Garrulaxe ocellé

Garrulax ocellatus - Spotted Laughingthrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Léiothrichidés

  • Genre
    :

    Garrulax

  • Espèce
    :

    ocellatus

Descripteur

Vigors, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 33 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 104 à 136 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce timaliidé qui a la taille d'un pigeon peut être confondu avec le Garrulaxe géant (Garrulax maximus) mais il a un capuchon, des couvertures auriculaires et une gorge noire. La partie supérieure du dos est fauve, alors que la partie inférieure est châtain-brun. Les deux sont abondamment tachées de noir et de chamois. La queue est châtain avec une bande subterminale noire et une pointe blanche. Les rectrices extérieures brun sombre ont une extrémité blanche. Les côtés du cou présentent une couleur cendrée. Les côtés du bas du cou ont une belle teinte cannelle. Les parties inférieures sont chamois avec des mouchetures noires sur la poitrine et sur les flancs. Les deux sexes sont identiques.
Les iris sont jaune grisâtre. Le bec est couleur corne mais il est plus sombre sur le culmen et sur la pointe. Les pattes et les pieds sont couleur chair sauf le devant qui est sombre.

Les juvéniles ressemblent aux adultes mais la tête est plus brune. Les marques blanches sur les parties supérieures sont plus discrètes. La gorge est plus brune et ses bordures sont moins nettes. Les juvéniles du garrulaxe ocellé sont difficilement différentiables de ceux du Garrulaxe géant. La sous-espèce griseicauda qui vit dans l'ouest de l'aire de distribution possède une queue plus longue et bien plus grise.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Garrulax ocellatus griseicauda (w Himalayas)
  • Garrulax ocellatus ocellatus (e Himalayas)
  • Garrulax ocellatus maculipectus (n Myanmar and sw Yunnan. sw China.)
  • Garrulax ocellatus artemisiae (c China)

Noms étrangers

  • Spotted Laughingthrush,
  • Charlatán ocelado,
  • Waldhäherling,
  • pávaszemes álszajkó,
  • Bonte Lijstergaai,
  • Garrulo sghignazzante macchiato,
  • Pärlfnittertrast,
  • Plettlattertrost,
  • timáliovec okavý,
  • sojkovec kropenatý,
  • Pletskadedrossel,
  • täplänaurutimali,
  • xerraire ocel·lat,
  • sójkowiec oczkowany,
  • margotais vāvulis,
  • Лесная кустарница,
  • シロボシガビチョウ,
  • 眼纹噪鹛,
  • 眼紋噪鶥,

Voix chant et cris

Son répertoire est assez semblable à celui du Garrulaxe géant. Pendant la saison de nidification, il produit un cri perçant constitué de 8 syllabes. Son chant est un magnifique sifflement qui a des intonations humaines "tu wee, tu wee, tu witty-o". Le garrulaxe ocellé ne répond pas seulement aux cris de ses congénères, il est capable d'apporter une réplique immédiate à une imitation de son chant. En hiver, à partir du sommet d'un buisson, il délivre aussi des "Q-twe-twe-twee-koi-koi" et des "pie pie" en sourdine. Son cri territorial est "cacree-cree-cree-cree-rrr-cacree-cree" à raison de 2 "cree" par seconde. S'il est inquiet, il émet une note interrogative et basse qui se transforme en cri d'alarme strident s'il est obligé de prendre son envol.

Habitat

Les garrulaxes ocellés vivent dans les forêts éparses avec un fort taux d'ensoleillement. Ces parcelles forestières doivent nécessairement posséder un sous-bois assez fourni, avec une grosse densité d'arbustes ou de rhododendrons. Les garrulaxes ocellés apprécient également les buissons situés en bordure des champs pourvu qu'il bénéficient de la lumière et de la chaleur du soleil. Ces oiseaux fréquentent les hautes altitudes entre 2100 et 3450 mètres par toutes les saisons. Ils nichent presque exclusivement au-delà de 2800 m.

Comportement traits de caractère

Ses mœurs et ses habitudes sont assez semblables à celles du Garrulaxe géant. En dépit de sa grande taille, il n'est pas toujours très évident. Toutefois, comme il est de nature curieuse, il est assez facilement observable. Le garrulaxe ocellé vit en couple ou en petits groupes pouvant compter de 5 à 8 individus. Il déploie son activité au milieu des buissons. Il sautille également à terre, fouillant bruyamment dans les amas de feuilles avec son bec. Dans les bandes mixtes, il s'associe souvent avec les garrulaxes à face noire (Garrulax affinis).

Alimentation mode et régime

Les garrulaxes ocellés se nourrissent d'insectes, de graines et de fruits. Il semble cependant que ces oiseaux s'alimentent presque exclusivement de matières végétales, même pendant la saison de reproduction. Toutefois, les oisillons reçoivent des insectes.

Reproduction nidification

On connaît peu de choses sur les mœurs reproductives de ce garrulaxe. La saison de nidification se déroule en mai et juin. Le nid est une large coupe désordonnée qui a un diamètre d'environ 17 centimètres. Il est construit avec des brindilles, des herbes sèches et des feuilles de bambou. L'intérieur est garni avec des petites racines. Le nid est placé à l'intérieur d'un buisson ou sur un petit arbre à environ 2 mètres au-dessus du sol. Une ponte normale comprend généralement 2 œufs, de couleur bleu-vert, avec occasionnellement des petites taches brun-chocolat sur la partie la plus large de la coquille. Les œufs mesurent en moyenne 31 millimètres sur 21. Comme chez le garrulaxe à huppe blanche (leucolophus) et le Garrulaxe à gorge blanche (albogularis), les oisillons quittent le nid largement avant qu'ils n'aient achevé leur croissance.

Distribution

Les garrulaxes ocellés sont sédentaires du nord du sous-continent indien. Leur aire de distribution couvre le Népal, le Darjeeling, le Sikkim, le Bhoutan et se poursuit vraisemblablement un peu plus vers l'est, en direction du sud-est du Tibet, du nord-est de la Birmanie, du nord-ouest du Yunnan et du sud-ouest du Sichuan. 2 sous-espèces sont officiellement reconnues : G.o. griseicauda (Garwhal, Kumaon, ouest du Népal où il cohabite avec la race nominale) - G.o. ocellatus (reste de l'aire de distribution).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les garrulaxes ocellés sont plutôt communs. L'espèce n'est pas en danger. Aucune mesure particulière n'est prise pour leur protection. Contrairement à d'autres garrulaxes, leur grande taille les protège contre le parasitisme des coucous.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/08/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net