Engoulevent grouillécor

Siphonorhis brewsteri - Least Poorwill

Systématique
  • Ordre
    :

    Caprimulgiformes

  • Famille
    :

    Caprimulgidés

  • Genre
    :

    Siphonorhis

  • Espèce
    :

    brewsteri

Descripteur

Chapman, 1917

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Engoulevent grouillécor
adulte

Ce petit engoulevent se caractérise par ses longues pattes et par son plumage panaché. Les 2 partenaires sont identiques, au repos, les parties inférieures gris-brun, dévoilant des stries noirâtres. La calotte est abondamment striée de noir. On peut apercevoir un épais collier chamois qui entoure l'arrière du cou. Les couvertures alaires gris-brun sont nettement maculées de blanc.
Les parties inférieures brunes sont hardiment tachées de blanc. La poitrine blanche devient barrée et vermiculée de brun sur l'abdomen.
Les 2 adultes n'affichent pas de marques blanches sur les ailes. Ces dernières sont brunes avec des marques très visiblement chamoisées.
Chez le mâle, toutes les rectrices, excepté la paire centrale, ont des fines terminaisons blanches. Chez la femelle, des pointes chamoisées remplacent souvent les extrémités blanches.
Les engoulevent de la Jamaïque (Siphonorhis americana) sont plus grands, plus teintés de roux-brun. Endémiques de la Jamaïque comme leur nom l'indique bien, ils sont peut-être éteint.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Siphonorhis brewsteri brewsteri (Hispaniola)
  • Siphonorhis brewsteri gonavensis (Gonâve I.)

Noms étrangers

  • Least Poorwill,
  • Chotacabras Torico,
  • Haitinachtschwalbe,
  • haiti estifecske,
  • Haitinachtzwaluw,
  • Succiacapre di Brewster,
  • Hispaniolanattskärra,
  • Haitinattravn,
  • lelek útly,
  • lelek drobný,
  • Hispaniolapoorwill,
  • haitinkehrääjä,
  • enganyapastors de Brewster,
  • lelkowiec mniejszy,
  • Гаитянский козодой,
  • ヒスパニオラコヨタカ,
  • 中美夜鹰,
  • 小帕拉夜鷹,

Voix chant et cris

Le chant des engoulevents grouillécor est une répétition gutturale de leur nom local "torico, torico, torico". Il est délivré à l'aube ou au crépuscule. D'après Cleese, il s'apparente plus à un sifflement montant "tooorrrrrrrrrrrri" ou à un gazouillement "tworrrrri" qu'on entend dès que l'obscurité est tombée. Lorsqu'il est perturbé, cet oiseau émet des "kaweck-weck-weck-weck". Il produit également des notes grattantes, assez semblables à celles des petites tourterelles terrestres

Habitat

Les engoulevents grouillécor préfèrent les plaines arides et semi-arides, particulièrement celles qui sont pourvues de zones boisées broussailleuses. On peut également les apercevoir dans les parcelles d'arbres à larges feuilles, les forêts de pins et les boisements mixtes. Ces oiseaux vivent du niveau de la mer jusqu'à 800 mètres d'altitude.
Steve Latta procure de nombreux renseignements supplémentaires. Selon lui, ces oiseaux de petite taille fréquentent les étendues de cactus et de broussailles épineuses aux altitudes proches de 300 mètres.

Comportement traits de caractère

Les engoulevents grouillécor ont des mœurs crépusculaires et nocturnes. Ils sont actifs surtout juste après le coucher du soleil et juste avant son lever. Ils se reposent en étant couché à terre ou en étant étendu de toute leur longueur sur une branche située jusqu'à 2 mètres au-dessus du sol.
Lorsqu'ils sont obligés de s'enfuir précipitamment, ils parcourent une faible distance avant d'atterrir sur le sol nu ou dans un buisson.
Le vol : Dans les airs, les ailes brèves et rondes donnent au vol une apparence souple et fantasque comme celui d'un papillon de nuit. Ces engoulevents ont un vol léger et plein d'originalité ou de fantaisie. A bien des égards, il rappelle le vol du polyphème géant, qui est un grand papillon nocturne de la famille des saturniidés.

