Bondrée orientale

Pernis ptilorhynchus - Crested Honey Buzzard

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Pernis

  • Espèce
    :

    ptilorhynchus

Descripteur

Temminck, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 68 cm
  • Envergure
    : 135 à 150 cm.
  • Poids
    : 600 à 1000 g
Distribution

Distribution

Description identification

La bondrée orientale est souvent bien difficile à identifier car sa livrée est souvent très proche de celle de la Bondrée apivore d'Europe. Comme cette dernière, c'est une espèce polymorphique, c'est à dire qu'elle présente différentes phases de plumage. Les parties supérieures varient en effet du noir au brun-rouge en passant par le blanc-crème, souvent marquées de barres ou de stries foncées. La longue queue, les larges ailes maintenues à l'horizontale quand elle plane, lui procurent une silhouette assez caractéristique. Le cou allongé porte une petite tête ressemblant à celle d'un pigeon. Chez le mâle, la tête est souvent grisâtre, parfois blanche alors que chez la femelle, elle est plus brune. La gorge est claire, contrastant avec la zone malaire noire. Quand la bondrée orientale est posée, on remarque très nettement la huppe plus ou moins longue qui prolonge la nuque. Les parties inférieures et les grandes couvertures sont souvent nuancées de roux. Le bord de fuite noir de l'aile est très visible vu du dessous. Les motifs de la queue sont assez variables ; toutefois, la plupart du temps, on peut apercevoir 3 bandes sombres, parfois avec une large bande centrale blanche. Le bec et la cire sont gris sombre, les pattes jaunes, et l'iris orange.

Les différentes sous-espèces se distinguent par la longueur de la crête (plus longue chez les races du sud-est asiatique) et par l'existence ou non de phase sombre. La race des Philippines ne possède pas de huppe. Certains individus de la race torquatus ont un dessous très clair fortement barré (notre illustration).

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Pernis ptilorhynchus orientalis (s Siberia to ne China, Japan)
  • Pernis ptilorhynchus ruficollis (India and Sri Lanka to Myanmar, Vietnam and sw China)
  • Pernis ptilorhynchus torquatus (Malay Pen., Sumatra, Borneo)
  • Pernis ptilorhynchus ptilorhynchus (Java)
  • Pernis ptilorhynchus palawanensis (Palawan, Calauit. w Philippines.)
  • Pernis ptilorhynchus philippensis (n and e Philippines)

Noms étrangers

  • Crested Honey Buzzard,
  • Abejero Oriental,
  • Bútio-vespeiro-oriental,
  • Schopfwespenbussard,
  • bóbitás darázsölyv,
  • Aziatische Wespendief,
  • Falco pecchiaiolo orientale,
  • Tofsbivråk,
  • Orientvepsevåk,
  • včelár chochlatý,
  • včelojed chocholatý,
  • Østlig Hvepsevåge,
  • idänmehiläishaukka,
  • aligot vesper oriental,
  • Malajaþjór,
  • trzmielojad czubaty,
  • cekulainais ķīķis,
  • čopasti sršenar,
  • Хохлатый осоед,
  • Sikep-madu asia,
  • ハチクマ,
  • 凤头蜂鹰,
  • เหยี่ยวผึ้ง,
  • 東方蜂鷹〔蜂鷹〕,

Voix chant et cris

Sa communication est assez différente de celle de la Bondrée apivore. Alors que cette dernière émet des sifflements plaintifs, la bondrée orientale produit des cris puissants avec des notes aiguës. Pendant la migration, elle est la plupart du temps fort silencieuse.

Habitat

Les habitats peuvent varier selon les régions. En Sibérie, la bondrée orientale fréquente principalement les lieux boisés. Au moment de la reproduction, on la trouve dans les vastes forêts de type taïga ou dans les boisements de petite taille, de préférence avec des arbres possédant de larges feuilles ou même dans les zones mixtes de conifères et de feuillus. Les forêts épaisses situées dans les plaines, dans les zones de colline ou sur les versants des moyennes montagnes, sont fréquentées avec un égal bonheur. Dans le sud-est asiatique, les bondrées orientales vivent dans les forêts de plaine et de montagne jusqu'à 1 200 mètres. On les trouve souvent à la lisière des bois ou en bordure des mangroves. Occasionnellement, elles pénètrent dans les plantations d'hévéas et même dans les parcs urbains à Singapour.

