Buse de Swainson

Buteo swainsoni - Swainson's Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Buteo

  • Espèce
    :

    swainsoni

Descripteur

Bonaparte, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 56 cm
  • Envergure
    : 117 à 137 cm.
  • Poids
    : 820 à 1700 g
Longévité

16 ans

Distribution

Distribution

Description identification

La buse de Swainson possède 2 phases de couleurs. Dans la phase claire, les sexes sont identiques. Le front blanc ou chamoisé contraste avec l'occiput, la nuque, les oreillons, les côtés du cou et la majorité des parties supérieures qui sont presque uniformément noir grisâtre. Les plumes ont des liserés gris-fauve ou cannelle et une petite tache blanche dissimulée orne la nuque. Les primaires et les secondaires sont gris sombre avec une base plus claire et une bande noirâtre sur les filets intérieurs. Les rectrices présentent une couleur gris clair avec une base blanchâtre. La paire centrale est variablement teintée de brun et affiche une large bande subterminale gris clair ainsi qu'une dizaine de barres transversales noires. Les lores, le menton et le centre de la gorge forment un ensemble blanc. Une large tache rose-cannelle à roux pâle recouvre l'ensemble de la poitrine. Le reste des parties inférieures est blanc ou blanc chamoisé avec parfois quelques barres brunes incomplètes sur la partie haute des flancs. Les sous-caudales sont légèrement barrées de noir. Les iris sont brun foncé, la cire et les coins de la bouche jaune verdâtre clair. Le bec est noir, les pattes et les pieds jaunes.
Dans la phase sombre, les rémiges et les rectrices sont semblables à celles de la phase claire. Le reste du corps, y compris la tête, sont noir fuligineux à gris-noir. Les plumes du manteau et des couvertures alaires se distinguent par leurs liserés clairs. Les sous-caudales sont chamoisées avec d'abondantes barres sombres. Les barres foncées sur les rectrices sont plus larges que dans la phase claire. La phase sombre est généralement assez rare, excepté en Californie où elle représente environ un tiers des individus. Il existe une phase intermédiaire roussâtre dans laquelle les parties inférieures sont nettement lavées de brun pâle ou de noisette et abondamment barrées de roux. Les sous-caudales sont fauves avec des marques brunes ou sombres.
Les juvéniles de la race claire ressemblent aux adultes en dépit de leurs taches et de leurs stries plus abondantes sur le dessus et sur le dessous. La poitrine et les flancs sont abondamment maculés de noir. Les jeunes de la race sombre affichent des liserés plus discrets sur les parties supérieures. Dans la variante rousse, les petites buses de Swainson ont un bec terne qui vire au bleu sans éclat. La cire est verdâtre. Les pattes sont couleur crème ou vert grisâtre pâle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Swainson's Hawk,
  • Busardo Chapulinero,
  • Gavião-papa-gafanhoto / Bútio-das-pradarias,
  • Präriebussard,
  • prériölyv,
  • Prairiebuizerd,
  • Poiana di Swainson,
  • Prärievråk,
  • Prærievåk,
  • myšiak prériový,
  • káně bělohrdlá,
  • Prærievåge,
  • preeriahiirihaukka,
  • aligot de Swainson,
  • Stúfuvákur,
  • myszołów preriowy,
  • prēriju klijāns,
  • prerijska kanja,
  • Свенсонов канюк,
  • アレチノスリ,
  • 斯氏鵟,
  • 史文森氏鵟,

Voix chant et cris

Peu de renseignements figurent dans cette rubrique, non que la buse de Swainson soit un oiseau peu communicatif ou plutôt silencieux. Ce rapace émet principalement un sifflement plaintif, strident, un "kreeeeeer" descendant et traînant dans sa partie terminale, somme toute assez semblable aux cris des autres buses du continent américain.

Habitat

L'habitat préféré de la buse de Swainson est composé de contrées ouvertes ou semi-ouvertes : déserts, étendues herbeuses ou prairies, que ce soit pendant la saison de nidification ou la période hivernale. Pendant la période estivale, ce rapace montre une indéniable préférence pour les zones d'herbes rases avec quelques arbres isolés, principalement parce que ces régions procurent de nombreuses ressources en rongeurs et en insectes ainsi que de multiples possibilités de nichage. En Californie, les buses de Swainson privilégient les zones agricoles et dans ce genre d'habitat, leur productivité est 4 fois plus importante que dans les autres sites de nidification. Au Colorado, elles occupent surtout les fonds de vallées et dans une moindre mesure les pures prairies et les terres agricoles. Toutes ces contrées sont légèrement boisées pour pouvoir accueillir les nids. Les oiseaux qui hivernent en Amérique du Nord, généralement des immatures, choisissent presque toujours les champs labourés où ils trouvent aisément leur pitance. Pendant la période hivernale, ils errent d'un champ à l'autre au fur et à mesure que les labours avancent.

