Géopélie à nuque rousse

Geopelia humeralis - Bar-shouldered Dove

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Geopelia

  • Espèce
    :

    humeralis

Descripteur

Temminck, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 130 à 150 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Géopélies à nuque rousse sont des columbidés de moyenne taille. Elles ont une taille nettement plus grande que celle des autres espèces de géopélies. Leurs parties supérieures sont gris-brun avec une évidente tache cuivrée sur le cou et d'abondantes barres très marquées. La tête et la poitrine grises sont unies et sans barres, le reste du dessous est blanchâtre avec un éclat rosâtre autour de la poitrine. La queue est relativement longue et échelonnée, les rectrices externes ont de larges terminaisons blanches. La peau nue orbitale tend vers le rosâtre.
Bien que celle-ci soit nettement inférieure en taille et ne possède pas de tache cuivrée sur le cou, la Géopélie placide est assez ressemblante. Autres caractères discriminants : la poitrine blanche légèrement barrée, la peau orbitale bleu clair et les iris bleuâtres. La Tourterelle tigrine avec laquelle elle cohabite au Queensland et dans les Nouvelles-Galles est parfois confondue à cause des mêmes motifs ornementaux de la queue. Elle se distingue par son dessous entièrement vineux.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Geopelia humeralis gregalis (s New Guinea)
  • Geopelia humeralis headlandi (nc Western Australia)
  • Geopelia humeralis inexpectata (n Australia, Cape York Pen.)
  • Geopelia humeralis humeralis (e Australia)

Noms étrangers

  • Bar-shouldered Dove,
  • Tortolita Humeral,
  • Pombinha-nuca-rosa,
  • Kupfernackentäubchen,
  • rozsdásnyakú földigerle,
  • Roodnekzebraduif,
  • Tortora spallebarrate,
  • Blåbröstad zebraduva,
  • Skjellryggdue,
  • holúbok medenokrký,
  • holoubek bronzovohřbetý,
  • Kobbernakkedue,
  • kukkujakyyhky,
  • tortoreta d'espatlles barrades,
  • gołąbek duży,
  • Медношейная полосатая горлица,
  • Perkutut australia,
  • ベニカノコバト,
  • 斑肩姬地鸿,
  • 斑肩姬地鳩,

Voix chant et cris

Cette espèce vociférante a un grand répertoire de cris. Le cri le plus fréquent est un "coo-coo-wook" trisyllabique et puissant qui est délivré à 2 ou à 3 reprises. Elle émet aussi un "coo-hoo" répété et qui se termine par un simple "coo" bref. Parfois, les séries de "coo" sont organisées sous forme d'éclats de rire. Les espèces de Nouvelle-Guinée ont une expression assez semblable. Durant les parades de salutation, ces géopélies produisent des sortes de grognements.

Habitat

La Géopélie à nuque rousse fréquente les zones boisées broussailleuses et les habitats de transition entre les bois, les marécages et les mangroves. Cette petite tourterelle est caractéristique des marais de palmiers pandanus qui marquent une séparation entre les forêts et les plaines inondables.
Elle est commune dans les villes tropicales et dans les régions agricoles pourvues de bouquets résiduels d'arbres.
Dans les contrées semi-arides, son habitat typique est restreint à la bordure des marais ou aux lieux qui bordent les cours d'eau et les ruisseaux. Cet habitat bien défini coïncide avec celui de la Géopélie placide, bien que cette dernière soit signalée dans des endroits plus moites et dans des zones plus broussailleuses.

Comportement traits de caractère

Ces géopélies mangent à terre, en couples ou en petites bandes qui peuvent atteindre parfois jusqu'à 40 individus, mais elles sont généralement moins grégaires que les autres geopélies. Les Géopélies à nuque rousse son actives durant la journée et elles sont très prudentes, jaillissant au moindre danger en direction d'un autre arbre. Leur vol est rapide et direct, manquant des ondulations de leurs congénères.
Les parades comprennent des salutations et des plongeons au cours desquels elles font claquer les ailes. Dans les rituels de salutations, les partenaires se font face et le mâle hérisse ses plumes, étale ses rectrices en éventail tout en produisant des cris nasaux. Ces parades sont identiques à celles de la Géopélie zébrée.

Alimentation mode et régime

Les Géopélies à nuque rousse mangent une grande variété de petites graines. La partie végétale du menu est complétée par des feuilles et des bourgeons. Dans la région de Port Moresby, dans le sud-est de la Nouvelle- Guinée, les herbes introduites de la famille des astéracées constituent la partie la plus imposante du menu, suivies de près par les herbes indigènes. En Australie, les herbes et les rhizomes des joncs constituent presque une exclusivité. Le menu est quasiment d'un seul bloc et possède très peu de variation.

Reproduction nidification

Les Géopélies à nuque rousse peuvent se reproduire pendant tous les mois de l'année, toutefois la plupart des pontes semblent se concentrer sur la fin de la saison humide et le début de la saison sèche, une période de l'année où les graines sont abondantes pour les oiseaux.
Le nid est une petite et fragile plate-forme construite principalement avec avec des morceaux de bois. Il est placé à une faible hauteur au-dessus du sol, dans un buisson ou dans un arbuste. La ponte contient 2 œufs blanc brillant qui sont couvés pendant une période qui se limite de 14 à 16 jours.
À la naissance, les poussins pèsent 8 grammes et sont recouverts d'un léger duvet fauve-clair. En captivité, les oiseaux sont totalement emplumés et capables de quitter le nid au bout de 16 à 21 jours.

Distribution

Les Géopélies à nuque rousse sont originaires d'Australasie, en Australie et en Nouvelle-Guinée. Dans le premier continent, on les trouve sur les côtes nord et est, du North West Cape jusqu'aux environs de Wallonggong en passant par la Terre d'Arnhem, le golfe de Carpentaria, le cap York, le Queensland et les Nouvelles-Galles du Sud. En Papouasie Nouvelle-Guinée, elle est restreinte à la plaine alluviale de la Fly et à la région de Port Moresby. 4 sous-espèces sont officiellement reconnues :
G. h. gregalis - sud-centre et sud-est de la Nouvelle-Guinée.
G. h. headlandi - Pilbara, région au centre de l'Australie occidentale.
G. h. inexpectat - nord de l'Australie jusqu'à la péninsule du cap York.
G. h. humeralis - côte est de l'Australie, au sud de la péninsule du cap York.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Aucun chiffre valable sur les effectifs n'a pu être fourni, mais les effectifs semblent stables depuis les années 50. Dans certaines parties méridionales de son aire, certains spécialistes ont toutefois repéré des légères fluctuations et une légère tendance à la baisse. Il est probable que l'expansion de la Tourterelle tigrine (Streptopelia chinensis) et la concurrence qui en découle soit responsable de ce déclin.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 23/02/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net