Buse des Galapagos

Buteo galapagoensis - Galapagos Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Buteo

  • Espèce
    :

    galapagoensis

Descripteur

Gould, 1837

Biométrie
  • Taille
    : 56 cm
  • Envergure
    : 116 à 140 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Ce grand rapace du genre Buteo a une apparence noire chez les adultes. Il possède une assez grande envergure, une queue allongée et des pattes puissantes. Les sexes sont identiques mais la femelle est en moyenne 19% plus grande. Les juvéniles sont très différents des adultes. Chez les parents, le plumage est noir fuligineux. La tête est légèrement plus sombre. La queue grisâtre finement barrée de noir affiche des bordures gris-brun et chamois sur la partie supérieure. Les flancs et le ventre sont tachés de roux. Les sus-caudales et les sous-caudales sont nettement barrées de blanc. Des marques blanches sont souvent visibles sur l'ensemble du dos.
Chez les juvéniles en plumage frais, le dessus est brun sombre avec des liserés et des écailles chamois clair. Des sourcils et des stries malaires noirs encadrent les joues chamois pâle. La queue couleur crème est vaguement barrée de noir. Hormis la poitrine qui est blanchâtre, le reste des parties inférieures est chamois éclatant avec des taches et des mouchetures noires. En plumage usé, le dessus est plus terne, le dessous est plus blanchâtre avec des marques plus brunes.
La Buse des Galapagos ne peut être confondue. C'est le seul rapace présent toute l'année sur l'archipel. Le Balbuzard pêcheur et le Faucon pèlerin sont parfois en errance dans les îles, mais ils sont très connus et nettement différents.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Galapagos Hawk,
  • Busardo de las Galápagos,
  • Gavião-das-galápagos,
  • Galapagosbussard,
  • galápagosi ölyv,
  • Galapagosbuizerd,
  • Poiana delle Galapagos,
  • Galapagosvråk,
  • Galapagosvåk,
  • myšiak galapágsky,
  • káně galapážská,
  • Galapagosvåge,
  • galapagosinhiirihaukka,
  • aligot de les Galápagos,
  • myszołów galapagoski,
  • Галапагосский канюк,
  • ガラパゴスノスリ,
  • 加岛鵟,
  • 加拉巴哥鵟,

Voix chant et cris

Buse des Galapagos
adulte

La Buse des Galapagos est extrêmement bruyante lorsqu'elle niche, mais peut-être l'est-elle aussi à d'autres moments lorsqu'elle vole ou lorsqu'elle est perchée. Elle émet des séries de hurlements courts et perçants que l'on retranscrit habituellement de la façon suivante : "kee kee kee". Selon les circonstances, ces cris peuvent se transformer en "kweea kweea kweea" mal articulés et même parfois en "cher cher cher.... kilp kilp kilp" qui ont un accent presque braillant.

Habitat

Cette buse vit un peu partout dans les îles, du littoral marin jusqu'aux lieux les plus culminants, des contrées les plus ouvertes jusqu'aux zones boisées les plus denses. Son habitat est très divers : à Brusera, on la trouve dans les régions les plus arides situées au niveau de la mer alors qu'à Scalesia, elle occupe les zones les plus humides situées en altitude. Néanmoins, cet oiseau niche exclusivement dans les endroits secs : déserts de lave avec cactus et broussailles épineuses ou zones volcaniques élevées avec cratères. La variation altitudinale est très importante, du niveau de la mer jusqu'à 1 700 mètres.

Comportement traits de caractère

La Buse des Galapagos vit la plupart du temps en solitaire ou en groupe de deux. Cependant, de nombreux individus peuvent être attirés par une carcasse ou une charogne. Des groupes clairsemés de juvéniles et des rassemblements de femelles non nicheuses peuvent être également observés. De plus, très fréquemment, cet oiseau adopte un mode de reproduction coopératif au cours duquel plusieurs mâles (jusqu'à huit, mais plus couramment 2 ou 3) s'accouplent avec la femelle. Ces mâles forment une association qui est chargée de défendre le territoire, couver les œufs et s'occuper des oisillons (voir également la rubrique reproduction). Les parades aériennes comprennent un simple vol circulaire en commun dans le ciel, il est accompagné de nombreux cris. Souvent, un oiseau plonge d'une grande hauteur et laisse pendre ses pattes quand il s'approche d'un autre puis il atterrit sur un perchoir en douceur. Chez cette espèce, on n'a jamais décrit de vols ondulatoires ni de danse dans le ciel (sky-dance) comme c'est le cas chez d'autres espèces du genre Buteo..
La buse des Galapagos chasse de différentes façons : dans les airs, à l'affût à partir d'un perchoir, en marchant ou en courant à terre. Quand elle est en vol, elle se laisse tomber sur la proie qu'elle a détectée en planant ou en pratiquant le vol stationnaire.

