Hirondelle bleue

Hirundo atrocaerulea - Blue Swallow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Hirundo

  • Espèce
    :

    atrocaerulea

Descripteur

Sundevall, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 13 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cet oiseau de grande taille et au plumage spectaculaire, la totalité des parties supérieures et inférieures est bleu métallique avec des reflets irisés et brillants. Les flancs et les côtés du croupion affichent quelques plumes blanches mais celles-ci ne sont visibles que lorsque l'oiseau les lisse. Les ailes sont bleu-noir métallique, les primaires ayant un lustre un peu plus vert. La queue est noire avec un lavis bleu-vert et des stries blanches sur les plumes. Les rectrices externes sont étroites et allongées chez le mâle, formant de longs rubans dont la taille est impressionnante. Celles de la femelle sont plus courtes, autrement les deux partenaires sont identiques. Certaines femelles ont une poitrine plus terne, peut-être à cause de l'usure provoquée par la couvaison. Le bec, les pattes et les pieds sont noirs, les iris sont bruns.
Les juvéniles sont noir-fuligineux, avec un peu de lustre bleu sur le dessus. La gorge est brunâtre, les rectrices extérieures sont courtes comme chez la femelle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Blue Swallow,
  • Golondrina Azul,
  • Andorinha-azul,
  • Stahlschwalbe,
  • kék fecske,
  • Blauwe Zwaluw,
  • Rondine blu,
  • Blåsvala,
  • Blåsvale,
  • lastovička modrá,
  • vlaštovka modrá,
  • Blåsvale,
  • sinihaarapääsky,
  • Blouswael,
  • oreneta blava,
  • jaskółka długosterna,
  • Голубая (настоящая) ласточка,
  • クロハリオツバメ,
  • 蓝燕,
  • 藍燕,

Voix chant et cris

Le chant est une série plaintive et monotone de 6 à 8 notes. Le mâle chante pendant la parade mais également en de nombreuses autres occasions comme quand le couple recherche sa nourriture ou que la femelle couve. Le cri d'alarme, qui est également utilisé quand des intrus essaient de pénétrer sur le territoire, est un "peep peep" haut perché. Le cri de contact, utilisé dans la communication entre le mâle et la femelle, est décrit comme un "chip chip" calme et musical.

Habitat

Les 2 races préfèrent nicher et se nourrir dans les prairies ouvertes avec des cours d'eau qui forment des cavernes plutôt que dans les zones boisées. Le site de nidification doit être relativement exempt de végétation de façon à ce que l'hirondelle puisse voler librement pour accéder au nid. Les hirondelles bleues sont des oiseaux typiques des zones montagneuses et elles vivent généralement entre 1 500 et 2 200 mètres d'altitude au Zimbabwe. Plus au sud, elles résident à des altitudes plus modestes. Les oiseaux qui séjournent à des laltitudes basses (c'est à dire à proximité de l'équateur) nichent à des altitudes plus élevées que ceux dont l'aire de distribution est située à grande distance de l'équateur.

Comportement traits de caractère

Les hirondelles bleues vivent généralement en solitaire ou en groupes de quelques individus, se nourrissant au-dessus des prairies ouvertes, des savanes et des lisières des forêts. Comme les autres espèces d'hirondelles, elles chassent principalement les insectes aériens, se déplaçant rapidement et énergiquement ou survolant le sol à une faible hauteur dans un territoire qui est extrêmement réduit. Elles volent très rarement à une grande hauteur dans les airs. D'après une observation récente, ces hirondelles volent peu et préfèrent passer de longues période à se percher dans les bruissons et dans les broussailles, rarement sur les fils électriques. Toutefois, d'après Snell, les couples appariés aiment bien voler de concert pendant de longs moments de la journée, se perchant occasionnellement à proximité du nid.
Comme les autres espèces d'hirondelles, les hirondelles bleues réutilisent les mêmes sites chaque année. Les couples nicheurs occupent leur perchoir favori situé à proximité du nid pendant toute la saison. Le mâle et la femelle restent ensemble et ne forment pas de bandes avec les autres hirondelles. Ils adoptent une attitude résolument solitaire et ils ont un instinct territorial très developpé, chassant avec agressivité tous les intrus qui veulent pénétrer dans sa zone de préséance. Les nids sont souvent très distants les uns des autres, au minimum 400 mètres. Pendant la parade, les mâles poursuivent les femelles en chantant et en agitant les ailes.

