Échasse à tête blanche

Cladorhynchus leucocephalus - Banded Stilt

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Récurvirostridés

  • Genre
    :

    Cladorhynchus

  • Espèce
    :

    leucocephalus

Descripteur

Vieillot, 1816

Biométrie
  • Taille
    : 43 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 220 à 260 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le mâle présente une paire d'échasses qui est environ 8 à 10% plus grande que celle de sa partenaire. Ce grand oiseau aux couleurs remarquables a un plumage presque entièrement blanc mais avec du noir sur les scapulaires et les couvertures alaires. En dessous du cou, on peu distinguer une large et somptueuse bande pectorale châtain qui est superposée par une étroite bordure sombre.
Le bec est noir et fin, avec une courbure à peine perceptible. Les longues pattes ont une teinte rose-orange. Comparativement avec celles de l'échasse blanche (Himantopus himantopus), elles sont un peu plus brèves. Les sexes sont identiques.
Chez les adultes en plumage nuptial, la bande pectorale paraît plus réduite à cause des terminaisons blanches et brunes des plumes. En vol, qui est marqué par des petits volettements rapides, les ailes apparaissent comme presque entièrement noires, excepté le blanc pur des secondaires et les pointes blanchâtres des primaires internes. Le dessous des ailes est majoritairement blanc sauf les primaires et le bord de traîne qui contrastent en noir. La queue blanche est infiltrée de gris-brun.
Chez les jeunes et les immatures, la bande pectorale est absente et ils ressemblent alors aux petits de l'Avocette d'Australie (Recurvirostra novaehollandiae). Néanmoins, les pattes sont plus brillantes, le bec est plus rectiligne et la tête ainsi que le cou sont toujours blancs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Banded Stilt,
  • Cigüeñuela de cabeza blanca,
  • Pernilongo-de-peito-vermelho,
  • Schlammstelzer,
  • iszaptöcs,
  • *Bandsteltkluut,
  • Cavaliere fasciato,
  • Rostbröstad styltlöpare,
  • Beltestylteløper,
  • šišila bahenná,
  • pisila australská,
  • Rødbrystet Stylteløber,
  • vyöpitkäjalka,
  • camallarga capblanca,
  • szczudłak australijski,
  • Полосатый ходулочник,
  • ムネアカセイタカシギ,
  • 斑长脚鹬,
  • 斑高蹺鴴,

Voix chant et cris

Échasse à tête blanche
adulte internuptial

Les échasses à tête blanche émettent des "chowk" ou des "chowk-kuk" qui sont des sortes d'aboiements. Quand ils sont produits en groupe, ces cris se transforment en une vaste cacophonie.

Habitat

Les échasses à tête blanche fréquentent les étendues salines ou hypersalines de faible profondeur qu'on trouve à l'intérieur des terres et à peu de distance des côtes. On peut également les observer dans les lacs éphémères, les bassins qui servent à recueillir le sel, les marais salants, les lagunes saumâtres, les estuaires et les baies qui sont battues par de faibles marées.
Occasionnellement, elles visitent les réservoirs qui ont une basse salinité. Ces oiseaux font preuve d'un grand opportunisme, se reproduisant seulement dans les grands lacs salins intérieurs qui sont provisoirement envahis par les eaux des précipitations ou par celles des crues.

Comportement traits de caractère

Les échasses se déplacent en fonction de la différence du niveau des eaux. Elles fréquentent les régions côtières quand les régions de l'intérieur sont très arides et elles y reviennent après la chute des précipitations. Les mouvements de pré-nidification sont plus rapides et plus spontanés que les migrations post-reproductives.

Alimentation mode et régime

Les échasses à tête blanche consomment une grande variété de petits crustacés ainsi que des insectes aquatiques, des mollusques, des poissons et des matières végétales. Les proies les plus appréciées sont les crustacés qui deviennent temporairement surabondants dans les réservoirs salins. Les crevettes, les ostracodes et les isopodes sont des denrées privilégiées. Les proies sont capturées en picorant, en prospectant et en piétinant tout en balayant le sol avec leur bec en forme de faux. Pendant la journée, les échasses investissent les vasières en eau peu profonde.

Reproduction nidification

Il y a peu de renseignements sur les mœurs reproductives. Leur connaissance est basée uniquement sur l'existence d'une trentaine de rapports succincts qui ont été produits depuis les années 30. Il n'y a pas véritablement de saison, la reproduction est très sporadique et dépend principalement des crues des lacs. Les colonies peuvent contenir jusqu'à 10 000 nids. La plus grande d'entre elles rassemble plus de 175 000 nids près du lac Barlee, en Australie Occidentale. La densité peut atteindre jusqu'à 18 édifices par mètre carré, bien que 9 par mètre carré soit une norme plus courante.
A l'intérieur d'une même colonie, certaines zones géographiques peuvent être à des stades différents que certaines autres. Dans ces immenses rassemblements, il n 'y a pas d'organisation homogène, il n'est pas rare qu'il y ait 2 couvées compressées en l'espace de 12 semaines. Quand c'est le cas, les premières couvées bénéficient de conditions naturelles plus favorables alors que les oisillons des secondes couvées sont victimes de la prédation des mouettes argentées (Larus novaehollandiae). Entre 4 000 et 9 000 petits sont régulièrement prélevés. Les aigles d'Australie (Aquila audax), les corbeaux australiens (Corvus coronoides) ainsi que les milans noirs (Milvus migrans) sont également de prédateurs potentiels. Avec les œufs qui sont considérés comme infertiles, le taux de réussite est relativement faible
Les sites des colonies sont placés dans les îles, sur des sols nus ou faiblement agrémentés de végétation. Chaque femelle pond 3 ou 4 œufs de couleur blanche avec des stries sombres, contrairement aux autres espèces de la famille des récurvirostridés qui ont des œufs brun jaunâtre avec des marques foncées. Les 2 parents couvent pendant 19 à 21 jours. Les poussins ont un épais duvet blanc ce qui est une exception chez les oiseaux de la tribu des charadrii. Ils sont nidifuges, se déplacent en petites crèches collectives de 100 individus qui sont surveillées avec attention par les adultes. L'envol intervient au bout de 50 jours.

Distribution

Les échasses à tête blanche sont endémiques de l'Australie, principalement dans le sud et le centre des régions intérieures du continent. Leur zone de prédilection se situe surtout au centre de l'Australie Occidentale et de l'Australie Méridionale. Leur territoire est très morcelé et malgré son grand déploiement en latitude et en longitude, l'espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est considérée comme VULNERABLE dans le sud de l'Australie. L'impact récent des mouettes argentées sur les colonies suggère que dans certaines occasions, elle est capable de subir des déclins soudains.
Lors d'un recensement récent de 2010, les effectifs totaux de la population ont été estimés entre 208 et 260 000 individus, les 2 colonies du lac Torrens et du lac Eyre regroupant 160 000 matures à elles seules. Les chiffres varient probablement d'année en année, chaque millésime apportant son lot de réussites et de catastrophes. Les régions qui regroupent les populations les plus importantes bénéficient donc de plus en plus de protections contre les intrusions humaines.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Échasse à tête blancheFiche créée le 11/01/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net