Gobemouche noir

Ficedula hypoleuca - European Pied Flycatcher

Gobemouche noir
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Ficedula

  • Espèce
    :

    hypoleuca

Descripteur

Pallas, 1764

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 21 à 24 cm.
  • Poids
    : 9 à 15 g
Longévité

9 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Muscicapidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (10 à 20 cm de longueur). Dans un premier temps, ils regroupaient principalement les gobemouches au sens large. Mais les recherches récentes ont montré qu'il fallait leur adjoindre certains taxons appartenant jusqu'alors aux Sylvid... lire la suite

Description identification

Il est bicolore : noir et blanc. Le front et le dessous du corps sont blancs, en opposition avec la tête et le dos noirs. Les ailes sont noir et blanc. La queue est noire, bordée de blanc. Dans sa taille et dans sa couleur, le gobemouche noir ressemble au Gobemouche à collier. Cependant, il présente nettement moins de blanc dans son plumage. Les mâles notamment sont dépourvus de collier blanc et chez les deux sexes les surfaces blanches sur les ailes sont réduites. Les mâles déploient une intéressante variation de couleurs en relation avec la situation géographique de leur site de nidification. A l'est et au sud de leur aire de répartition, un grand nombre d'entre eux sont gris et non noirs. Ils se distinguent des femelles uniquement par l'étendue des taches blanches sur les ailes. Chez les populations des autres régions, les mâles à plumage noir dominent et la coloration grise n'apparaît que sporadiquement. Dans les plumages "hors saison", les mâles des deux formes ressemblent aux femelles et les formes noires et grises ne peuvent être différenciées l'une de l'autre.
Les jeunes présentent un dessus brun foncé tacheté de roussâtre. Leur dessous jaunâtre est tacheté de brun à la gorge et la poitrine, ce qui donne à ces dernières parties un aspect écailleux. Les ailes et la queue sont identiques à celles des adultes en automne. Chez eux, la mue partielle intervient en juillet-août. Ils deviennent semblables aux adultes en automne bien que leurs bordures soient plus larges aux rémiges secondaires internes.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Ficedula hypoleuca hypoleuca (w and n Europe to the Ural Mts.)
  • Ficedula hypoleuca iberiae (Iberian Pen.)
  • Ficedula hypoleuca sibirica (w and sc Siberia)

Noms étrangers

  • European Pied Flycatcher,
  • Papamoscas cerrojillo,
  • Papa-moscas,
  • Trauerschnäpper,
  • Kormos légykapó,
  • Bonte Vliegenvanger,
  • Balia nera,
  • Svartvit flugsnappare,
  • Svarthvit Fluesnapper,
  • muchárik čiernohlavý,
  • lejsek černohlavý,
  • Broget Fluesnapper,
  • kirjosieppo,
  • mastegatatxes,
  • Flekkugrípur,
  • muchołówka żałobna,
  • melnais mušķērājs,
  • črnoglavi muhar,
  • Мухоловка-пеструшка,
  • マダラヒタキ,
  • 斑姬鹟,
  • 斑姬鶲,

Voix chant et cris

Le chant du gobemouche noir est mélodieux et mélancolique. Les différentes strophes composées de notes pleines de couleur sont lancées lentement avec de brefs silences. Son chant a des similitudes avec celui du rouge-queue à front blanc.

Habitat

Il fréquente les forêts de feuillus ou les forêts mixtes, les vergers de plein vent, les parcs. Cet oiseau n'aime pas les sous-bois touffus et préfère les sols dégagés et herbeux sous les arbres, ce qui facilite sa chasse aux insectes. Dans de nombreuses régions, il s'installe dans des massifs de châtaigniers, dans des vergers de vieux arbres qui lui offrent des conditions optimales. On remarque également qu'il se complait dans les terrains accidentés, les vallons et les bas versants des montagnes, plutôt que dans les plaines basses. On le trouve jusqu'à 1500 mètres d'altitude.
Son aire de répartition coïncide avec celle du Gobemouche à collier dans le centre et à l'est de l'Europe, mais il apparaît principalement au nord et à l'ouest de ce continent. Des populations isolées nichent en Espagne et au Portugal et au nord-ouest de l'Afrique

Comportement traits de caractère

Le gobemouche noir présente de nombreuses similitudes avec le Gobemouche à collier. Notamment, les parades des deux espèces sont identiques.et la principale différence réside dans leur chant. Le mâle vole autour du trou ou du nichoir qu'il a choisi et essaie d'attirer une femelle, principalement grâce aux couleurs de son plumage. Ainsi, les mâles des deux espèces séduisent plusieurs femelles sur leur territoire. Ils choisissent une cavité pour chacune d'elles et les femelles pondent toutes des oeufs qui donneront le jour à une nouvelle génération. Cette polygamie est exceptionnelle chez les passereaux. Le gobemouche noir est migrateur : il arrive en avril et repart en août-septembre. Il prend ses quartiers d'hiver au sud du Sahara.
Le vol : Le gobemouche noir effectue un petit vol stationnaire lui permettant de capturer des insectes volants.

Alimentation mode et régime

Contrairement au Gobemouche gris, il passe peu de temps dans la chasse aux insectes volants. Il préfère les chenilles, les coléoptères et les mouches qu'il trouve posés sur les feuilles ou sur le sol. En outre, les araignées, les myriapodes, les isopodes, et même les mollusques fournissent un appoint non négligeable à son alimentation. En dehors de la saison de la reproduction, à partir de la fin de l'été et du début de l'automne, il consomme également des petits fruits des graines et des baies, notamment celle du sureau.

Reproduction nidification

La période de nidification se situe en mai-juin. L'espèce est cavernicole. Le nid est haut placé, dans un trou d'arbre, un ancien nid de Pic épeiche, une cavité de mur ou une fissure de falaise. Il est constitué d'écorces, de feuilles, de brins d'herbes et garni de fibres, de crins, rarement de plumes. Le gobemouche noir utilise également des nichoirs. La ponte est composée de 5 à 8 oeufs de couleur bleu pâle. L'incubation par la femelle seule dure de 13 à 15 jours et les jeunes prennent leur envol de 12 à 17 jours après l'éclosion. Le mâle ravitaille la couveuse, de façon irrégulière et parfois pas du tout. En effet, si le mâle possède une seconde "épouse", il se désintéresse totalement de la nichée et la femelle doit se débrouiller seule. A la fin du mois de juin ou au début de juillet, les nids sont désertés et les parents entraînent leurs petits loin du lieu de leur naissance.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/11/2003 par Alexandre Knochel avec la participation de Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net