Buse rounoir

Buteo rufofuscus - Jackal Buzzard

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Buteo

  • Espèce
    :

    rufofuscus

Descripteur

Forster, JR, 1798

Biométrie
  • Taille
    : 55 cm
  • Envergure
    : 127 à 143 cm.
  • Poids
    : 790 à 1370 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cette grande buse trapue au plumage noir et roux présente une tête plus petite et plus fine que la plupart des autres buses du genre Buteo. Elle a d'assez longues ailes qui vont au-delà de la très courte queue lorsque l'oiseau est perché. Le mâle et la femelle sont identiques, bien que cette dernière soit environ 10% plus grande et presque 40% plus lourde. Les juvéniles sont très différents des adultes et n'acquièrent leur plumage définitif que dans la seconde partie de leur troisième année.
Les buses rounoirs ont un dessus noir-ardoise, y compris la tête et la gorge. Font exception le croupion et la queue qui sont roux éclatant. Les secondaires affichent une zone pâle. Les plumes du dos ont de variables liserés roux ou blanchâtres. Un trait blanc mal ajusté, dépenaillé, orne le bas de la gorge qui est noire. La poitrine est traversée par une large bande rousse. L'abdomen est noir avec des rayures blanches. La zone anale est roussâtre.
Chez cet oiseau, comme chez la Buse variable, il y a une tendance à la polymorphie. Certains individus ont de larges bordures blanches sur le dos. D'autres ont un dessous entièrement brun excepté les sous-caudales qui sont rousses. D'autres encore ont des parties inférieures où se mèlent le brun, le noir et le blanc. Certains aberrants ont une poitrine presque entièrement blanche.
Les juvéniles ont un dessus brun avec des liserés chamois et roux, une tête plus claire et une vague zone plus claire sur les secondaires. La queue est indistinctement barrée de sombre. A l'envol, le dessous est entièrement chamois-roux, virant au chamois ou au blanchâtre avec l'usure. Les immatures ont un plumage intermédiaire entre les adultes et les juvéniles. La queue est roux éclatant avec une bande subterminale et des petites taches foncées qui perdurent parfois après l'âge de 3 ans.
Chez les adultes, les iris sont brun rougeâtre foncé, la cire et les pattes sont jaunes. Les juvéniles ont des yeux bruns, une cire jaune terne.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Jackal Buzzard,
  • Busardo Augur Meridional,
  • Bútio-de-cauda-vermelha,
  • Felsenbussard,
  • látnok ölyv,
  • Jakhalsbuizerd,
  • Poiana sciacallo,
  • Schakalvråk,
  • Sjakalvåk,
  • myšiak šakalohlasý,
  • káně šakalí,
  • Sjakalvåge,
  • kapinhiirihaukka,
  • Rooiborsjakkalsvoël,
  • aligot pit-roig,
  • myszołów przylądkowy,
  • Скальный канюк,
  • アカクロノスリ,
  • 暗棕鵟,
  • 胡狼暗棕鵟,

Voix chant et cris

Les buses rounoirs sont plutôt silencieuses excepté lorsqu'elles accomplissent des parades circulaires à une grande hauteur dans le ciel. Dans ce dernier cas, leurs cris sont audibles toute l'année. Elles émettent alors un "kweh" qui ressemble à un aboiement aigu de chacal. On peut également entendre un "kyah-ka-ka-ka" glapissant, celui du mâle étant plus élevé que celui de la femelle.
Le glapissement de la buse rounoir est plus faible que le miaulement de la buse montagnarde (Buteo oreophilus). Sa voix est très différente du croassement rauque de la Buse augure.

Habitat

Les buses rounoirs fréquentent principalement les collines, les zones montagneuses et les contrées dont le sol est accidenté, que ce soit dans les régions arides ou dans celles qui reçoivent une grande quantité de précipitations. Leur habitat varie de simples escarpements rocheux jusqu'aux chaînes de montagnes les plus élevées.
Ces oiseaux chassent surtout dans les prairies alpines mais également dans les broussailles subdésertiques qui bordent le littoral de la Namibie. Les buses rounoirs vivent du niveau de la mer jusqu'à 3500 mètres d'altitude. Elles sont très rares en-dessous de 1000 mètres.