Comportement traits de caractère

Bien que l'espèce soit vraisemblablement monogame, il est permis de s'interroger sur la durée des liens conjugaux, compte tenu du fait que le trajet migratoire est long et que les partenaires passent véritablement peu de temps ensemble au cours de l'année. Les deux adultes effectuent des parades aériennes spectaculaires au cours desquelles ils planent séparément à proximité du nid. Ils décrivent dans le ciel des cercles d'un diamètre d'un demi kilomètre. Les 2 oiseaux atteignent progressivement 90 mètres d'altitude avant de planer et d'entamer leur vol circulaire, puis un des deux, vraisemblablement le mâle, plonge vertigineusement pendant 70 m avant de reprendre les cercles. La manœuvre est effectuée à deux reprises. La parade se termine par une longue trajectoire parabolique et par l'atterrissage au nid. La présumée femelle vient le rejoindre, ce qui met un terme aux rituels. Les accouplements ont lieu principalement le matin ou en soirée sur la branche morte d'un arbre. La femelle adopte une attitude de soumission et le mâle grimpe rapidement sur son dos, sans parade préalable. L'évènement est ponctué par les cris de la femelle.

Les buses de Swainson sont très territoriales. Pendant la période de nidification, elles entrent en conflit avec les buses à queue rousse ou les buses rouilleuses (Buteo regalis) pour la possession d'emplacements. Pendant la migration, elles sont au contraire très tolérantes formant de grands groupes plurispécifiques.

Alimentation mode et régime

La buse de Swainson est un chasseur très opportuniste dont le régime est constitué principalement d'insectes, de petits mammifères et d'oiseaux. Les mammifères comprennent principalement des souris, des musaraignes, des lagomorphes, des écureuils terrestres et des rats. Les oiseaux comprennent des volatiles dont la taille varie de celle du bruant jusqu'à celle du Tétras des armoises. Une étude de 1973 estime que, pendant la période de nidification, les insectes représentent 31% des prises contre seulement 17% aux oiseaux. Avec 52% du total, les mammifères constituent la plus grosse partie du menu. Le régime possède vraisemblablement des variantes saisonnières.
De nombreux observateurs pensent en effet qu'une fois que les contraintes liées à la reproduction ont disparu, les buses de Swainson abandonnent leur régime basé sur la prédominance des petits mammifères et deviennent résolument insectivores. Du coup, pendant la migration et dans leurs zones d'hivernage, elles changent radicalement leur stratégie de chasse. Alors qu'en Amérique du Nord, elles chassaient principalement à l'affût pour plonger sur leurs proies, dans les pampas d'Amérique du Sud, elles entreprennent des poursuites aériennes et elles gobent les sauterelles et les criquets en plein vol.

Reproduction nidification

Les buses de Swainson quittent leurs quartiers d'hiver et regagnent les sites de nidification aux mois de mars et d'avril. Elles réutilisent généralement les nids des années précédentes qu'elles réaménagent. Peu de nids entièrement nouveaux sont bâtis. Les nids, habituellement moins volumineux que ceux des buses à queue rousse (Buteo jamaicensis), sont ordinairement placés à une hauteur qui varie entre 5 et 6 mètres au-dessus du sol, dans un sapin de Douglas, un pin ponderosa, un épicea, un mesquite, un peuplier domestique un orme ou un cactus. La construction ou la réparation commence 7 à 15 jours après l'arrivée des oiseaux. Les mâles apportent le plus de matériaux et accomplissent le plus gros de la tâche. Par contre, les deux partenaires travaillent équitablement pour rapporter les brins de verdure qui servent à tapisser le fond du nid avant et après l'éclosion.

La ponte comprend 1 à 4 oeufs de couleur blanche qui sont déposés chacun à 2 jours d'intervalle. L'incubation qui dure 34 à 35 jours est assurée par la femelle seule alors que le mâle se charge du ravitaillement de la nichée. Ce n'est que lorsque la femelle s'absente que son partenaire consent à couvrir provisoirement les oeufs. Les jeunes rapaces grandissent vite : ils sont capables de quitter le nid au bout 33 à 37 jours après l'éclosion et l'envol intervient peu de temps après. Pendant toute la période qui suit l'envol, les oisillons occupent le territoire de leurs parents et restent dépendants d'eux pour la nourriture. Il leur faut encore près d'un mois pour atteindre le pleine autonomie, suite à quoi, ils sont prêts pour la migration d'automne.

Distribution

Les buses de Swainson sont endémiques du continent américain. Au printemps et en été, elles élisent domicile en Amérique du Nord, de la Colombie Britannique, de l'Alberta et de la Saskatchewan jusqu'en Californie, au Texas et au nord du Mexique (Sonora, Chihuahua et Durango). Dans les grandes plaines, la limite est de leur aire se situe au niveau du Kansas, du Nebraska et du centre de l'Oklahoma. Les buses de Swainson hivernent en Amérique du Sud, principalement dans les pampas. Certains immatures restent dans le sud-ouest des Etats-Unis, notamment en Floride.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Dans certaines régions comme en Californie, la buse de Swainson a décliné de façon dramatique et ne représente plus que 10% de ses effectifs initiaux. La raison doit en être attribuée à l'usage des pesticides par les fermiers argentins qui sont jugés responsables de la destruction d'au moins 20 000 individus. La population mondiale est estimée entre 40 000 et 53 000 couples nicheurs, soit un effectif global d'environ 320 000 oiseaux. Pour l'IUCN, l'espèce ne pose pas de problème majeur.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/09/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net