Gypaète barbu

Gypaetus barbatus - Bearded Vulture

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaetus barbatus

((Linnaeus, 1758))


Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés  ;

Genre : Gypaetus

Espèce : barbatus

Sous-espèces : 3 [+] [-]
Gypaetus barbatus barbatus(n, e, s AF; c, sw Asia)
Gypaetus barbatus aureus(s Europe to ne China through the Himalayas to Nepal and w Pakistan)
Gypaetus barbatus meridionalis(sw Arabia, ne, e and s Africa)

Biométrie :

Taille : 115 cm
Envergure : 250 à 282 cm.
Poids : 5000 à 7000 g

Longévité : 40 ans

Chant :

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : Baardaasvoël (af), orlosup bradatý (cs), Lammegrib (da), Bartgeier (de), Bearded Vulture (en), Quebrantahuesos (es), partakorppikotka (fi), saskeselyű (hu), Gipeto (it), ヒゲワシ (ja), Lammegribb (nb), Lammergier (nl), orłosęp (pl), Quebra-ossos (pt), Бородач (ru), bradáň žltohlavý (sk), Lammgam (sv), 胡兀鹫 (zh)

Identification :
Gypaète barbu Le Gypaète barbu est le plus grand vautour de la faune européenne. Les deux sexes sont semblables, avec la femelle plus grande que le mâle.
Ses ailes larges et pointues et sa queue cunéiforme le rendent facilement identifiable.
Le bec est fort et puissant, aplati latéralement. La mandibule supérieure est très crochue.
Les tarses sont assez courts et emplumés.
Le Gypaète barbu tient son nom des "mèches" de plumes naissant à la base des mandibules, et d'autres qui partent des joues et pendent de chaque côté du bec, en formant une curieuse barbiche noire.
Les yeux sont jaunes, entourés d'un cercle oculaire d'un rouge intense.
Le Gypaète barbu adulte a la tête couleur crème. Un masque noir entoure ses yeux, et les deux parties Gypaète barbu du masque se rejoignent sur le haut de la tête, en une fine ligne noire. Les parties supérieures (dos, ailes et queue) sont noirâtres.
Les parties inférieures sont jaune rosé avec des tons orangés, et rayées et tachetées de noir sur la gorge et le haut de la poitrine, formant un collier incomplet. La culotte est également jaune rosé orangé.
Les pattes et les doigts sont gris, munis de griffes fortes et noires.
Les immatures sont entièrement bruns, avec la tête noirâtre. Les yeux sont châtain, et contrastent avec la cornée rouge. Autour des yeux, la peau nue est gris bleuté. Il leur faudra 6 ans pour obtenir le plumage adulte.

Chant : Le Gypaète barbu lance un cri classique pendant ses périples aériens, un sifflement strident et criard "fiiiiiii".

Habitat : On le trouve dans les montagnes entrecoupées de précipices, de hauts plateaux et d'herbages. Dans l'Himalaya, il survole les plus hauts sommets, à plus de 8 000 mètres d'altitude.

Distribution : Le gypaète est présent dans les Pyrénées, les Alpes, les régions montagneuses d'Afrique du Nord. On le retrouve également en Asie, au Proche-Orient, en Iran et jusqu'en Chine.

Comportements : Ce rapace majestueux vit généralement en couple, rarement en solitaire. Il vit toute l'année en haute montagne et ne déserte Gypaète barbu son territoire qu'en cas de grand froid et par manque de nourriture. Il le défend avec acharnement contre l'intrusion de ses congénères.

Le Gypaète barbu est peu agressif dans le périmètre du nid, et il poursuit rarement les oiseaux qui s'en approchent.
En plus de son goût pour les os qu'il avale directement car ils sont dissouts par les sucs digestifs, le Gypaète barbu peut capturer des proies vivantes, comme de jeunes oiseaux de proie au nid. Il repère ses aliments en survolant son territoire en couple.

Le Gypaète barbu est sédentaire et reste sur son territoire toute l'année.

Vol : Le Gypaète barbu ne peut être confondu avec aucun autre rapace en vol. Il tournoie souvent avec les ailes horizontales. Il pratique rarement le vol battu, avec des mouvements lents, mais bien plus rapides que ceux des autres vautours.

Nidification : En automne, on peut observer le couple en train de construire ou d'aménager leurs nids. Notez le pluriel. En effet, les gypaètes construisent plusieurs aires sur leur territoire, situées dans des anfractuosités de falaises inaccessibles et parfaitement à l'abri Gypaète barbu des intempéries. Les nids sont occupés à intervalles de 4 ou 5 ans. Ce n'est pas le fruit du hasard. Ceci a pour but de permettre la disparition des parasites accumulés dans le nid. Il est situé généralement entre 700 et 2 000 mètres d'altitude, le plus souvent entre 1 500 et 1 800 mètres. Les matériaux utilisés sont multiples : branches, herbes, laine de mouton, poils d'origine animale, ossements, morceaux de peau, cordes, crins de chèvres.
La femelle gypaète dépose un ou deux œufs entre décembre Gypaète barbu et février. L'incubation dure environ de 55 à 60 jours, assurée par la femelle. En général, le poussin le plus malingre périt, affamé par le plus vigoureux, plus prompt à se nourrir.
Le femelle s'occupe attentivement du petit, et reste au nid pendant plusieurs jours. Le mâle apporte la majeure partie des proies et des os.
Il quitte le nid au bout de quatre mois, restant à proximité où il est toujours nourri par la femelle pendant deux mois de plus.

Régime : Les 3/4 de la nourriture du gypaète sont constitués d'os et de ligaments. Cette ressource alimentaire peut paraître peu nourrissante à première Gypaète barbu vue, néanmoins elle contient autant d'éléments énergétiques que la viande. De plus, elle possède l'avantage de n'être contestée par aucun autre animal. Le gypaète repère les cadavres de moutons ou de chamois. Il peut attendre patiemment que les vautours aient nettoyé la partie molle de la carcasse. Il se saisit alors de leurs os qu'il laisse tomber d'une hauteur de 50 à 100 mètres sur un pan de falaise oblique ou sur une étendue rocheuse pour les briser. Son gosier est large (70 mm) et peut engloutir des os entiers mesurant jusqu'à 25 cm et faisant 35 mm de diamètre. Cependant, en période de pénurie, il lui arrive de capturer des proies vivantes, bébés izards, petits mammifères, insectes, tortues, lézards.

Protection / Menaces : Le Gypaète barbu est l'un des rapaces les plus rares d'Europe. Dans les Pyrénées, le nombre de couple est passé de 61 à 101 entre 1995 et 2002, et l'évolution est également positive dans les Alpes, avec des programmes de réintroduction sur l'ensemble du massif.

Sources :

 

Autres liens :
Iucn
Birdlife
Avibase
Hbw Alive


Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu


Fiche créée le 01/10/2003 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 25/05/2016 04:22:25 - © 1996-2016 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu

Gypaète barbu