Fou austral

Morus serrator - Australasian Gannet

Systématique
  • Ordre
    :

    Suliformes

  • Famille
    :

    Sulidés

  • Genre
    :

    Morus

  • Espèce
    :

    serrator

Descripteur

Gray, GR, 1843

Biométrie
  • Taille
    : 91 cm
  • Envergure
    : 160 à 170 cm.
  • Poids
    : 2350 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le fou austral est le troisième membre du genre Morus. A bien des égards et par bien des caractères, il ressemble au Fou de Bassan (Morus bassanus) et au Fou du Cap (Morus capensis).
Chez les adultes, la plupart du plumage est blanc, excepté les rémiges primaires qui sont noires, de même que les larges extrémités des secondaires. La queue, longue et arrondie, affiche quatre rectrices centrales noires qui contrastent avec les rectrices externes blanches.
Comme chez le Fou de Bassan, la ligne noire qui recouvre la gorge est assez brève.
La tête et le cou sont couleur abricot foncé avec une légère nuance dorée qui se fond imperceptiblement dans le blanc de la gorge. Les iris gris-acier clair sont entourés d'un anneau orbital qui est d'un bleu plus soutenu que chez les autres membres du genre Morus. Les lores sont noirs, formant un petit masque qui va jusqu'au bec. Le bec puissant est gris-bleu pâle, avec la base et les bords des mandibules noirs. Les pattes et les doigts palmés sont noir grisâtre. Les orteils sont verdâtre pâle sur la ligne saillantes des orteils.
Les deux sexes sont rigoureusement identiques.
Au début, le juvénile est majoritairement brun foncé, puis son plumage atteint le blanc de l'adulte en passant par des phases intermédiaires tachetées de brun et de blanc. Il peut arriver à la maturité sexuelle vers l'âge de 5-6 ans.
Les fous australasiens ont une apparence très semblables aux fous du Cap et de Bassan. Avec une grande attention, ces différentes espèces peuvent être reconnues, car la couleur jaune du capuchon et de la nuque ont un taux de saturation différente, ce qui entraîne une vivacité plus ou moins importante de leur coloration.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Australasian Gannet,
  • Alcatraz Australiano,
  • Alcatraz-australiano,
  • Australtölpel,
  • ausztrál szula,
  • Pacifische Jan van Gent,
  • Sula australiana,
  • Australisk sula,
  • Australsule,
  • sula žltohlavá,
  • terej australský,
  • Australsk Sule,
  • australiansuula,
  • Australiese Malgas,
  • mascarell australià,
  • głuptak australijski,
  • Австралийская олуша,
  • オーストラリアシロカツオドリ,
  • 澳洲鲣鸟,
  • 澳洲鰹鳥,

Voix chant et cris

Quand il est à la colonie ou qu'il pêche en groupes en pleine mer, le fou austral émet des sons rauques et sonores. Le cri le plus distinctif et le plus caractéristique est un "urrah-urrah", le mâle et la femelle émettent le même type de sons mais ceux du mâle sont légèrement plus élevés. On estime généralement que les cris des fous du Cap et ceux des fous australasiens sont à peu près équivalents, mais là aussi, les cris du dernier sont plus hauts. On peut entendre des "yorr" en sourdine lorsque se déroule la parade avec le bec pointé vers le ciel. Les individus ont parfois des vocalisations particulières.

Habitat

Le fou austral a un habitat strictement pélagique. Toutefois, il vagabonde au-dessus de la plate-forme continentale et il ne s'éloigne jamais très loin des eaux côtières et du littoral. Pendant la période de nidification, il se reproduit dans des ilettes non abritées et situées au large.

Comportement traits de caractère

La plupart des fous austraux ne s'éloignent pas de leurs colonies après la ponte. Par contre, les jeunes se dispersent, notamment ceux de Nouvelle-Zélande qui traversent la mer de Tasman pour rejoindre l'Australie Méridionale. Ceux-la parcourent plus de 2 500 kilomètres par semaine. D'autres s'en vont vers le nord jusqu'au tropique du Capricorne.
Les parades sont semblables à celles des autres sulidés. Ces oiseaux sont toujours très beaux et gracieux dans leurs différentes postures, mais ils peuvent devenir agressifs envers leurs voisins dans les cas de défense du site du nid aux colonies. Dans la parade la plus connue qui se déroule près du nid, les fous australasiens élaborent des salutations de remerciements et ils étirent leur bec et leur cou vers le ciel. Les partenaires s'entrechoquent également doucement le bec (sans doute pour renforcer les liens conjugaux).
Le vol : Le fou austral a un vol puissant et agile qui lui permet des plongeons abrupts pour pêcher.

Alimentation mode et régime

Le fou austral se nourrit de pilchards (Sardinops neopilchardus), d'anchois (Engraulis australis) et de maquereaux (Trachurus novaezelandiae). Ils consomment aussi quelques autres poissons (Hyporhamphus ihi), ainsi que des calmars (Nototodarus). Les oiseaux qui nichent dans les colonies du sud-est et de la Tasmanie ingurgitent majoritairement des poissons du genre Sardinops. La plupart des proies sont capturées par des plongeons. Les fous s'approvisionnent également en attendant les chalutiers sur leurs lieux de pêche.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule d'octobre à mai. Le fou austral est très saisonnier.
Il installe son nid sur le sol, généralement en colonies denses mais composées d'un nombre raisonnable d'individus. Le nid est un monticule rudimentaire, construit avec des herbes et des algues qui sont reliées ensemble par des excréments et forment de ce fait un amas grossier.
La femelle dépose un seul œuf, rarement deux. L'incubation par les deux parents dure 44 jours. A la naissance, le poussin a la peau blanchâtre couverte de duvet blanc. Il est nourri par les deux adultes. Il est emplumé et prêt à s'envoler, au bout de 102 jours après la naissance.
Les fous australasiens sont fidèles à leurs sites, ils y demeurent une ou deux dizaines d'années et ils y reviennent sans discontinuer pendant plusieurs années consécutives. Du fait de la grande confiance qu'ils ont dans leurs habitudes, le taux de réussite dans les couvées est très important (près de 67%). Les immatures commencent à pondre vers l'âge de 6 ans, leur espérance de vie peut aller jusqu'à 33 ans.

Distribution

Le fou austral vit le long des côtes du sud-est de l'Australie, de la Tasmanie et de la Nouvelle-Zélande. Passé la reproduction, cette espèce hiverne dans les eaux voisines et remonte le long des côtes ouest jusqu'à Denham et des côtes est de l'Australie jusqu'aux environs de Rockhampton dans le Queensland.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle a décru considérablement du fait de sa persécution par les humains en cours de la première partie du XXème siècle. Les populations des oiseaux d'Australie et de Nouvelle-Zélande a marqué un net renouveau depuis mais c'est tout de même le moins courant de tous les fous . En Nouvelle-Zélande, les effectifs dans les année 80 atteignaient plus de 50 000 couples. La population australienne est passée de 6 600 couples en 1983 à 20 000 couples en 1999. 33 colonies sont connues, les plus petites regroupant seulement 3 oiseaux. La plupart d'entre elles sont protégées par la loi mais elles subissent souvent la cueillette illégale des œufs. Les fous du Cap s'hybrident avec les fous australasiens sur l'île de Saint Paul, dans l'océan Indien, chaque espèce respective se trouvant chacune à 4000 kilomètres de son aire de distribution initiale.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/01/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net