Hirondelle du désert

Ptyonoprogne obsoleta - Pale Crag Martin

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Ptyonoprogne

  • Espèce
    :

    obsoleta

Descripteur

Cabanis, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 27 à 30 cm.
  • Poids
    : 12 à 15 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cet oiseau des contrées arides, la totalité des parties supérieures est gris-brun pâle, excepté les ailes et la queue qui sont légèrement plus sombres. Toutes les rectrices ont une tache blanche sur les filets intérieurs hormis la paire centrale et celle qui est le plus à l'extérieur. Une tache noire macule le devant de l'œil. Les côtés de la face ont une couleur identique à celle du dessus.
Les plumes des parties inférieures, blanches avec une teinte fauve, virent progressivement au brun pâle sur les flancs, le bas de l'abdomen et les couvertures sous-caudales. Les axillaires et les couvertures sous-alaires sont brun cendré, ces dernières avec de fines extrémités claires.
Les pattes et les pieds sont brun grisâtre terne. Le bec et les yeux sont brun noirâtre.

Indications subspécifiques 7 Sous-espèces

  • Ptyonoprogne obsoleta obsoleta (Egypt to Turkey and Iran)
  • Ptyonoprogne obsoleta spatzi (s Algeria, sw Libya and n Chad)
  • Ptyonoprogne obsoleta presaharica (s Morocco, n Mauritania and nc Algeria)
  • Ptyonoprogne obsoleta buchanani (Niger)
  • Ptyonoprogne obsoleta arabica (n Chad to n Sudan, sw Arabia, n Somalia and Socotra)
  • Ptyonoprogne obsoleta perpallida (ne Saudi Arabia and s Iraq)
  • Ptyonoprogne obsoleta pallida (e Iran, s Afghanistan and Pakistan)

Noms étrangers

  • Pale Crag Martin,
  • Golondrina pálida,
  • Wüstenschwalbe,
  • Vale Rotszwaluw,
  • Rondine montana pallida,
  • Blek klippsvala,
  • Ørkensvale,
  • lastovička púštna,
  • vlaštovka světlehnědá,
  • Lys Klippesvale,
  • aavikkopääsky,
  • jaskółka płowa,
  • palsā čurkste,
  • Пустынная скалистая ласточка,
  • ウスチャイロツバメ,
  • 灰喉燕,
  • 灰喉燕,

Voix chant et cris

D'après Ali et Ripley, l'hirondelle du désert possède un répertoire qui n'est guère éloigné de celui de l'Hirondelle concolore ou de celui de l'hirondelle des rochers (Ptyonoprogne rupestris). Son chant est un gazouillement bas et sa communication est extrêmement discrète.

Habitat

Les hirondelles du désert remplacent les hirondelles des rochers (Ptyonoprogne rupestris) dans les zones tropicales, désertiques et montagneuses, à des latitudes plus basses donc plus chaudes.
Ces oiseaux vivent presque exclusivement à proximité des rochers, des grottes et des falaises car ils représentent les milieux naturels qui leur conviennent le mieux pour la nidification. Ils n'ont de préférence pour aucun type particulier d'escarpement, ils sont aussi courants dans les milieux où affleurent des roches calcaires, grèseuses, granitiques ou volcaniques. Les hirondelles du désert fréquentent des altitudes assez différentes : rien qu'au Yémen, leur habitat se répartit du niveau de la mer jusqu'à 3 600 mètres.
En Afrique du Nord, ces oiseaux occupent les gorges et les ravins, mais en Egypte on les trouve également près des monuments en ruine et dans les villages de désert comme Assouan.

