mêmes aires de gagnage. L'Oie rieuse bien plus grande donne l'alerte en cas de danger. Si elles ne subissent pas de dérangement, elles ne s'éloignent que de seulement quelques centaines de mètres du rivage pour pâturer. Par grand froid, elles se serrent les unes contre les autres pour se tenir chaud. Elles peuvent alors former un groupe qui peut atteindre plusieurs milliers d'individus. C'est un oiseau très grégaire. Comme la plupart des anatidés, elles dorment la nuit dans l'eau, et broutent le jour sur les terres.
Le vol : Contrairement aux autres oies, elles volent en groupes serrés et soudés à la manière des étourneaux plutôt qu'en formations en V.  Les bernaches à cou roux sont des oiseaux qui ont l'allure et le vol des oies grises.

Alimentation mode et régime

La bernache à cou roux se nourrit surtout en broutant à terre. Elle se nourrit d'herbes, de graines, de tubercules et de germes de céréales et quelques fois même de plantes aquatiques.

Reproduction nidification

C'est vers le mois de juin que commence la construction du nid, sur un talus ou une falaise. Il est peu profond et tapissé d'herbes sèches et de duvet. La femelle y dépose de 4 à 5 œufs, de couleur blanc-crème, de 71 x 49 mm et pesant 76 g, qu'elle couve seule pendant environ 23 à 25 jours. Le mâle, lui, monte la garde près du nid. Les naissances sont synchronisées et les oisillons quittent le nid peu après leur naissance et peuvent suivre leurs parents dans leurs déplacements. A l'âge de quarante jours le plumage complet a remplacé totalement le duvet. Les parents continuent de s'occuper des jeunes jusqu'à ce qu'ils aient 3 ou 4 ans, l'âge de leur maturité sexuelle. Les années où les lemmings sont nombreux, la saison de reproduction de la bernache à cou roux est meilleure, car les prédateurs ont une préférence pour cet animal et délaisse alors les œufs et les oisillons. Les couples ont des liens très forts et permanents.

Distribution

Cette espèce niche dans les toundras du nord de la Russie, plus précisément dans les péninsules du Taymyr, de Gydan et de Yamal. Depuis les années 40, elle a déplacé ses zones d'hivernage vers le sud-est de l'Europe, principalement la Roumanie, la Bulgarie et l'Ukraine. Elle apparaît aussi irrégulièrement et en petit nombre en Hongrie, en Grèce et en Turquie. Sa population totale est de l'ordre de 70 000 individus. 30 000 à 40 000 bernaches à cou roux passent l'hiver en Roumanie représentant la majeure partie de la population mondiale.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Au cours de ces dix dernières années la bernache à cou roux a subi un déclin de 56% de sa population. L'espèce souffre principalement de la chasse excessive et illégale sur les aires d'hivernage ainsi que du drainage des zones humides (mise en culture). L'exploration pétrolière et les changements climatiques menacent les zones de nidification.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/02/2009 par Jean-Pierre Trouillas © 1996-2017 Oiseaux.net