Fauvette pitchou

Sylvia undata - Dartford Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sylviidés

  • Genre
    :

    Sylvia

  • Espèce
    :

    undata

Descripteur

Boddaert, 1783

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 10 à 12 g
Distribution

Distribution

Description identification

Très difficile à observer, la fauvette pitchou est cependant un oiseau qu'on ne peut pas confondre en raison de sa petite taille, de sa très longue queue qu'elle tient toujours relevée et très souvent déployée. A première vue, elle donne l'impression d'être noirâtre. De près, on apprécie, chez le mâle adulte, la tête de couleur gris-ardoise et le dos marron grisâtre, parfois brun sombre. Les parties inférieures ont une nuance rouge vineuse qui tire sur le violet. La queue est noire avec le liseré des plumes gris et la paire de rectrices extérieures ornée d'une fine bordure blanchâtre. L'iris rouge-orange et l'anneau orbital plus rouge encore forment un trait caractéristique qui est particulièrement visible malgré les mouvements inquiets de cet oiseau. Le bec est noirâtre avec la base de la mandibule inférieure jaune rosé. Les tarses et les pieds sont jaunâtres. Les ailes sont très obscures, presque noires. En automne, le menton et la gorge portent des nombreux petits points blancs.
Le plumage de la femelle est entièrement plus clair. La tête est marron, non pas grise, et le reste des parties supérieures sont brun sombre. L'intense couleur rouge vineux est absente sur la poitrine et tout au plus on y décèle une nuance rosée. Les jeunes fauvettes ressemblent davantage à la femelle qu'au mâle. Le plumage de leurs parties supérieures affiche une teinte terreuse, plus sombres que celles des femelles adultes et son aspect est plus uniforme.
"Pitchou" signifie petit en provençal et évoque la taille menue de cet oiseau.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Sylvia undata dartfordiensis (s England, w France and nw Spain)
  • Sylvia undata undata (Iberian Pen., s France and Italy)
  • Sylvia undata toni (nw Africa)

Noms étrangers

  • Dartford Warbler,
  • Curruca rabilarga,
  • Toutinegra-do-mato,
  • Provencegrasmücke,
  • bujkáló poszáta,
  • Provençaalse Grasmus,
  • Magnanina comune,
  • Provencesångare,
  • Vinsanger,
  • penica hnedá,
  • pěnice kaštanová,
  • Provencesanger,
  • ruskokerttu,
  • tallareta cuallarga,
  • Busksöngvari,
  • pokrzewka kasztanowata,
  • garastes ķauķis,
  • palčja penica,
  • Провансальская славка,
  • オナガムシクイ,
  • 波纹林莺,
  • 波紋林鶯,

Voix chant et cris

Son chant rappelle quelque peu celui du Tarier pâtre qui occupe le même biotope, mais il est plus bref et moins puissant. Il est doux, agréable, parfois pétillant et il est émis du sommet d'un arbre mais aussi de toute autre éminence comme des câbles électriques. En plus de son chant habituel que l'on peut entendre à tout moment de l'année, elle émet un cri d'alarme dur et métallique "tchrrr", en se déplaçant à l'intérieur de la végétation et en sortant du couvert quelques brefs instants pour observer l'intrus. Si elle est excitée, elle peut produire un "té-té-té-té" répétitif et aigu. Lorsqu'elle se sent observée à l'approche du nid, elle émet un son agréable que l'on peut retranscrire de la façon suivante "tcherr-chiui". La seconde partie est très musicale. La fauvette pitchou produit une grande variété de sons et leur description peut être très subjective.

Habitat

La fauvette pitchou se reproduit en Europe Occidentale, dans toute la péninsule ibérique, le sud et l'ouest de la France, l'Italie ainsi que les îles de la Méditérranée comme la Sicile, la Corse et la Sardaigne. Sa densité est variable selon les années et cela se remarque particulièrement en Angleterre où les populations sont peu répandues localement dans les comtés du sud et sensibles aux températures hivernales et aux fortes précipitations. Dans le nord de son aire de répartition, elle se tient presque toujours dans les landes et dans les broussailles, souvent près des côtes abritées. Plus au sud, elle fréquente divers habitats buissonneux parsemés d'arbres, des flancs des collines aux touffes de salicornes des terrains salés. Elle peut être abondante dans les zones côtières. En hiver, on la retrouve également dans les buissons bas épars des zones semi-désertiques d'Afrique du Nord.

