Bulbul des jardins

Pycnonotus barbatus - Common Bulbul

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Pycnonotidés

  • Genre
    :

    Pycnonotus

  • Espèce
    :

    barbatus

Descripteur

Desfontaines, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 23 à 60 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le Bulbul des jardins est un oiseau plus petit que le Merle noir et surtout plus fluet. Il possède également une grande queue, mais l'allure générale est différente.
Le plumage est banal, sans caractère saillant et il n'y a pas de dimorphisme sexuel. La femelle est simplement un peu plus petite.
Les parties supérieures sont d'un brun moyen localement nuancé de fauve. La tête est comme encapuchonnée de brun sombre, la face devenant presque noire et incluant un œil, noir également. Le bec est noir, fort et d'aspect légèrement courbe. Les rémiges et les rectrices sont d'un brun plus sombre, pouvant paraître noirâtres à faible lumière. La queue dépasse largement les courtes ailes. Les pattes noires sont robustes.
Les parties inférieures sont blanchâtres à beige brunâtre suivant l'éclairement, avec souvent comme un plastron brunâtre sur la poitrine, l'arrière des flancs marqué de brun roux. Les sous-caudales, presque blanches, constituent la partie la plus claire du corps.
La silhouette en vol et le vol lui-même sont assez caractéristiques : longue queue, courtes ailes arrondies, vol néanmoins assez rapide et direct avec battements appuyés, très différent de celui d'un grand turdidé. Et dans son habitat arboré, il n'y a pas vraiment d'autres espèces avec lesquelles on pourrait le confondre, si ce n'est avec d'autres bulbuls sur la marge de son aire (voir plus loin). Par ailleurs, il est très vocal, ce qui facilite sa détection.
Il existe 5 sous-espèces de Pycnonotus barbatus qui ne diffèrent que par des détails minimes de plumage, mais séparées géographiquement.
Il est proche d'autres espèces avec lesquelles il était il y a encore peu de temps confondu, P. somaliensis, dodsoni, tricolor et xanthopygos, les trois dernières s'en distinguant facilement par les sous-caudales jaune vif.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Pycnonotus barbatus barbatus (Morocco to Tunisia)
  • Pycnonotus barbatus inornatus (s Mauritania and Senegal to w Chad and n Cameroon)
  • Pycnonotus barbatus gabonensis (c Nigeria and c Cameroon to Gabon and s Congo)
  • Pycnonotus barbatus arsinoe (e Chad, n and c Sudan and e Egypt)
  • Pycnonotus barbatus schoanus (se Sudan, w, c and e Ethiopia, Eritrea)

Noms étrangers

  • Common Bulbul,
  • Bulbul Naranjero,
  • Engole-malagueta,
  • Graubülbül,
  • barna bülbül,
  • Grauwe Buulbuul,
  • Bulbul comune,
  • Trädgårdsbulbyl,
  • Hagebylbyl,
  • bylbyl bradatý,
  • bulbul zahradní,
  • Berberbulbul,
  • kyläbulbuli,
  • bulbul de ventre blanc,
  • Garðaglymur,
  • bilbil ogrodowy,
  • dārzu bulbulis,
  • bulbul,
  • Бородатый настоящий бюльбюль,
  • アフリカヒヨドリ,
  • 黑眼鹎,
  • 羽鬚鵯,

Voix chant et cris

Le chant est une phrase musicale courte (2 secondes environ) et sonore, faite de 8-10 notes liquides et un peu roulées, le tout agréable à l'oreille. Il est très souvent dominant sur les autres chants et cela crée une ambiance de fond particulière dans les endroits qu'il occupe, souvent en milieu anthropisé (parcs et jardins, y compris en ville). Et comme l'espèce est volontiers nombreuse et grégaire, on ne peut ignorer sa présence, d'autant plus qu'elle est souvent commune et grégaire.
Les cris, assez variés, sont constitués de notes répétées, des "tsit, tsit, tsit" aigus et perçants, des "tsep, tsep, tsep" inquiets, avec des variations sur ce schéma suivant l'humeur de l'oiseau. Les interactions sont accompagnées de suite rapides de notes sonores.