Alimentation mode et régime

Ce rapace de moyenne taille a longtemps été considéré comme inoffensif pour les fringillidés et pour les oiseaux en général. Pendant un long moment, on l'a surtout considéré comme un chasseur de petits lézards et de larges invertébrés. Cependant, la Buse des Galapagos possède des serres particulièrement puissantes, aussi n'est-on pas surpris d'apprendre dans les études récentes que la majorité de ses proies est constituée par les oiseaux du littoral et de l'intérieur des terres tels que les tourterelles, les moqueurs et les fringilles de la sous-famille des géospizinés. Elle consomme des adultes, des jeunes, des poussins et même des œufs. Le menu est complété de rats, de rongeurs, de lézards, de jeunes iguanes, de tortues et de mille-pattes géants. Occasionnellement, elle s'en prend aux jeunes chèvres et consomme des charognes tels que les cadavres de phoques ou de capridés. Les poissons échoués et les déchets domestiques ne sont pas délaissés pour autant.

Reproduction nidification

Les Buses des Galapagos se reproduisent pendant tous les mois de l'année, mais l'activité est sans doute plus importante entre les mois de mai et d'août. Ces rapaces construisent un large nid de branches qui est ré-utilisé pendant plusieurs années consécutives. Il mesure entre 1 et 1 mètre 50 de large et entre 50 cm et 3 mètres de profondeur. L'intérieur est garni avec des brindilles vertes, des feuilles, de l'herbe et des morceaux d'écorce. Ce nid est généralement situé dans un petit arbre, sur une arête de lave, un escarpement rocheux ou même à terre sur une grosse touffe d'herbes.

La ponte comprend 2 ou 3 œufs qui sont couvés pendant 37 ou 38 jours. Les jeunes sont nidicoles et ne prennent pas leur envol avant 50 ou 60 jours. Ces deux périodes sont considérablement plus longues que celles des buses de même taille qui vivent sur le continent. Un seul petit survit habituellement par nid. Toutefois, le succès des nichées est plus important pour les groupes qui pratiquent la polyandrie et la reproduction coopérative que pour les couples qui accomplissent une reproduction monogame. Après l'envol, les juvéniles restent avec leurs parents pendant 3 ou 4 mois. Passé ce délai, ils sont chassés du territoire familial et ne sont plus autorisés à y pénétrer avant deux ou trois ans.

Distribution

Comme son nom l'indique bien, ce rapace de la famille des Accipitridés est endémique de l'archipel des Galapagos situé au milieu de l'océan Pacifique, au large de l'Equateur. Dans une période relativement récente, l'espèce était présente dans toutes les îles, excepté dans les régions les plus septentrionales de Culpepper, Wenman et Genovesa. Depuis, la population est considérablement moins élevée dans une des grandes îles centrales, Santa Cruz. Elle est à présent complètement éteinte dans 5 petites îles adjacentes (Seymour, Baltra, Daphné, Chatham et Charles). Au cours de l'année 2000, 85% de la population était concentrée sur les 5 îles suivantes : Santiago, Isabela, Santa Fé, Espanola et Fernandina.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Un recensement récent a été réalisé : les effectifs comprennent 35 oiseaux sur Isabela, 17 sur Santa Fé, 10 sur Espanola, 10 sur Fernandina, 6 sur Pinta, 5 à la fois sur Marchena et Pinzon et seulement 2 sur Santa Cruz où 250 individus ont jadis niché. Si on compte les mâles englobés dans les reproductions coopératives, on arrive approximativement entre 400 et 500 individus. Le déclin enregistré dans les années passées est dû surtout à la persécution entreprise par les pionniers et aussi vraisemblablement au développement des populations férales de chats. A présent, le déclin semble stoppé et les effectifs sont stabilisés même si les persécutions continuent sur Santa Cruz et Isabela. La population reste classée comme vulnérable en raison de la faible superficie de l'aire de distribution (moins de 8 kilomètres carrés).

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 22/12/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net