Alimentation mode et régime

Les hirondelles bleues sont presque exclusivement insectivores. Leur menu est composé principalement de mouches diptères. Elles se désaltèrent et se baignent en volant et en rasant la surface des étendues d'eau.

Reproduction nidification

Les hirondelles bleues mènent à terme deux couvées pendant la saison de nidification qui se déroule du mois de septembre au mois de février. Près de 75% des nichées ont lieu de novembre à janvier. Dans les sites artificiels, il peut y avoir parfois 3 nichées dans l'année. Les nids sont construits sous terre, dans des cavernes, des terriers de tamanoirs ou dans des berges de rivières. Ils sont également plaqués contre des murs ou sous un toit juste sous une saillie jusqu'à 5 mètres au-dessus du sol. On signale également un grand nombre de nids dans des structures artificielles comme des galeries de mine, des tuyaux de route ou des avant-toits de maison, mais ceci semble être un phénomène assez récent. Certains sites peuvent être occupés pendant une vingtaine d'années consécutives.
Le nid, qui est souvent une structure réaménagée ou réutilisée, est une demi-sphère construite avec de la boue et des herbes. Comme beaucoup d'hirondelles du genre Hirundo, l'hirondelle bleue mélange souvent la boue avec de l'herbe quand il collecte les matériaux, plutôt que de constituer des pelotes uniquement avec de la boue. Les deux partenaires participent à la construction du nid. L'intérieur est garni avec des herbes, des radicelles et quelques plumes.
La ponte comprend 3 œufs , de couleur blanche avec des taches ou des stries brun violacé, roux, brun jaunâtre, brunes ou grises. Ils mesurent 18 millimètres sur 13 et pèsent moins de 2 grammes. L'incubation dure entre 14 et 16 jours, les petits séjournent au nid pendant 20 à 24 jours. La femelle couve seule, mais le mâle aide à nourrir les jeunes.
Les prédateurs sont peu nombreux mais les nids souffrent parfois des intempéries du climat. Les nids subissent parfois l'usure du temps et ils sont parfois abandonnés, surtout après des précipitations violentes.

Distribution

Les hirondelles bleues sont originaires de l'Afrique. Elles nichent dans des parties restreintes de l'est et du sud du continent. On les trouve au Natal, au Zoulouland, au Swaziland, dans l'est du Tansvaal et du Mozambique, au Malawi, au nord-est de la Zambie, au sud-est du Zaïre et au sud-ouest de la Tanzanie. La limite la plus méridionale de leur aire se situe sur une crête de hautes terres entre le cours supérieur de la rivière Umvoti et la rivière Karkloof. La race nominale atrocaerula niche du sud du Zimbabwe jusqu'à l'est du Natal tandis que la race lynesi niche de la Tanzanie au Malawi.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce n'est commune dans aucune partie de son aire de répartition. Les effectifs ont tellement décliné que les populations sont devenues extrêmement rares en Afique du Sud et au Zoulouland. Le statut de cette espèce est "en danger" en Afrique du Sud et "vulnérable" au Zimbabwe. Dans ce dernier pays, les densités sont faibles : elle ne dépassent pas 3 ou 4 couples par kilomètre carré et encore elles ont considérablement diminué ces dernières années. La cause du déclin est dûe à la plantation intensive de pins, d'eucalyptus et de mimosas dorés qui ont détruit progressivement les sites de nourrissage et de nidification. Le maitrise des feux et des incendies ont conduit à l'invasion des sites de nidification par la végétation et les a rendu infréquentables. Le surpâturage constitue également une cause de la détérioration. Sur 29 sites répertoriés au Transvaal, au Swaziland et au Natal, seuls 8 sont encore en activité et les oiseaux qui les fréquente sont en nombre assez réduit. Par contre, au Malawi, où la plantation des arbres est sérieusement contrôlée, les populations sont nombreuses sur certains plateaux.
Cette espèce est protégée par certaines lois locales. Spécialement, au Natal, elle est considérée comme intouchable. Des perspectives d'avenir s'offrent peut-être pour cette espèce car elle a commencé à nidifier dans des structures artificielles. Mais, même dans ces endroits, elle doit affronter la concurrence de l'Hirondelle à gorge blanche, de l'Hirondelle à tête rousse et de certains martinets.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 28/07/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net