Énicure de Leschenault

Enicurus leschenaulti - White-crowned Forktail

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Enicurus

  • Espèce
    :

    leschenaulti

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 27 à 38 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Muscicapidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (10 à 20 cm de longueur). Dans un premier temps, ils regroupaient principalement les gobemouches au sens large. Mais les recherches récentes ont montré qu'il fallait leur adjoindre certains taxons appartenant jusqu'alors aux Sylvid... lire la suite

Description identification

Les énicures se remarquent immédiatement grâce à leur longue queue fourchue terminée par une tache blanche. Les rectrices les plus extérieures sont blanches, les rectrices centrales régulièrement graduées sont noires avec des extrémités blanches, ce qui forme des sortes de barres caudales non rectilignes. La race nominale affiche un capuchon blanc, une tête noire jusqu'à la poitrine. Le dos est noir, contrastant fortement avec les scapulaires, l'épaule et les taches alaires qui sont d'un blanc immaculé. Le croupion et le bas des parties inférieures (abdomen, flancs et sous-caudales) sont également blancs. Le bec est noir, les pattes rosâtres. Le mâle et la femelle sont identiques. Les juvéniles sont comme les adultes mais la tête et les parties supérieures sont brunâtres. La gorge est chamoisée et la poitrine est striée. Les flancs sont bruns et le ventre est moucheté de brun.
La race indicus est très semblable à la nominale, mais le bec est plus long et les rectrices sont 10 à 15 mm plus courtes que la suivante. La race sinensis ressemble à la précédente mais affiche des rectrices externes jusqu'à 5 centimètres plus courtes que la suivante. Le race frontalis a une taille plus petite et moins de blanc sur le capuchon. La race bornéensis a une queue assez longue. Les marques blanches sur les secondaires sont confinées à l'extrémité des filets extérieurs. La race chaseni possède une bien plus longue queue et une bien plus grande taille que leurs proches parents qui vivent sur l'île principale de Sumatra.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Enicurus leschenaulti leschenaulti (Java and Bali)
  • Enicurus leschenaulti indicus (ne India and Myanmar to s China, Indochina and Thailand)
  • Enicurus leschenaulti sinensis (c and e China, Hainan I.)
  • Enicurus leschenaulti frontalis (c and s Malay Pen., Sumatra and lowland Borneo)
  • Enicurus leschenaulti chaseni (Batu I.. off w Sumatra.)

Noms étrangers

  • White-crowned Forktail,
  • Torrentero Coroniblanco,
  • Weißscheitel-Scherenschwanz,
  • fehérfejű villásrigó,
  • Witkruinvorkstaart,
  • Codaforcuta capobianco,
  • Vitkronad klyvstjärt,
  • Hvitkronekløftstjert,
  • vidličiarka korunkatá,
  • drozdek bělohlavý,
  • Sortbrystet Kløfthale,
  • sukeltajahaarapyrstö,
  • enicur de Leschenault,
  • widłogon białoczuby,
  • baltgalvas dakšaste,
  • Белошапочная вилохвостка,
  • Meninting besar,
  • エンビシキチョウ,
  • 白额燕尾,
  • นกกางเขนน้ำหัวขาวใต้,
  • 白額燕尾,

Voix chant et cris

Le chant est une série complexe de sifflements doux et aigus qu'on peut restituer de la façon suivante : "tsswi'i'i llii'i'i". Une autre forme de chant, assez semblable à celui de l'Arrenga siffleur (Myophonus caerulus) commence par un "gzweet" descendant et se termine par des "tsee-chit-chit-chit". La plupart des cris sont émis en vol : ce sont des "hutti hutti hutti" rudes, des "tsee" ou des "gzuweet" émis sur le ton de la réprimande et qui sont moins abruptes, moins gutturaux que ceux de l'énicure tacheté.

Habitat

Les énicures de Leschenault fréquentent les rivières à débit rapide dont le lit est parsemé de rochers. On les trouve également dans les torrents, les ruisseaux et les petits filets d'eau qui sont situés à l'intérieur de forêts denses composées d'arbres à feuilles permanentes. Ils vivent même parfois dans les ravins ombragés où il n'y a virtuellement pas d'eau. En Chine Méridionale, ils visitent les canalisations sanitaires et les égouts près des villages. Dans l'Himalaya, ces oiseaux s'établissent entre 300 et 1 200 mètres d'altitude, mais leur habitat préférentiel se situe généralement en-dessous de 750 mètres.
Dans le centre de Bornéo, il arrive occasionnellement qu'ils fréquentent les zones arides de forêts ou les cours d'eau dont le cours est plus lent. On peut aussi les observer dans les zones marécageuses et même le long de routes goudronnées qui traversent des zones boisées. La race borneensis qui vit dans les zones montagneuses préfère généralement les forêts avec des bruyères et des roches magmatiques jusqu'à environ 1 950 mètres d'altitude. La race frontalis ,qui vit dans les plaines et les régions basses, occupe les forêts mixtes de diptérocarpes et parfois celles d'arbres à soie (Albizia).

