Bihoreau violacé

Nyctanassa violacea - Yellow-crowned Night Heron

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Nyctanassa

  • Espèce
    :

    violacea

Descripteur

(Linnaeus, 1758)

Biométrie
  • Taille
    : 70 cm
  • Envergure
    : 101 à 112 cm.
  • Poids
    : 650 à 750 g
Longévité

6 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Quand ils atteignent l'âge adulte, les Bihoreaux violacés ont un plumage bleu-gris, un tête noire surmontée par un capuchon blanc ainsi que des joues blanches. À cause de leur cou étroit et étiré en longueur, la tête paraît disproportionnellement large. Ses motifs noirs et blancs tranchent très fortement avec le gris sombre du reste du plumage. Les plumes du dos et des ailes ont un centre plus foncé et des liserés clairs, ce qui donne aux parties supérieures un aspect très écaillé. En dehors de la période de reproduction, le capuchon acquiert une couleur jaunâtre et chez certaines races, une teinte roussâtre. Le bec est noir avec une petite tache jaune à la base de la mandibule inférieure. Les lores sont gris jaunâtre, les iris orange. Les pattes affichent une couleur jaunâtre. Les sexes sont identiques. Pendant la période nuptiale, les parties nues des adultes subissent quelques transformations : le bec devient plus brillant, les lores virent au vert foncé. Les iris sont écarlates et les pattes écarlates ou orange éclatant. Au même moment de l'année, trois longues plumes occipitales ornent l'arrière de la nuque.
Les immatures présentent une teinte brunâtre. Leur abdomen est strié de blanc-crème et de brun. La partie dorsale est également brune mais avec d'étroites stries et des pointillés blancs.
Les autres races (bancrofti, caliginis, cayennensis, pauper et gravirostris) se distinguent de la race nominale que nous venons de décrire par les différentes nuances de gris du plumage, la plus ou moins grosse épaisseur du bec et l'apport plus ou moins important de stries sur les parties supérieures.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Nyctanassa violacea violacea (e USA to Peru and e Brazil)
  • Nyctanassa violacea bancrofti (w Mexico, Socorro I., West Indies)
  • Nyctanassa violacea caliginis (Panama and w Colombia to Peru)
  • Nyctanassa violacea cayennensis (Panama and ne Colombia to ne Brazil)
  • Nyctanassa violacea paupera (Galapagos Is.)

Noms étrangers

  • Yellow-crowned Night Heron,
  • Martinete Coronado,
  • Matirao,
  • Krabbenreiher,
  • sárgakoronás bakcsó,
  • Желтоголовая кваква,
  • *黄冠夜鹭,
  • Geelkruinkwak,
  • Nitticora capogiallo,
  • Gulkronad natthäger,
  • Gulkronehegre,
  • ślepowron żółtoczelny,
  • chavkoš žltočelý,
  • kvakoš žlutočelý,
  • Gulkronet Nathejre,
  • kruunuyöhaikara,
  • ,
  • シラガゴイ,

Voix chant et cris

Bihoreau violacé
adulte

Le Bihoreau violacé a un répertoire très étendu. Pas moins de 20 cris sont répertoriés. Le cri le plus courant est un "quack" assez similaire à celui du Bihoreau gris, mais plus aigu, moins guttural et souvent répété à de multiples reprises. Le cri de reconnaissance en vol est un "scaup". Pendant les parades, on peut entendre un "whoop" ou un "squawk". Dans les relations intimes, telles que les cérémonies de salutations, cet oiseau délivre un "huh" ou un "wok" ; "ahh-ahh" est un cri qui est lancé pour montrer son agressivité.

Habitat

Les Bihoreaux violacés sont surtout des oiseaux du littoral marin. Toutefois, s'ils y trouvent les aliments qui conviennent à leur régime de base, ils tolèrent également une grande variété d'autres habitats tels que les marécages pourvus de cyprès, les mangroves, les vasières qui subissent l'influence des marées, les côtes rocheuses ainsi que les berges des rivières dont le courant est lent. Ils fréquentent également les mares, les réservoirs et dans les cas des petites îles, ils supportent même les terrains arides ou recouverts de fourrés. La proximité de grands arbres est sans doute essentielle comme lieu de repos. Les bihoreaux se sentent particulièrement à l'aise à la périphérie des villes et dans les parcs urbains. À Tobago, ils utilisent assez couramment les palmiers-cocotiers.

Comportement traits de caractère

Bien que plusieurs oiseaux puissent utiliser simultanément une vasière, les Bihoreaux violacés recherchent généralement leur nourriture en solitaire. Ces oiseaux s'alimentent habituellement pendant la nuit, mais il leur arrive également de se restaurer pendant la journée, en fonction du cycle des marées. Ils sont moins nocturnes que les autres bihoreaux du genre Nycticorax. Quand ils quêtent leur pitance, la plus grande partie de leur temps est partagée entre deux actions : rester immobile en scrutant avec attention la surface de l'eau ou marcher lentement le long des rives. Les mouvements du cou et les oscillations de la tête sont fréquents quand ils ont repéré une proie. Pour la capturer, le bihoreau jette son corps brusquement en avant et la transperce de son bec. Si la proie est statique, un simple picorage suffit.

