Guêpier à front blanc

Merops bullockoides - White-fronted Bee-eater

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Méropidés

  • Genre
    :

    Merops

  • Espèce
    :

    bullockoides

Descripteur

Smith, A, 1834

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 28 à 38 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'adulte a un front blanc suivi par un capuchon blanc-chamois. L'arrière de la tête et la nuque sont chamois foncé. La zone oculaire, une partie des joues et les couvertures auriculaires portent un masque noir souligné par une large bande blanche. Le menton est blanc. Le reste des parties supérieures affiche une teinte vert bleuâtre foncé, hormis les sus-caudales qui sont bleu-outremer. Les secondaires ont une bordure noire, les primaires sont foncées au bout. La gorge rouge contraste avec la poitrine et le ventre chamois foncé. Les cuisses, une partie des flancs, la région anale et les sous-caudales forment un ensemble bleu-outremer. Le dessous des ailes est chamois, le dessous de la queue, noir. Le bec présente une couleur noire. L'iris est brun foncé, les pattes gris sombre.
Les juvéniles sont identiques aux adultes. Cependant leurs couleurs rouges et bleues sont plus ternes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-fronted Bee-eater,
  • Abejaruco Frentiblanco,
  • Abelharuco-de-testa-branca,
  • Weißstirnspint,
  • fehérfejű gyurgyalag,
  • Witkapbijeneter,
  • Gruccione frontebianca,
  • Vitpannad biätare,
  • Hvitpannebieter,
  • včelárik bieločelý,
  • vlha běločelá,
  • Hvidpandet Biæder,
  • jokimehiläissyöjä,
  • Rooikeelbyvreter,
  • abellerol de front blanc,
  • żołna białoczelna,
  • Белолобая щурка,
  • シロビタイハチクイ,
  • 白额蜂虎,
  • 白額蜂虎,

Voix chant et cris

Son cri le plus fréquent est un 'gaac' ou un 'gaaouou' nasal et de faible puissance, parfois un peu dissyllabique ou un peu roulé. Son cri d'alarme est un 'ouaark' perçant.

Habitat

Le guêpier à front blanc fréquente les mêmes milieux que le Guêpier à gorge rouge : lits asséchés de cours d'eau, pâturages avec fourrés, ruisseaux permanents ou saisonniers avec rives boisées. Sa répartition est assez inégale. Local au Kenya où il se situe à des altitudes comprises entre 1400 et 2000 mètres le long de la Rift Valley, il est assez commun ailleurs dans les plaines chaudes. Cet oiseau est endémique du continent africain. Son aire commence sur les côtes atlantiques du Gabon et se poursuit vers le sud jusqu'à Porto Alexandre en Angola. De là, elle traverse toute l'Afrique jusqu'aux côtes de la Tanzanie. Elle longe le littoral de l'océan Indien au Mozambique et jusqu'à Durban au Natal. Il est aussi présent partiellement au Zimbabwe et dans l'état libre d'Orange, en Afrique du Sud.

Comportement traits de caractère

Son comportement et son organisation sociale ne sont guère différentes de ceux du Guêpier à gorge rouge (Merops Bullocki). Le guêpier à front blanc chasse sur un territoire stable défendu par un clan et qui peut être parfois aussi éloigné que 7 km de la colonie. En une seule journée, il accomplit plusieurs centaines de vols de chasse qui sont remarquables par leur diversité. Vols planés lents, poursuites rapides, brefs vols stationnaires, toutes les techniques sont adaptées pour capturer les insectes en fonction de leur localisation. Quelques proies sont également capturées à la surface de l'eau et également en vol continu à haute altitude. Quelques déplacements locaux sont enregistrés çà et là, notamment en Namibie, au Natal et au Kenya, mais il n'y a aucune preuve de véritable migration et cet oiseau est considéré globalement comme sédentaire.

Alimentation mode et régime

Les abeilles domestiques constituent près de 50% de son régime. De nombreux autres types d'abeilles et de guêpes forment pratiquement l'autre moitié. Coléoptères, punaises, mouches, criquets, termites, libellules, demoiselles, hétérocères et rhopalocères représentent la partie restante composée uniquement d'insectes volants.

Reproduction nidification

Les guêpiers à front blanc nichent en colonies denses regroupant généralement 15 à 20 nids. Parfois cependant, ces dernières peuvent atteindre jusqu'à 150 nids autour desquels gravitent 450 oiseaux. Ils élisent domicile dans les parois des ravins ou dans les berges des cours d'eau. Ces oiseaux sont monogames mais la plupart des couples bénéficient d'auxiliaires qui les assistent dans leurs tâches pendant la période de reproduction. Les mâles montent une garde vigilante auprès de leur partenaire, car, en cas d'absence, celle-ci subit les assauts impétueux de mâles étrangers. Les femelles sont poursuivies en moyenne trois à huit fois pendant la saison de nidification et ce harcèlement finit parfois par une copulation non consentie. Les femelles non appariées subissent les poursuites encore plus souvent que les autres. Elles connaissent parfaitement les nids où il y a une ponte et elles y déposent régulièrement leurs oeufs lorsque la titulaire est absente. Pour essayer de mettre un terme à cette forme de parasitisme, les femelles propriétaires restent sur leur nid près de 95% de leur temps quand elles pondent. En dépit de leurs efforts, environ 7% des oeufs d'une colonie sont des parasites. Un nid sur six est affecté par ce phénomène auquel vient encore s'ajouter le parasitisme des indicateurs.
Lorsque les parents bénéficient d'assistants, le succès des couvées est nettement plus important. Le nombre des jeunes à l'envol est multiplié par 2 par rapport à ceux qui n'en ont pas. La saison de reproduction intervient à des périodes diverses selon les régions car elle prend en compte certains paramètres locaux comme les précipitations et sa durée n'est pas la même : tous les mois de l'année, mais avec deux périodes de pointe, en octobre-février et en avril-juin au Kenya, août-septembre en Zambie et en Angola, septembre,février et avril au Zimbabwe, septembre-octobre en Afrique du Sud.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/04/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net