Buse augure

Buteo augur - Augur Buzzard

Buse augure
juvénile
Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Buteo

  • Espèce
    :

    augur

Descripteur

Rüppell, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 60 cm
  • Envergure
    : 120 à 149 cm.
  • Poids
    : 880 à 1300 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce grand rapace trapu au dessus noir possède une tête pointue et un bec puissant. Il se perche bien en vue sur les pylones et sur les arbres le long des routes, si bien qu'on peut l'observer à loisir. Les sexes sont identiques mais la femelle est 10% plus grande et presque 20% plus lourde. Les juvéniles sont distincts des adultes. Ils subissent la plupart de leurs transformations au cours de la deuxième année mais ils ne sont pleinement adultes que peu avent l'âge de trois ans.
Les buses augures sont dimorphiques, on peut les observer dans deux phases différentes de plumage.
Dans la phase claire, le dessus est entièrement noir-ardoise excepté une zone blanchâtre barrée de sombre au niveau des secondaires. Les plumes du dos et des scapulaires ont des liserés blancs qui sont variables. Le croupion et la queue sont d'un roux éclatant. Les parties inférieures forment un bel ensemble complètement blanc. En plus de sa grande taille, la femelle diffère de son partenaire par les stries noires de sa gorge.
Dans la phase sombre de plumage, le dessous est entièrement noir, de la gorge jusqu'à la zone anale. La tache blanchâtre sur les secondaires et le roux du croupion sont toujours visibles comme dans la phase claire. Cette phase sombre est très courante en Afrique de l'Est (près de 55% des individus) alors qu'elle est pratiquement absente en Afrique du Sud. Néanmoins, des intermédiaires possédant des taches sombres sur l'abdomen et sur la doublure du dessous des ailes sont visibles dans cette dernière région.
Chez la race archeri, le blanc de la phase pâle est remplacé par du roux.
Les juvéniles de phase claire ont un dessus brun avec des liserés chamois. La zone claire des secondaires est à peine visible. La queue est finement barrée. Le dessous est entièrement chamois avec des stries sur la gorge et les côtés de la poitrine. Le seul caractère qui distingue le juvénile de l'immature de deuxième année est le passage des parties inférieures du chamois au chamois-crème puis au blanc après 180 jours de mue.
Chez les adultes, les iris sont brun rougeâtre foncé. La cire et les pattes sont jaunes. Chez les juvéniles, les yeux son brun sombre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Augur Buzzard,
  • Busardo Augur Oriental,
  • Bútio-augur,
  • Augurbussard,
  • augur ölyv,
  • Augurbuizerd,
  • Poiana augure,
  • Augurvråk,
  • Augurvåk,
  • myšiak veštecký,
  • káně černohřbetá,
  • Augurvåge,
  • afrikanhiirihaukka,
  • Witborsjakkalsvoël,
  • aligot augur,
  • myszołów białobrzuchy,
  • Красногорлый канюк,
  • ヨゲンノスリ,
  • 棕鵟,
  • 暗棕鵟,

Voix chant et cris

Les buses augures sont bruyantes, parfois même en dehors de la saison de nidification. Leurs cris sont bien plus puissants que ceux de la Buse rounoir et les 2 espèces ont une voix très différente. Le cri principal, utilisé dans des circonstances diverses, que ce soit en contact ou en alarme, est un croassement rude et résonnant : "a-kow, a-kow, a-kow" ou bien "a-ung, a-ung, a-ung". Pendant les parades aériennes, il s'étire en longueur et il se transforme en "a-waa, a-waa........". Dans tous les cas, le mâle crie plus fort que sa partenaire. Contrairement à la plupart des buses, la buse augure ne miaule pas, mais la race archeri du nord de la Somalie émet une sorte de chevrotement nasal qui se rapproche du miaulement.

Habitat

Le buses augures préfèrent les zones montagneuses légèrement boisées avec des affleurement et des escarpements rocheux. Mais elles fréquentent également les déserts de plaine en Namibie ainsi que les sommets montagneux et les gorges en Afrique Orientale. Elles chassent dans les savanes herbeuses, dans les contrées recouvertes d'arbres parsemés et dans les landes d'altitude. Localement, on les trouve dans les forêts ouvertes (Ethiopie) et dans les déserts (Namibie).
La meilleure occasion de les observer, c'est lorsqu'elles sont perchées sur des promontoires rocheux au bord des routes. Les Buses augures vivent du niveau de la mer (Namibie) jusqu'à 5000 mètres d'altitude (Ethiopie). En Afrique orientale, leur habitat préférentiel se situe entre 400 et 4600 mètres, mais elles sont assez rares au-dessous de 1000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les buses augures vivent en solitaire ou en couples. Quelques cas de polygamie sont toutefois rapportés. Ces oiseaux sont adeptes des parades aériennes spectaculaires. Les deux partenaires planent en commun, le mâle descendant avec les ailes écartées et les pattes pendantes en direction de la femelle qui accomplit des figures circulaires. Lorsqu'ils se rejoignent, ils se touchent les pattes. Cette parade est réitérée à de nombreuses reprises et paraît interminable. Elle est accompagnée de nombreux cris puissants. Parfois, les deux oiseaux descendent en spirale avec les serres entrelacées. Les partenaires peuvent plonger ensemble ou parfois le mâle plonge en solo en direction du nid. Plus rarement, le mâle et la femelle volent l'un vers l'autre à toute vitesse, s'évitant au dernier moment.
Les adultes sont très sédentaires, quittant rarement leur territoire. Ils ne désertent presque jamais les zones montagneuses froides, même pendant les pluies. Les jeunes semblent montrer de meilleurs dispositions pour les déplacements. Dans le sud de la République Démocratique du Congo, ils sont clairement nomadiques.

