Chevêche forestière

Heteroglaux blewitti - Forest Owlet

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Heteroglaux

  • Espèce
    :

    blewitti

Descripteur

Hume, 1873

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 231 à 241 g
Distribution

Distribution

Description identification

Proche de la chouette chevêche d'Europe ou de la Chevêche brame du sous-continent indien, elle était autrefois classée dans le genre Athene. A présent, c'est la seule espèce du genre Héteroglaux. C'est un petit oiseau trapu, une chouette typique dont les bandes abondent sur les ailes et sur la queue. Elle a une tête et un bec relativement massifs par rapport au reste du corps. Le disque facial est pâle, délimité au-dessus par 2 épais sourcils blancs et en dessous par un menton sombre. Les grands yeux circulaires sont jaunes.
Les parties supérieures sont entièrement gris-brun foncé, alors que le haut de la poitrine est majoritairement brun avec de très fines vermiculures claires. Les rémiges primaires sont plus sombres et bien distinctes.
Les parties inférieures et l'abdomen sont blancs, excepté le bas de la zone pectorale et les flancs qui sont bordés par de très larges bandes noires.
L'ensemble des parties nues varient, évoluant du jaune au jaune pâle, sauf les griffes. Les jeunes ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Forest Owlet,
  • Mochuelo de Blewitt,
  • Corujinha-da-floresta,
  • Blewittkauz,
  • erdei kuvik,
  • Bossteenuil,
  • Civetta di foresta,
  • Skogsminervauggla,
  • Karmaugle,
  • kuvik lesný,
  • sýček lesní,
  • Skovkirkeugle,
  • hindustaninpöllö,
  • mussol de Blewitt,
  • pójdźka leśna,
  • Лесной сыч,
  • モリコキンメフクロウ,
  • 林斑小鸮,
  • 林斑小鴞,

Voix chant et cris

Le chant territorial est une série de sifflements courts, mélodieux et querelleurs retranscrits comme des "kwwooh". La durée et la hauteur sont variables. Les phrases durent de 4 à 15 secondes et sont répétées après des pauses. En cas de disputes territoriales, on peut entendre des cris puissants, montants et descendants en tonalité qui retentissent comme des sortes de "Kwaak kwaak".
Les femelles ont des cris particuliers et émettent des "kweek kweek". Lorsqu'ils sont alarmés ou qu'ils s'estiment en danger, les oiseaux des deux sexes produisent des "kwyunk kwuynk", surtout lorsque les jeunes sont à proximité. Lorsqu'un prédateur s'approche de leur territoire, ils délivrent un cri d'avertissement qui sonne comme un "chirrk chiurk".

Habitat

Les chevêches forestières vivent dans les régions de plaines et de collines. On les trouve principalement à des altitudes qui varient de 200 à 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, même si parfois elles peuvent grimper jusqu'à plus de 1 000 mètres. Ces oiseaux fréquentent les zones boisées ouvertes qui ont des arbres à feuilles caduques et dont le sous-bois est recouvert presque exclusivement d'un tapis herbeux. D'après Ali et Ripley, ils se perchent en solitaire et de bon matin dans les parcelles humides et épaisses de jungle et ils semblent apprécier également les bosquets qui sont composés de manguiers sauvages. Il leur arrive de vaquer et de divaguer occasionnellement aux alentours des cours d'eau.

Comportement traits de caractère

Contrairement à la plupart des strigidés, les chevêches forestières sont des oiseaux diurnes. Habituellement, elles chassent, chantent, volent et se perchent en plein jour. Elles chantent rarement pendant la nuit. Pendant la saison fraîche, elles s'exposent généralement en plein soleil sur une épaisse branche nue de la canopée en agitant leur queue d'une côté à l'autre avec un rythme très régulier. Pendant la saison chaude, elles se reposent sur une branche à mi-élévation.
Les chevêches forestières réalisent une parade particulière au cours de laquelle elles effectuent des salutations, baissent la tête jusqu'à ce qu'elle recouvre les pieds puis reprennent une position rectiligne pour montrer leurs belles plumes ventrales blanches.
Elles sont rarement agressées par les bandes de petits oiseaux. Elles ont un vol rapide et direct.

Alimentation mode et régime

Les chevêches forestières capturent vraisemblablement de plus grosses proies que les chevêches brames (Athene brama), étant donné que le crâne et les serres sont considérablement plus massifs. En octobre 1997 on en a découvert une dont le bec barbouillé de taches sanglantes tendait à prouver qu'elle consommait aussi des petits mammifères. Parfois, à la moitié de la matinée, ce prédateur de moyenne taille capture aussi des lézards sur le sol après des précipitations abondantes. Le menu est généralement assez varié : reptiles, petits vertébrés, gros insectes (sauterelles et coléoptères) constituent les éléments les plus importants du régime alimentaire.

Reproduction nidification

Les observateurs du mois de novembre ont constaté qu'à cette période, 2 individuels affichaient parfois un stade différent de mue. L'un des deux présentait un plumage assez usé alors que le second montrait une mue assez récente. L'individu au plumage usé était probablement un adulte tandis que l'autre, un juvénile de l'année.
Pendant, la parade, le mâle présente rituellement une proie (reptile ou souris) à sa partenaire. Les troncs d'arbres avec du bois tendre accueillent généralement les nids de chevêches forestières. La durée d'incubation et de séjour au nid ne sont pas connus. Si on tient compte des autres chouettes du genre Athene, vraisemblablement entre 3 et 4 semaines.

Distribution

Les chevêches forestières sont endémiques du sous-continent indien. On les trouve notamment dans le centre-ouest et le centre-est de l'Inde, et plus particulièrement au pied des montagnes Saltapura qui s'étendent du Gujarat (district du Kanndesh) à l'est du Madhya Pradesh sur une longueur de plus de 1 100 kilomètres. Monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce est critiquement en danger. Elle est originaire du centre du sous-continent indien et elle a une population très sévèrement fragmentée dans les états du Bihar, Orissa, Maharastra, Madhya Pradesh et Rajasthan. On peut l'apercevoir sans doute dans moins d'une douzaine de localités. Un spécimen recueilli légèrement au nord de Bombay dans les années 1914 a longtemps été considéré comme l'ultime représentant de la race. Cependant, le reclassement de certains oiseaux à des années ultérieures ainsi que des photographies prises récemment permettent d'affirmer que cette espèce est encore en vie, bien qu'extrêmement rare.
La chevêche forestière est donc classée au dernier stade avant l'extinction. La destruction actuelle de son habitat ne risque pas d'améliorer son statut. Des renseignements doivent être trouvés dans l'urgence si on veut en connaître un peu plus sur cet oiseau susceptible de disparaître prochainement.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/11/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net