Comportement traits de caractère

Les hirondelles du désert vivent habituellement en solitaire ou en couples, mais pendant l'hiver, elles adoptent un comportement plus grégaire et elles se rassemblent en petites bandes pouvent atteindre une trentaine d'individus. Dans le centre de la péninsule arabique et dans le gouvernorat de Dhofar au sultanat d'Oman, ces oiseaux constituent même de vastes rassemblements contenant plusieurs centaines de membres.
Les hirondelles du désert sont majoritairement sédentaires mais il existe quelques mouvements saisonniers dont l'ampleur n'est pas bien connue. Ainsi, les populations nord-africaines restent-elles sur place une grande partie de l'année mais des déplacements sont perceptibles grâce à la fluctuation dans les effectifs, notamment pendant la période qui va d'octobre à janvier. En Arabie Saoudite, de larges rassemblements se forment à partir du mois de décembre lorsqu'il s'agit d'exploiter les abondantes ressources alimentaires. Au Pakistan et en Afghanistan, on assiste également à des mouvements locaux (Ali et Ripley).

Alimentation mode et régime

Le régime est composé presque exclusivement d'insectes volants. Les hirondelles du désert consomment en effet des coléoptères, des abeilles, des guêpes, des fourmis, des punaises, des mouches, des chrysopes et des hémérobes. En plus, elles ingurgitent aussi des moustiques, des termites et des sauterelles. Les autres hirondelles ne fréquentent pas ce genre d'habitats, elles préfèrent généralement des lieux plus humides. De ce fait, ils ne sont pas des compétiteurs pour la nourriture.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule du mois de février au mois d'avril dans le nord-ouest de l'Afrique ainsi qu'en Arabie. En Ethiopie, elle a lieu en janvier-mars et en octobre-novembre. En Asie, les œufs sont déposés entre avril et juin. La plupart du temps, il ya deux couvées par saison. Les nids sont généralement placés sur des facades rocheuses de falaise, juste sous un surplomb. Il arrive toutefois qu'ils soient installés à l'intérieur d'un bâtiment, sous une corniche ou une véranda. Ils ont la forme d'une demi-coupe profonde construite avec des boulettes de boue et aucun matériau végétal n'y est incorporé. L'intérieur est garni avec des fines herbes et des plumes. Les 2 parents unissent leurs efforts pour le bâtir. En Arabie, après avoir été réaménagés, les nids sont souvent utilisés pendant plusieurs années consécutives.
La ponte comprend entre 2 et 5 œufs , de forme allongée, de couleur blanche avec un lustre brillant et des petites taches noires et gris violacé. Les 2 parents couvent à tour de rôle pendant 16 à 18 jours. La durée du séjour au nid pour les jeunes n'est pas précisée. En cas d'échec ou de destruction d'une couvée, une ponte de substitution est souvent mise en place.

Distribution

Les hirondelles du désert possèdent une vaste aire de distribution qui s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres d'ouest en est. Leur territoire se déploie de l'Atlas marocain jusqu'au Pakistan, en passant par le Sahara, le nord-est de l'Afrique, l'Arabie, l'Iran et l'Afghanistan.
Huit sous-espèces sont officiellement reconnues : H. o. obsoleta (Egypte, Sinaï, dépression de la mer Morte, Arabie jusqu'au sud-ouest de l'Iran) - H. o. perpallida (nord-est de l'Arabie et sud de l'Iraq) - H. o. presaharica (montagnes de l'Atlas saharien, en Algérie, au Maroc et jusqu'à la Mauritanie) - H. o. spatzi (Sud-Algérie, Sud-Libye, Tchad et Mali) - H. o. pallida (centre-est de l'Iran, Afghanistan et Pakistan) - H. o. buchanani (Niger) - H. o. arabica (province soudanaise de la mer Rouge, sud-ouest de l'Arabie, Nord-Somalie) - H. o. pusila (Mali, ouest-centre du Soudan, Erythrée, et Centre-Ethiopie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Son statut est assez difficile à établir, car cette espèce est souvent traitée comme une race de l'hirondelle isabelline (Ptyonoprogne fuligula). Toutefois, une étude assez récente réalisée en Arabie estime que les trois races qui vivent dans la péninsule (obsoleta, arabica et perpallida) constituent à elles seules plus de 150 000 couples. De ce fait, Wikipedia estime que l'hirondelle du désert peut être classée comme de préoccupation moindre.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Hirondelle du désertFiche créée le 01/03/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net