Alimentation mode et régime

De manière générale, les buses augures chassent des petits mammifères, des reptiles, des oiseaux, des insectes, quelques grenouilles et éventuellement de la charogne. Cependant, le menu varie selon les régions.
Dans les montagnes d'Afrique de l'Est, ces buses consomment principalement des rongeurs, en particulier des rats campestres et des rats-musaraignes mais aussi des petits mammifères, souvent des insectes, quelques oiseaux, quelques grenouilles et quelques reptiles ainsi que de la charogne au bord des routes.
Au Zimbabwe, les reptiles (à la fois lézards et serpents) constituent la denrée principale. Le complément est composé de quelques mammifères et d'un peu d'oiseaux. Au rang des mammifères, on trouve occasionnellement des écureuils, des jeunes lièvres et des hyrax. Les reptiles comprennent des varans d'eau et des serpents venimeux. Dans la catégorie des oiseaux, ceux qui se nourrissent à terre comme les francolins et leurs petits sont les plus appréciés.
La majorité des proies sont saisies à terre, soit après une période d'affût sur un perchoir, soit après un vol plané qui leur premet de les repérer. L'activité des rats-musaraignes est perçue du haut du ciel. La buse atterrit alors près du terrier. Dès que le rongeur recommence à s'agiter, elle s'en empare après un court bond.

Reproduction nidification

La période de reproduction se déroule de juillet à janvier , soit à partir de la fin de l'hiver, au Zimbabwe et en Zambie. Elle à lieu à n'importe quel mois de l'année en Afrique Orientale, avec cependant une pointe de juin à décembre pour les régions de plaines et de janvier à juin pour les montagnes de haute altitude. Dans le nord de la Somalie, la race archeri niche de la fin mars à juin.
Le nid est une structure volumineuse construite avec des bouts de bois et garnie avec des feuilles vertes. Il mesure 45 centimètres à 1 mètre de diamètre et de 15 à 30 centimètres de profondeur. Il est placé entre 7 et 15 mètres de hauteur dans un arbre. Dans les régions montagneuses et en Afrique du Sud, il est installé sur une corniche de falaise, habituellement à la base d'un arbuste ou d'un buisson. Les oiseaux de la race archeri utilisent fréquemment des euphorbiacées.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs, excepté la race archeri qui n'en dépose qu'un ou deux. Ces derniers sont blancs avec des taches brunes. L'incubation dure 39 ou 40 jours. Les oisillons sont totalement emplumés et quittent le nid au bout de 48 à 59 jours. Il arrive bien souvent qu'il n'y ait qu'un seul petit à l'envol, l'oisillon le plus développé éliminant son frère pour s'accaparer la totalité de la nourriture. Cette pratique, peu courante chez les butéoninés, est connue sous ne nom de caïnisme.

Distribution

Les buses augures sont originaires du continent africain. Leur aire de distribution s'étend du nord de la Somalie et de l'Ethiopie en direction du sud jusqu'au Malawi et au Zimbabwe. Une population isolée vit au sud de l'Angola jusqu'au nord et au centre de la Namibie.
La buse augure était, il ya peu de temps encore, divisée en 2 sous-espèces : B. a. archeri (nord de la Somalie) - B. a. augur (ensemble de l'aire de distribution sauf la Somalie). Dans les ouvrages récents et dans le dernier classement de l'IOC, la race archeri devient une espèce à part entière sous le nom de buse de Somalie. Assez curieusement, la buse augure se retrouve comme une espèce monotypique, aucune distinction n'étant opérée avec les populations isolées de la Namibie qui ont pourtant un habitat très différent.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Au Zimbabwe, la densité est de un couple tous les 17 kilomètres carrés, mais la taille véritable des territoires n'excède pas 2 à 6 kilomètres carrés. Cependant au Kenya et au nord de ce pays, la densité peut être aussi importante qu'un couple par kilomètre carré. En extrapolant ces données, la population globale peut être estimée à plus d'un million d'individus.
Cette espèce n'est pas globalement menacée car elle est capable de s'adapter aux cultures et aux plantations d'eucalyptus. Elle peut même s'approcher des zones denses d'habitations.
En Somalie, la race archeri a une aire limitée et elle peut être vulnérable à cause d'une sévère dégradation de son habitat.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 30/12/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net