Hirondelle de l'Angola

Hirundo angolensis - Angolan Swallow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Hirundo

  • Espèce
    :

    angolensis

Descripteur

Barboza du Bocage, 1868

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 16 à 18 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cette hirondelle de moyenne taille, la totalité des parties supérieures, y compris les scapulaires, les grandes, les moyennes couvertures et les tertiaires, présente une couleur bleu métallique avec des reflets verdâtres, le lustre étant plus prononcé et plus remarquable en plumage frais. Les lores ressemblent à du velours noir, les couvertures auriculaires sont bleu brillant. Le front, le menton, la gorge et la partie haute de la poitrine affichent une teinte roux-châtain foncé. On peut apercevoir une étroite bande pectorale bleu métallique qui est brisée dans sa partie centrale. Les plumes qui composent le reste des parties inférieures sont brun cendré avec de larges stries noires et des pointes chamoisées. Les axillaires et les sous-alaires sont d'un gris cendré plus sombre que celui du dessous. Le bord des ailes est orné de bleu métallique. Les primaires, les secondaires et les grandes couvertures alaires sont noires avec un lustre bleu. La queue, qui est modérément fourchue, est noire avec de nets reflets bleus. Toutes les rectrices, hormis la paire centrale, ont des filets intérieurs blancs et une pointe terminale bleu-noir.
Le bec est noir, les iris bruns. Les pattes et les pieds sont brun sombre ou noir violacé. Les sexes sont identiques mais les femelles ont des rectrices extérieures moins longues.
Les juvéniles sont assez semblables aux adultes. Néanmoins, ils sont plus ternes, plus bruns, avec des parties supérieures et une bande pectorale moins lustrées. Les parties rousses de la gorge et de la poitrine sont plus pâles. Les rectrices externes sont plus brèves.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Angolan Swallow,
  • Golondrina Angoleña,
  • Andorinha de Angola,
  • Angolaschwalbe,
  • angolai fecske,
  • Angolese Zwaluw,
  • Rondine d'Angola,
  • Angolasvala,
  • Angolasvale,
  • lastovička angolská,
  • vlaštovka angolská,
  • Angolasvale,
  • angolanhaarapääsky,
  • Angolaswael,
  • oreneta d'Angola,
  • jaskółka angolska,
  • Ангольская (настоящая) ласточка,
  • ハイバラツバメ,
  • 安哥拉燕,
  • 安哥拉燕,

Voix chant et cris

Le chant est un gazouillement faible qui ne porte pas à longue distance. Il est souvent produit pendant les vols de parade au cours desquels les ailes sont maintenues vers le bas et agitées de petits tremblements. Pas de description en ce qui concerne le cri de reconnaissance et le cri d'alarme.

Habitat

Le hirondelles de l'Angola fréquentent une grande variété d'habitats , des prairies de montagne, des zones herbeuses ouvertes et parsemées de buissons jusqu'aux terres cultivées. On les trouve également à la lisière des marécages, des forêts et en bordure des rivières. On peut aussi assez souvent les observer à proximité des villages ou aux abords des clairières ou des zones qui ont été éclaircies.

Comportement traits de caractère

L'hirondelle de l'Angola est un oiseau plutôt solitaire. On peut l'observer souvent seul ou en couple. Lorsqu'elle se déplace et qu'elle est dans les airs, elle semble moins active et surtout moins agile et moins adroite que sa proche parente l'Hirondelle rustique. Pendant la période de nidification, elle niche fréquemment en couple isolé ou en toutes petites bandes, bien que des groupes plus importants soient parfois remarqués. Ainsi, à Mouila au Gabon, on a pu observer dans un immeuble une colonie qui regroupait près de cent cinquante individus.
Les mouvements de cette espèce ne sont pas bien connus. Dans certaines parties de son aire de distribution, elle est sédentaire mais quelques déplacements locaux sont parfois observés après la reproduction. En Afrique de l'Est et en Zambie, cette hirondelle est partiellement migratrice. Les mouvements ont lieu principalement d'août à mars, aussi est-elle absente pendant la majorité des mois humides. Dans les régions montagneuses, des déplacements altitudinaux peuvent avoir lieu.

Alimentation mode et régime

Son menu est composé principalement d'insectes attrapés en vol, en particulier les fourmis volantes. De nombreux observateurs signalent également des éphémères vulgaires et des mouches de la famille des diptères, un régime qui n'a rien de très original pour une espèce de la famille des hirundinidés.

Reproduction nidification

En Afrique Orientale, cette espèce niche exclusivement pendant la saison des pluies. En Ouganda, il s'agit généralement des périodes qui vont de février à juin et d'octobre à décembre. En Tanzanie, la saison des nids se déroule de novembre à mai. En Angola, de nombreux rapports la signale en septembre tandis qu'en Zambie, la période privilégiée est octobre-décembre. Dans le sud du Zaïre, les hirondelles de l'Angola pondent en août, dans l'est du pays, elles déposent leurs œufs de mars à mai et en décembre. Enfin, au Gabon, deux mois sont particulièrement répertoriés, mai et septembre.
Ces oiseaux mènent habituellement à terme 2 couvées par saison. Les nids sont placés sous les avant-toits des maisons, dans des vérandas, sous le surplomb de certaines falaises, sous la voute de ponts ou dans des grottes. Les édifices sont des sortes de demi-coupes construites avec des pelotes de boue et des herbes sèches. L'intérieur est garni avec des plumes comme ceux des hirondelles rustiques. Le nid est parfois accroché à un support tel qu'un chevron de toit ou à un arbalétrier mais, la plupart du temps, il est simplement collé à une paroi verticale et il y a le vide sous lui.
La ponte comprend entre 2 et 4 œufs, de couleur blanche avec des taches brun-rouge. Ces derniers mesurent en moyenne 19 millimètres sur 13 et demi. Les durées d'incubation et du séjour des jeunes au nid ne sont pas connues, mais elles sont probablement assez semblables à celles de l'Hirondelle rustique (voir cet oiseau).

Distribution

Les hirondelles de l'Angola sont originaires de la zone équatoriale du continent africain. La race nominale angolensis vit au Gabon et au Zaïre, mais son aire de distribution se poursuit en direction de l'est jusqu'au Rwanda-Burundi et jusqu'à certains districts de l'ouest de la Tanzanie. Elle s'étend également en direction du sud en Angola jusqu'aux rivières Kunene et Okavango ainsi que dans le nord de la Zambie et au Malawi. La race arcticincta est présente en Ouganda, dans l'ouest du Kenya et le nord-ouest de la Tanzanie (île Komo).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife, l'aire de distribution mesure environ 1 800 000 kilomètres carrés. La population globale n'est pas quantifiée et sa tendance n'est pas évaluée. Cette espèce n'est pas très commune sur une grande majorité de son aire. Ses densités sont assez variables. Toutefois, en Afique Orientale (Ouganda, Kenya, Tanzanie), elle est assez courante. A l'intérieur de l'Angola, elle est plutôt rare. Sa présence au Gabon semble assez récente et elle paraît être en expansion dans ce pays. L'hirondelle de l'Angola n'utilise pas beaucoup les sites artificiels, elle n'a donc pas profité du développement récent des habitations. Elle est néanmoins classée comme "de préoccupation mineure".

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 25/01/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net