Comportement traits de caractère

Les énicures de Leschenault vivent en solitaire ou en couples. Ils recherchent leur nourriture dans l'eau, le long de rivières ou en bordure de zones aquatiques, sur les rochers dans les zones humides. Quand ils chassent, ils submergent rarement leur corps entièrement à la manière des cincles. La plupart du temps, ils sautillent de rocher en rocher et ils évoluent d'un pas léger d'un bloc de pierre jusqu'à un autre. Quand ils sont perturbés, ces oiseaux trouvent parfois refuge dans les fourrés.
Ce sont des oiseaux sédentaires sur une grande majorité de leur aire. Toutefois, les populations qui vivent dans les régions montagneuses et plus particulièrement dans le nord-est de l'Inde, entreprennent sans doute des déplacements altitudinaux à la mauvaise saison. Les individus qu'on observe au Bangladesh sont exclusivement des visiteurs de la période hivernale.
Le vol : Les énicures de Leschenault ont un vol qui ressemble un peu à celui d'une bergeronnette.

Alimentation mode et régime

Les énicures de Leschenault se nourrissent principalement d'insectes, y compris des coléoptères noirs, des sauterelles aquatiques, des collemboles ou des hexapodes ainsi que des chenilles.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule en avril-juin dans l'Himalaya, jusqu'au mois de juillet en Chine Méridionale mais seulement en avril au Myanmar. Elle a lieu en avril et août en péninsule malaise, en mars à Bornéo. Dans ce dernier pays, on trouve des individus en état de se reproduire en mai et en juillet et on peut observer des oisillons en compagnie de leurs parents au mois de février. A Java, les énicures se reproduisent d'octobre à mai. En Chine Méridionale, il y a deux nichées par saison.
Le nid est une assez large structure construite avec des mousses lâchement entremêlées, des herbes, des feuilles et des fibres lignées. Il est garni avec des nervures et des morceaux de feuilles. Il est placé sur une corniche de falaise, entre des blocs de pierre ou entre des racines d'arbres, dans une petite cavité sous un buisson. On le trouve toujours dans un endroit humide, à faible distance d'une rivière qui possède un débit plus ou moins important. L'édifice est parfois dissimulé derrière une cascade ou une chute d'eau que les parents doivent traverser.
La ponte comprend 2 à 5 œufs, variant du blanc grisâtre à la couleur crème ou rose pâle, avec des petites taches lilas ou rouge brunâtre. La durée d'incubation et le soin parental ne sont pas connus.

Distribution

Les énicures de Leschenault sont originaires du sud-est du continent asiatique. Leur aire de distribution commence dans l'est de l'Himalaya, se poursuit dans toute l'Indochine, la Chine Méridionale et la péninsule malaise. Elle s'achève dans les grandes îles de la Sonde (Sumatra, Bornéo, Java et Bali). Sur ce territoire de plus de 6 millions de kilomètres carrés, on reconnaît officiellement 6 sous-espèces : E. l. indicus (est de l'Himalaya jusqu'au Myanmar, sud de la Chine (Yunnan), ouest, nord et est de la Thaïlande, Indochine) - E. l. sinensis (sud et est de la Chine, y compris l'île de Hainan) - E. l. frontalis (centre et sud de la péninsule malaise, Sumatra, Nias et plaines de Bornéo) - E. l. bornéensis (zones montagneuses de Bornéo) - E. l. chaseni ( îles Batu, au large de Sumatra) - E. l. leschenaulti (Java et Bali).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les énicures de Leschenault ne sont pas globalement menacés. La répartition est assez irrégulière : dans l'Himalaya, il sont plutot rares alors que dans les collines de l'Assam (nord-est de l'Inde), ils sont assez répandus. En Chine, il sont communs, dans le sud-est de l'Asie, assez communs. A Bornéo, ils sont courants au Sabah et peu communs ailleurs. A Java et à Bali, on peut assez facilement les observer. D'après Birdlife, la population est stable et l'espèce est classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/08/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net