Habitat

Cette espèce est liée aux ligneux de toutes sortes, qu'ils soient buissons, arbustes ou arbres, et comme elle est avant tout frugivore, très liée aux ligneux porteurs de fruits charnus. Elle se trouve donc dans les milieux ouverts et semi-ouverts qui en sont pourvus. Les boisements denses ne lui conviennent pas et elle n'en occupe que les lisières ou y pénètre à la faveur des implantations humaines. À l'opposé, faute de ligneux, elle délaisse l'openfield et le désert qu'elle ne pénètre que grâce aux boisements riverains des oueds et aux oasis. Plutôt anthropophile, le Bulbul des jardins apprécie les habitats empreints de l'activité humaine (forêt secondaire, plantations, parcs et jardins en milieu urbanisé, etc.). Son nom lui vient de cette proximité de l'Homme.

Comportement traits de caractère

Le Bulbul des jardins vit en couples territoriaux, ou alors en groupes familiaux après la reproduction. Il est volontiers grégaire en dehors de cette période. Les oiseaux sont d'habitude très vocaux. C'est souvent le premier passereau à chanter le matin, mais il n'est pas avare de sa voix non plus dans la journée. Les chanteurs n'hésitent pas à se positionner en évidence sur un perchoir. Il cohabite avec d'autres espèces frugivores dans les arbres porteurs de fruits. Il n'est pas farouche vis à vis de l'Homme et il sait profiter du surcroit de nourriture qu'il lui procure.
Le vol : Le Bulbul des jardins est assez à l'aise en vol. Malgré des ailes plutôt courtes, le vol est assez rapide et direct, avec des battements énergiques. Là où il est le seul bulbul présent, sa silhouette typique et sa façon de voler sont révélateurs.

Alimentation mode et régime

Le Bulbul des jardins est un polyphage opportuniste, consommant aussi bien de petites proies invertébrées (insectes) ou vertébrées (petits lézards) que des items d'origine végétale comme des fruits, des graines, des bourgeons ou des fleurs charnues, mais son régime est quand même nettement à dominante frugivore. Par exemple, une étude menée dans le NE de l'Afrique a donné 72% de fruits, 14% de fleurs et 14% d'insectes. Il sait aussi glaner des aliments d'origine anthropique dans les parcs urbains, les postes d'alimentation des oiseaux sauvages, les aires de piquenique, les poulaillers, etc. Il explore surtout les ligneux pour se nourrir, mais on peut également le voir rechercher sa nourriture au sol. Les fruits les plus consommés sont les drupes avec plus de la moitié du total. Le Bulbul des jardins est attiré par les fruits de couleur noire qui représentent un tiers de l'ensemble.
Le Bulbul des jardins est un actif disperseur des graines des plantes dont il consomme les fruits.

Reproduction nidification

Le Bulbul des jardins est monogame et les partenaires sont réputés fidèles. Avant la reproduction, les deux compagnons renforcent leurs liens conjugaux par des comportements adaptés, soins de plumage mutuels, chants en duo,... Le Bulbul des jardins construit son nid plus ou moins bien caché dans une fourche d'arbre, à une hauteur de 1 à quelques mètres du sol. C'est un édifice peu volumineux pour la taille de l'oiseau. La femelle y dépose 2 à 5 œufs dont l'incubation dure environ 14 jours. Le plus souvent, elle couve seule. Les jeunes naissent nus et sont élevés et nourris par les deux parents. L'envol intervient entre 10 et 17 jours après l'éclosion.

Distribution

La sous-espèce nominale occupe le Maghreb. Les autres sous-espèces se répartissent en une bande sub-saharienne qui s'étend de la Mauritanie et du Sénégal à l'ouest, à l'Erythrée et à l'Ethiopie à l'est, en passant par le Nigeria, le Tchad et le Soudan. L'aire s'étend vers le sud en Afrique centrale où elle atteint le Gabon et le sud du Congo. Ce bulbul est résident dans son aire de répartition.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le plus souvent commune et répandue, l'espèce n'est pas en danger.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/04/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net