Alimentation mode et régime

D'après Cleese et Steve Latta, il n'y a aucune information précise sur l'alimentation de cet oiseau. Cependant, Avianweb précise qu'on considère qu'il possède un menu assez similaire à celui des autres espèces de la famille des caprimulgidés.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule d'avril à juin. Les engoulevents grouillécor ne construisent pas de nid, ils pondent directement sur le sol. Les sites de nidification sont placés à la lisière ou à très grande proximité d'une zone incendiée.
Le mâle établit son territoire et chante pendant la nuit, de façon à tenir ses agresseurs à distance et en même temps pour attirer et séduire une partenaire. La nidification est organisée de telle façon qu'il y ait un ou plusieurs jours de pleine lune pendant la période où les parents nourrissent les petits, ce qui éclaire la scène et facilite le transport des denrées.
Les œufs ont une forme elliptique, ils ont une couleur blanc terne avec des taches violet grisâtre ainsi qu'avec des mouchetures et des lignes chamois et brun pâle. Ils mesurent en moyenne 24 mm sur 18. La ponte contient habituellement 1 ou 2 œufs. Lorsque qu'un adulte effrayé est obligé de quitter précipitamment le nid, il tente une manœuvre de dissuasion et essaie de confondre l'intrus en faisant trembloter ses ailes. Les parents couvent à tour de rôle et la durée de l'incubation varie de 19 à 21 jours.
A la naissance, les petits sont recouvert d'un duvet. Ils sont capables d'effectuer de courts mouvements un peu plus de 24 heures après l'éclosion. Lorsque le mâle fait la sentinelle près du nid pour mettre en garde les intrus, il procède à des vols stationnaires avec le corps dans une position très verticale. Sa queue est déployée et montre ses pointes blanches. Les adultes communiquent avec leur progéniture par des faibles sonneries auxquelles les petits répondent volontiers.
Si les conditions sont très favorables, la femelle met en œuvre une seconde couvée peu de temps après la première. Pendant que la femelle couve la seconde nichée, le mâle soigne les petits de la première.

Distribution

Les engoulevents grouillécor sont endémiques d'Hispaniola. Leur aire de distribution est pratiquement un copier-collier de celle de l'Engoulevent d'Hispaniola (Antrostomus ekmani), c'est à dire qu'ils sont courants principalement dans l'est de la République Dominicaine (d'Oviedo à Pedemales) et dans l'ouest d'Haïti (d'Arcahaie jusqu'au nord de Port-aux-Princes). Les noms des lieux géographiques fréquentés sont souvent les mêmes ; Sierra de Bahoruca, Sierra de Neiba, Lomo de Cabrera et cordillère centrale. Cependant, les noms de côtes, de lagunes et de petites villes sont plus nombreux. Autrefois, les engoulevents grouillécor étaient nombreux dans les broussailles de l'île de la Gonâve, au sud de la péninsule ouest.
On reconnaît officiellement 2 sous-espèces :
S. b. brewsteri - Hispaniola.
S. b. gonavensis - île de la Gonâve , au large d'Hispaniola.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Pendant longtemps, on a cru que cette espèce était éteinte. Le déclin était expliqué, à partir des années 30, par la destruction de l'habitat et l'introduction de prédateurs non-indigènes. De nos jours, elle est considérée comme une population clairsemée avec certains lieux où elle est localement commune. La densité la plus importante, de 4,8 individus au kilomètre carré, a été mesurée en mars 1996 sur le versant nord de la Sierra de Bahoruco. Les transformations des techniques de l'agriculture et l'utilisation de méthodes ayant pour but l'accroissement des rendements est également mise en cause. Le statut à Haïti est inconnu.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Engoulevent grouillécorFiche créée le 02/10/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net