Comportement traits de caractère

Les bondrées orientales passent de longs moments sur leurs perchoirs. On peut aussi les apercevoir en vol plané au-dessus des zones de collines, bien que cette dernière pratique ne soit sans doute pas liée à la quête de nourriture. Ces oiseaux vivent généralement en solitaire et ils sont particulièrement discrets. Cependant, pendant la migration, ils se regroupent en bandes relativement nombreuses. Les bondrées qui vivent en Sibérie et dans le nord de l'Asie quittent leurs lieux de nidification en septembre-octobre et n'y reviennent pas avant le mois de mai. Ils hivernent aux Philippines, dans le sud-est de l'Asie et en Indonésie. Depuis quelques années, l'espèce migre de plus en plus vers l'ouest. Sa présence est assez courante en Israël et en Égypte pendant les mois d'automne. On ne possède aucune certitude, mais il est probable que certains oiseaux poursuivent leur course encore plus vers l'ouest et hivernent en Afrique Noire. Les jeunes bondrées orientales ont mis au point une stratégie plus ou moins efficace contre les rapaces de plus grande taille. Comme ils ressemblent assez étroitement aux jeunes du genre Spizaetus, ils tentent d'imiter leur comportement, sachant que ces derniers possèdent des moyens de défense supérieurs et ne sont en principe pas attaqués par les grands prédateurs.

Alimentation mode et régime

Les bondrées orientales se nourrissent principalement de larves et de nymphes qu'elles trouvent dans les alvéoles des abeilles, des guêpes et des frelons. Elles consomment également d'autres sortes d'insectes, des reptiles, des grenouilles, des petits mammifères, des oisillons, ainsi que des petits oiseaux blessés.

Reproduction nidification

Les bondrées orientales utilisent fréquemment d'anciens nids de corvidés ou de rapaces. Elles bâtissent également avec des morceaux de branches et de la végétation fraîche des nids nouveaux qu'elles installent dans de grands arbres entre 6 et 28 mètres au-dessus du sol. Les bondrées orientales nichent au printemps lorsque les ressources sont à leur apogée. Avant l'accouplement, elles entreprennent des parades aériennes et des vols circulaires seules ou en couples. Elles effectuent également des vols ondoyants dont la trajectoire rappelle des montagnes russes. La ponte comprend généralement 2 œufs qui sont couvés entre 28 et 35 jours. Après l'éclosion, les 2 parents participent à l'alimentation des jeunes. Ces derniers prennent leur envol au bout de 5 ou 6 semaines, mais il leur faut encore 5 ou 6 semaines supplémentaires pour être totalement indépendants.

Distribution

Les bondrées orientales sont réparties en 2 populations bien distinctes. La première occupe un vaste territoire qui va du sud de la Sibérie jusqu'au nord-est de la Chine, Sakhaline, le Japon et la Corée. La seconde est répartie du sous-continent indien jusqu'à Java en passant par la Birmanie, l'Indochine, la péninsule malaise, Sumatra, Bornéo et les Philippines. 6 races sont officiellement reconnues : P. p. orientalis (sud de la Sibérie jusqu'à la Mandchourie, Corée et Japon) - P. p. palawensis (Palawan et Calauit, Philippines) - P. p. philippensis (reste de l'archipel des Philippines) - P. p. ptilorhynchus (Java) - P. p. ruficollis (Inde et Sri Lanka en direction de l'est jusqu'à la Birmanie et le sud de la Chine) - P. p. torquatus, comprenant aussi P. p. tweddali (péninsule malaise, Sumatra et Bornéo). Dans l'étude de James Ferguson-Lees et David Christie, la race orientalis, étant nettement séparée des autres et la seule migratrice, est considérée comme une espèce à part entière.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population globale de bondrées orientales est estimée entre cent mille et un million d'individus. L'espèce n'est pas menacée et aucun mesure particulière n'est prise pour sa protection.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 19/06/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net