Hirondelle de Bonaparte

Delichon dasypus - Asian House Martin

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Delichon

  • Espèce
    :

    dasypus

Descripteur

Bonaparte, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 15 à 18 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cette hirondelle de petite taille, le front, le capuchon, la nuque, le manteau, le dos et les scapulaires forment un ensemble bleu-noir lustré, avec cependant moins de reflets brillants que chez l'Hirondelle de fenêtre. Les lores et les couvertures auriculaires sont noirâtres. Le croupion et les sus-caudales les plus courtes sont blancs, alors que les sus-caudales les plus longues sont noires avec un léger lustre bleu. Les parties inférieures sont blanches du cou jusqu'à la zone anale. Les zones blanches du plumage ont une légère teinte gris fumé et de faibles indications de stries sur les plumes. Les axillaires et les sous-alaires sont gris-brun sombre. Les couvertures sous-caudales varient du gris clair au gris foncé.
Les ailes et la queue ont une couleur brun noirâtre et sont à peine lustrées. L'extrémité de la queue est légèrement fourchue. Le bec est noir, les iris brun sombre. Les pattes et les pieds sont rosâtres avec des petites plumes blanches qui atteignent les orteils.
Le mâle et la femelle sont rigoureusement identiques. Chez les juvéniles, le croupion blanc a parfois une légère teinte vineuse. Le dessus, y compris les ailes et la queue,est brun noirâtre avec quelques reflets brillants sur le manteau et les scapulaires. Le dessous est gris-blanc avec parfois un lavis vineux. Les rectrices externes sont moins fourchues que chez les adultes.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Delichon dasypus cashmeriense (Himalayas to sc China)
  • Delichon dasypus nigrimentale (s and e China, Taiwan)
  • Delichon dasypus dasypus (sc Siberia to ne China, Korea and Japan)

Noms étrangers

  • Asian House Martin,
  • Avión Asiático,
  • Andorinha-de-bando,
  • Kaschmirschwalbe,
  • ázsiai molnárfecske,
  • Aziatische Huiszwaluw,
  • Balestruccio asiatico,
  • Orientalisk hussvala,
  • Orienttaksvale,
  • belorítka východná,
  • jiřička asijská,
  • Asiatisk Bysvale,
  • aasianräystäspääsky,
  • oreneta cuablanca asiàtica,
  • oknówka wschodnia,
  • Āzijas čurkste,
  • Восточный воронок,
  • Layang-layang rumah,
  • イワツバメ,
  • 烟腹毛脚燕,
  • นกนางแอ่นมาตินพันธุ์เอเซีย,
  • 煙腹毛腳燕〔東方毛腳燕〕,

Voix chant et cris

Les cris sont similaires à ceux de l'hirondelle des fenêtres. Le doux gazouillement qui sert de chant et le cri strident émis en vol sont à peine différenciables. Pas de description détaillée des cris.

Habitat

L'habitat préféré de l'hirondelle de Bonaparte est constitué de gorges, de vallées ainsi que de zones montagneuses et de collines. Toutefois, on la trouve également sur le bord de mer dans des régions de falaises et de grottes qui représentent d'excellents sites pour la nidification. Elle se reproduit aussi à proximité des villages de montagne. Dans l'Himalaya, cet oiseau se reproduit entre 1500 et 5000 mètres d'altitude, encore que son habitat privilégié dans cette région se situe principalement de 2 400 à 4 000 mètres. Pendant la période hivernale, il choisit des paysages de colline aux altitudes plus modestes, même si on peut le trouver jusqu'à 2500 mètres en Thaïlande.

Comportement traits de caractère

Les mœurs de cet oiseau ne sont pas bien connus mais il est probable qu'elles ne soient guère différentes de celles de l'Hirondelle de fenêtre qui vit en Europe. L'hirondelle de Bonaparte vole à des altitudes assez impressionnantes en effectuant de longues glissades, de nombreux plongeons et des virages inclinés. Exactement comme sa proche cousine, elle recherche sa nourriture à de grandes hauteurs au-dessus du sol. Des bandes assez clairsemées composées également d'autres prédateurs aériens parcourent le ciel bien au-dessus des gorges, des vallées, des champs en terrasse, des canaux et des cours d'eau. Elles survolent également les incendies de forêt.
L'hirondelle de Bonaparte migre vers le sud en petites bandes. La race nominale dasypus est celle qui parcourt les plus longues distances. A partir du mois d'octobre, elle transite par les côtes orientales de la Chine, puis rejoint la péninsule malaise qui est une étape supplémentaire en direction de Singapour, des Philippines et des grandes îles de la Sonde (Sumatra, Java, Bornéo). La route et l'aire d'hivernage de la race nigrimentalis sont en grande partie inconnues. La race cashmirensis n'est pas un migrateur de longue distance. En général, elle se contente d'une simple migration altitudinale et elle rejoint les vallées abritées pour éviter les rigueurs du climat hivernal. Toutefois, on peut l'observer occasionnellement dans les plaines du nord-est de l'Inde et plus à l'est en Birmanie ou dans le nord de la Thaïlande.