Comportement traits de caractère

Les fauvettes pitchous sont très sensibles aux conditions atmosphériques. Lorsque les hivers sont rudes, dans la partie nord de son aire de répartiton, la mortalité peut être importante. Dans le sud de l'Angleterre on recensait 460 couples en 1960-61. Après l'hiver de 1963, il n'en subsistait plus que 11. Les chiffres ont progressivement remonté pour atteindre 70 couples en 1970 et 560 en 1974. Ces statistiques mettent en évidence la variation dans la densité des populations. Ces oscillations ne sont probablement pas aussi importantes dans la péninsule ibérique et en Europe Méridionale où l'oiseau rencontre des températures plus douces et trouve des terrains et des types de végétation plus propices pour s'abriter. Néanmoins, en hiver, on note quelques mouvements erratiques, les oiseaux vivant en altitude descendant dans les vallées, le long du littoral ou dans les plaines agricoles pour y trouver des conditions plus favorables. Des mouvements de plus grande envergure prennent naissance dans toute la péninsule. En hiver, on rencontre des pitchous aux îles Baléares où ils ne nichent pas habituellement. Un nombre non négligeable de fauvettes traversent les détroits de la Méditerranée pour se rendre en Afrique du Nord. Les bandes abondantes sur le littoral marocain entre octobre et mars pourraient être en partie d'origine européenne, la présence massive de ces oiseaux en cette période de l'année ne se justifiant pas uniquement par le regroupement d'espèces africaines.
Le vol : La pitchou chante souvent en vol en prenant de la hauteur. Elle évoque la Mésange à longue queue par sa silhouette et son vol quelque peu sautillant.

Alimentation mode et régime

Son alimentation est fondamentalement insectivore. Elle capture des petits coléoptères, des lépidoptères de toute taille et leurs chenilles, des diptères (tipules de prairies, mouches, chironomidés qui sont des insectes de petite taille ressemblant beaucoup à des moustiques), etc. Les araignées, si abondantes entre les plantes épineuses, peuvent constituer une bonne ressource durant l'hiver. La matière végétale ne doit probablement pas être exclue de son alimentation pendant les mois d'automne et d'hiver. Les graines de graminées et les fruits sylvestres semblent en effet concentrer des petits groupes de fauvettes.

Reproduction nidification

Au mois de mars, les mâles entreprennent déjà les premiers vols de parade. Aux premiers jours d'avril, excepté s'il pleut, il est courant d'entendre leurs chants ininterrompus qui, malgré leur brièveté et leur faible intensité, peuvent être perçus à distance considérable. Comme le territoire que chaque couple occupe est très petit, les mâles réalisent des exhibitions modestes, voltigent avec les ailes et la queue déployées et se posent en faisant enfler les plumes de leur visage et de leur tête de manière à ce que celle-ci semble prendre une grandeur exagérée pour un oiseau d'une aussi petite taille. Dans le sud de l'Europe, le début de la reproduction dépend étroitement de la température ambiante et des précipitations. Les nids que les mâles ébauchent sont constitués simplement de quelques touffes d'herbes sèches accumulées si bien que parfois il est difficile de savoir s'il s'agit réellement de commencements de nids ou si ce sont uniquement des matières végétales tombées là par hasard. La plupart des nids sont situés dans des basses touffes de bruyère (Calluna vulgaris) ou dans des buissons épineux. Quelques-uns, rares, sont placés à l'intérieur de massifs de ronces. La hauteur au-dessus du sol est variable : très bas dans la bruyère, aux environs de 25 cm, entre 40 cm et 1 mètre 30 dans les buissons épineux et à hauteur moyenne entre 50 et 80 centimètres dans les ronces.
La femelle effectue la plus grande part du travail, arrangeant et remettant d'aplomb l'herbe sèche et la mousse sur la structure que le mâle a installé préalablement. L'intérieur est garni de fines tiges sèches de bruyère, des radicelles, d'herbe fine, de laine et de quelques plumes. Elle y rajoute aussi des poils, des crins et des toiles d'araignée qui couvrent et compriment les bords du nid. A partir du 10 avril, les nids sont terminés en de nombreux lieux, mais la ponte ne commence pas en général avant la seconde quinzaine du mois. Elle est constituée normalement de 3-4 œufs, quelquefois 5. Les dépôts de six œufs sont exceptionnels. Leur couleur est blanc sale ou verdâtre pâle avec des petits points brun olivacé, gris cendré ou brun rougeâtre, en général bien répartis sur toute la surface mais quelquefois concentrés sur une extrémité de l'œuf. Beaucoup de fauvettes pitchous ne commencent pas la ponte avant la première semaine de mai. L'incubation est réalisée presque entièrement par la femelle et elle est rarement relayée par le mâle. Les poussins qui éclosent au bout de 12 ou 13 jours naissent sans duvet et possèdent une peau très sombre. L'intérieur de leur bouche est jaune pâle avec deux points noirs à la base de la langue. Les deux parents s'occupent du nourrissage des jeunes, les gavant d'insectes et surtout de petites chenilles. Les petits quittent le nid au bout de 12 ou 13 jours mais ils peuvent anticiper leur départ s'ils sont dérangés ou s'ils souffrent d'une trop grosse chaleur. Les fauvettes pitchous mènent à terme deux couvées par saison. L'éventualité d'une troisième couvée n'est pas exclue si les conditions sont favorables.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Espèce à surveiller en France. Vulnérable en Europe. Le bastion de l'espèce, situé sur la péninsule ibérique, connaît une dégradation des habitats favorables occasionnant une chute lente des effectifs.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/01/2004 par Alexandre Knochel avec la participation de Georges Olioso et Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net