Les Bihoreaux violacés effectuent de nombreuses parades dont on connaît les détails. Les mâles défendent leur territoire en pratiquant des rituels de dissuasion ou d'attaque. À l'intérieur des colonies, ils se livrent à des vols circulaires et à des poursuites qui ont pour but de chasser les indésirables. La parade la plus spectaculaire, appelée "parade d'étirement" (en anglais strech display), consiste à allonger le cou vers le haut d'un mouvement régulier, à maintenir le bec à l'horizontale puis à le baisser vers l'arrière. Les plumes du dos sont hérissées, formant un éventail et le bec est incliné vers le haut pendant que l'oiseau émet un "whoop". Dans la cérémonie des salutations, le bihoreau dresse sa crête et lance un "yup-yup".

Alimentation mode et régime

Les Bihoreaux violacés sont spécialisés dans la consommation de crustacés. Le long des côtes de l'Amérique du Nord, les crabes violonistes (Uca pugilator) forment la partie la plus importante de la diète. Dans les habitats d'eau douce, les écrevisses constituent les proies les courantes. En raison de leur bec corpulent, les bihoreaux peuvent attraper des proies plus volumineuses que les hérons de la même taille. En dépit de cette opportunité, les petits crabes sont capturés avec une plus grande réussite que ceux qui ont une grande taille. Les Bihoreaux violacés ingurgitent également des poissons, en particulier les anguilles. À l'intérieur des terres, dans l'Oklahoma, les proies les plus couramment recensées sont les grenouilles et les sauterelles. Ailleurs, les moules forment un complément non négligeable au menu, de même que les coléoptères et les sangsues. Des rapports anciens citent les escargots, les jeunes oiseaux, les petits mammifères, les serpents et les lézards, toutefois ces ressources ne semblent pas faire partie des récentes habitudes alimentaires. Aux Galapagos, les Bihoreaux violacés consomment principalement des crabes qu'on trouve sur les côtes mais ils prospectent également à l'intérieur des terres pour trouver des lézards et des arthropodes. La différence dans la taille des becs qui a été constatée chez les nombreuses sous-espèces (voir rubrique "caractères distinctifs") est sans doute relative aux diverses formes d'habitats dans lesquels ils se nourrissent. Les races qui vivent dans les îles, notamment, semblent avoir un bec plus puissant.

Reproduction nidification

Les Bihoreaux violacés peuvent nicher en solitaire ou en colonie. La saison de nidification commence en mars aux États-Unis, à Tobago et au Surinam. Elle se poursuit jusqu'au mois d'août sous les tropiques. Les nids sont de solides structures de brindilles souvent mais pas toujours garnies avec un peu d'herbes et des feuilles. Ils sont construits par les deux partenaires, le mâle se chargeant de collecter les matériaux. Ils sont placés habituellement entre 9 et 14 mètres dans un grand arbre, mais également dans une mangrove rabougrie. Aux îles Galapagos, les oiseaux de la race pauper installent leurs nids sur les corniches de lave qui bordent le littoral. Dans cet archipel, ils préfèrent parfois utiliser ce genre de site même s'il existe des endroits plus conformes et plus appropriés comme des mangroves à proximité. Lorsque ce héron niche en colonie, les nids sont généralement en faible densité.

Les œufs ont une couleur blanc bleuâtre. Leur taille varie légèrement selon les régions mais aux États-Unis, ils mesurent environ 51 mm sur 38. Sous les tropiques, la ponte comprend 2 ou 3 œufs, alors que sous des latitudes plus tempérées, elle en contient 4 ou 5 et parfois même jusqu'à 8. Les deux parents se relaient à tour de rôle pour couver pendant 21 à 25 jours. Peu de temps après l'éclosion, les oisillons sont recouverts d'un duvet gris et présentent des touffes de duvet plus fournies sur le capuchon. Leurs iris sont jaune foncé et leurs parties nues ont diverses teintes de vert. Comme chez la plupart des hérons, les deux parents nourrissent les jeunes. Ces derniers reçoivent rarement leur pitance du bec des adultes. Les poussins prennent leur envol au bout de 3 semaines et demie.

Distribution

Les Bihoreaux violacées vivent en Amérique du Nord, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. En Amérique du Nord, leur aire de distribution épouse les côtes de l'Atlantique de New York jusqu'à la Floride puis se poursuit le long du littoral du golfe du Mexique. Depuis quelques années, ils ont colonisé l'intérieur des terres et ils nichent dans tout le bassin du Mississippi. Ils poussent même une pointe jusqu'au Colorado, jusqu'à la région des grands lacs et la Nouvelle-Écosse. En Amérique centrale leur aire de nidification couvre l'ensemble des Antilles et des Caraïbes ainsi que l'isthme central jusqu'au Guatemala. En Amérique du Sud, leur territoire longe les côtes de la Colombie jusqu'au sud de Rio de Janeiro. On a répertorié officiellement six sous-espèces : La race type N. v. violacea (est et centre des États-Unis, Mexique, Belize, Guatemala) - N. v. bancrofti (Baja Californienne, côte pacifique du Mexique, Guatemala, Salvador, îles des Caraïbes jusqu'à Tobago) - N. v. calignis (côte pacifique du Panama jusqu'au Pérou) - N. v. cayennensis (Colombie, Venezuela, Guyane et Amérique du Sud jusqu'au Rio Grande do Sul). Deux races sont exclusivement insulaires : N. v. gravirostris (île de Sorocco) - N. v. pauper (archipel des Galapagos).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Bihoreau violacé n'est pas en danger. Au contraire, aux États-Unis, il a considérablement augmenté son aire de distribution en colonisant l'intérieur des terres. D'autre part, il a été réintroduit avec succès aux Bermudes où l'espèce était éteinte. L'espèce est classée comme ne présentant pas de risques majeurs. Elle ne bénéficie, à notre connaissance, d'aucune mesure de protection particulière.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/01/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net