Alimentation mode et régime

Leur régime est composé principalement de petites mouches, en particulier des diptères du genre Brachypera et du genre Nematocera mais aussi des pucerons de la famille des aphidés qui s'attaquent aux tiges et aux feuilles des plantes. Les hirondelles de Bonaparte apprécient également les coléoptères, les fourmis ailées et les autres hyménoptères comme les abeilles, les guêpes et les céphidés. Au menu figurent également les trichoptères, les papillons, les chrysopes et les plécoptères. On trouve aussi des larves de collemboles et de lépidoptères, ce qui suggère que cette espèce picore parfois à terre, peut-être pendant les périodes de mauvais temps.

Reproduction nidification

Les hirondelles de Bonaparte se reproduisent en colonies de quelques dizaines de couples. Parfois mais rarement, elles nichent en couples isolés. Les nids sont généralement clairsemés, il est rare qu'ils s'appuient les uns contre les autres. Néanmoins, dans les lieux où les conditions sont très favorables tels que les falaises ou les escarpements rocheux, il peut arriver qu'ils soient assez proches.
La saison de nidification se déroule de mai à juillet en Inde, d'avril à juillet en Chine et de mars à octobre dans les parties les plus septentrionales de l'aire. Deux couvées par saison sont habituellement la règle sauf en ce qui concerne la race cashmirensis qui n'en produit parfois qu'une seule.
La plupart du temps, les nids sont installés dans des falaises ou dans des grottes, mais les ponts, les bâtiments en particulier les larges immeubles tels que les temples et les hôtels ainsi que les végétaux de grande taille sont également utilisés. Toutefois, les hirondelles de Bonaparte préfèrent les sites naturels et les sites artificiels portant la main de l'homme ne sont pas aussi courants que chez l'Hirondelle de fenêtre qui vit en Europe.
Le nid est une boule ronde fabriquée avec des pelotes de boue qui sont fréquemment melangées avec des herbes, des radicelles et de la mousse. L'intérieur est garni avec des plumes, mais aussi avec des brins d'herbe, des feuilles, de la mousse, des lichens ou de la paille. La forme du nid est souvent très variable en fonction du support utilisé, mais contrairement à celui de l'Hirondelle de fenêtre, il a troujours une ouverture sur le sommet. Les nids d'hirondelle de Bonaparte ressemblent beaucoup à ceux des hirondelles rustiques, hormis le fait qu'ils paraissent longs et que le fond est conique. Le trou d'entrée est à peine suffisant pour que l'oiseau puisse y pénétrer.
La ponte comprend habituellement 3 ou 4 œufs de couleur blanche, mesurant approximativement 20 millimètres sur 14 et pesant en moyenne 2 grammes. Le mâle et la femelle se partagent l'ensemble des tâches, construisent le nid, couvent les œufs et soignent les oisillons. La durée d'incubation et le séjour des jeunes au nid ne sont pas connus mais sont sans doute assez identiques à ceux de l'Hirondelle de fenêtre. Après l'envol, les petits retournent au nid pendant quelques jours pour y dormir.

Distribution

L'hirondelle de Bonaparte remplace l'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) en Asie Centrale et Orientale. La race nominale dasypus niche dans le sud-est de l'ancienne Union Soviétique, aux îles Kouril et au Japon. Autrefois, elle se reproduisait également sur la côte est de la Corée mais à présent on ne l'y trouve guère que comme rare visiteur d'été. La race cashmirensis niche dans l'Himalaya, du sud-est de l'Afghanistan jusqu'aux provinces de l'est de l'Inde. Son aire de reproduction se poursuit vers le nord jusqu'au Tibet et au centre de la Chine. La race nigrimentalis niche au sud-est de la Chine dans les provinces de Fokien et de Kwangsi ainsi qu'à Taïwan. L'ensemble cumulé des 3 territoires couvre une superficie de plusieurs millions de kilomètres carrés

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce est très courante localement. Dans l'état acuel des connaissances, elle semble plus restreinte aux sites naturels de falaise que sa proche parente l'Hirondelle de fenêtre. Son territoire dans le sud de la sibérie semble s'être étendu au cours des dernières années, notamment dans les monts Khamar-Daban, une chaîne montagneuse qui longe la côte sud-est du lac Baïkal en Russie. La population globale n'est pas quantifiée mais elle est classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/03/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net