Comportement traits de caractère

Ce rapace vit en solitaire ou en couple. Contrairement à la Buse augure avec laquelle il cohabite régulièrement en Namibie, la buse rounoir n'est pas une grande adepte des parades aériennes. Elle n'accomplit pas de prouesses acrobatiques. Les seules trajectoires un peu remarquables sont des vols circulaires mutuels. Le mâle accomplit en solo quelques plongeons modestes avec les pattes pendantes. Il se dirige vers la femelle perchée en lançant des cris bruyants.
La plupart des couples sont territoriaux et sédentaires, ne quittant pas leur site de préférence pendant toute l'année. Cependant, une assez grande fluctuation dans les effectifs des populations de certaines régions tend à prouver que des mouvements existent. Certains oiseaux bagués effectuent en effet des déplacements supérieurs à 300 kilomètres. Les juvéniles semblent encore plus mobiles que les adultes. Certains volent vers le nord et pénètrent au Zimbabwe où ils cohabitent parfois avec les buses augures.

Alimentation mode et régime

Les buses rounoirs chassent des mammifères, en particulier les rongeurs, mais ils consomment également des reptiles tels que les lézards et les serpents. Ils ne dédaignent pas les oiseaux qui recherchent leur nourriture à terre et les oisillons. Occasionnellement, ils ingurgitent des insectes (termites volants et sauterelles) ainsi que de la charogne comme c'est le cas en dehors de la saison de reproduction, pendant l'hiver austral.
Bien que les rats et les souris soient les proies les plus courantes, les jeunes mangoustes et les hyrax du Cap sont également ciblés, de même que les oiseaux de taille moyenne comme les gangas et les francolins.
Dans la catégorie des charognes, les buses rounoirs attrapent principalement les animaux tués le long des routes. Elles mangent aussi les placentas des brebis et diverses carcasses d'animaux domestiques. Les cadavres des lièvres et des antilopes telles que les springboks et les benteboks sont parfois saisis mais ces dépouilles sont plutôt réservées aux plus grands charognards.
Les buses rounoirs chassent de temps en temps à l'affût à partir de perchoirs réguliers comme les clôtures ou les poteaux utilitaires qui bordent les routes. Pour trouver des proies, ces rapaces planent ou pratiquent le vol stationnaire mais ils préfèrent généralement attraper leurs victimes quand ils sont en mouvement.

Reproduction nidification

Les buses rounoirs nichent de la fin de l'hiver jusqu'au début de l'été. La saison de nidification s'étend de juillet à décembre mais la plupart des couvées commencent habituellement en août ou septembre. Le nid est une structure volumineuse construite avec des morceaux de bois et garnie avec des feuilles vertes. Il est placé généralement sur la corniche d'une falaise, moins souvent à la base d'un petit arbre ou d'un buisson. Il mesure environ 60-70 centimètres de diamètre et 35 de profondeur. Le nid est utilisé pendant de nombreuses années consécutives.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs qui sont couvés pendant presque 40 jours. Les deux adultes couvent à tour de rôle, mais la femelle accomplit le gros de la tâche. Les oisillons sont nidicoles et prennent leur envol au bout de 53 à 56 jours.

Distribution

Les buses rounoirs sont endémiques de l'Afrique Australe. Leur aire de distribution couvre presque toute la superficie de l'Afrique du Sud, excepté le Limpopo et une partie du Mpuma Lenga. On les trouve également dans l'extrême sud du Botswana et dans l'ouest de la Namibie. Il est possible qu'ils errent juqu'au Zimbabwe et au Mozambique.
L'espèce est monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La densité des populations du sud-est de l'Afrique du Sud (Transvaal) est estimée à 1 ou 2 couples tous les 30 kilomètres carrés. En extrapolant, on obtient donc environ 50 000 couples sur les 1 600 000 kilomètres carrés de l'ensemble de l'aire de distribution. Toutefois, les densités sont plus faibles dans les régions basses et sur les terres cultivées qui leur conviennent. Birdlife International propose donc une population globale de 70 ou 80 000 individus adultes. Les buses rounoirs sont considérées comme des oiseaux de préoccupation mineure.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/12/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net