Huîtrier à long bec

Haematopus longirostris - Pied Oystercatcher

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Haematopodidés

  • Genre
    :

    Haematopus

  • Espèce
    :

    longirostris

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 51 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 602 à 710 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le blanc du croupion continue jusqu'au bas du dos, formant un ensemble assez developpé qui se termine par une ligne droite et directe. A contrario, la bande alaire est assez réduite, la presque totalité des rémiges affichant une belle teinte noire.
Si on n'y regarde pas de trop près, l'huîtrier à long bec ressemble superficiellement à l'Huîtrier pie européen (Haematopus ostrelagus) mais il a une taille bien plus grande.
Le dernier nommé se distingue aussi par du blanc plus développé sur le dos, se terminant en un "V" plus affuté et plus tranchant entre les épaules. Contrairement à celui de l'huîtrier européen, le plumage de l'huîtrier australien n'a pas de variation saisonnière. Le plumage nuptial est quasiment identique au plumage éclipse.
L'huîtrier à long bec peut être différencié des formes "pie" des huîtriers de Chatham et des huîtriers variables (H. unicolor) par l'aspect tranchant de la bordure du bas de la poitrine. Il est différencié de l'Huîtrier d'Amérique et de l'huîtrier de Garnot par la couleur des iris (voir ci-dessous, parties nues).
La femelle est plus grande et possède un plus grand bec que le mâle (voir données biométriques). Les parties noires des juvéniles sont brunâtres, leurs parties nues sont plus ternes. Chez les adultes de la race nominale, les iris sont rouge écarlate. Le bec est très allongé, de couleur orange, avec une petite tache rose à la pointe. Les pattes ont les mêmes couleurs que le bec.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pied Oystercatcher,
  • Ostrero Pío Australiano,
  • Piru-piru-australiano,
  • Australischer Austernfischer,
  • ausztrál csigaforgató,
  • Australische Bonte Scholekster,
  • Beccaccia di mare bianconera,
  • Australisk strandskata,
  • Australtjeld,
  • lastúrničiar dlhozobý,
  • ústřičník dlouhozobý,
  • Australsk Strandskade,
  • australianmeriharakka,
  • garsa de mar becllarga,
  • ostrygojad długodzioby,
  • Австралийский пегий кулик-сорока,
  • Kedidir belang,
  • ミヤコドリ,
  • 澳洲斑蛎鹬,
  • 斑蠣鴴,

Voix chant et cris

Le cri qui est entendu le plus couramment est un "peep" ou un "pi-peep" sifflant et musical que les oiseaux répètent à de multiples reprises pendant la période nuptiale. Pendant la parade, les 2 partenaires initient un duo : le premier oiseau délivre un "peep" simple auquel son interlocuteur répond par un trille mélodieux qui prend volume, s'estompe progressivement puis s'éteint complètement ce qui donne : "pipipipi-pi-pi-pi-pee-peeeu-peeeu-peeeu". Ces notes semblent assez différentes de celles des autres membres de la famille. En groupe, ces huîtriers donnent un concert de notes puissantes et continues.
En dehors du chant de parade, le répertoire semble assez similaire à celui de l'Huîtrier fuligineux et des autres congénères.

Habitat

Les huîtriers à long bec, également appelés huîtriers pies d'Australie, nichent dans les marais salants ainsi que sur les plages de sable et de galets. On les trouve aussi sur les dunes et dans les prairies.
En dehors de la saison de nidification, on peut habituellement les apercevoir dans les vasières qui recouvrent les estuaires et sur les plages sablonneuses qui longent le littoral.

Comportement traits de caractère

En dehors de la saison de nidification, les huîtriers à long bec sont assez grégaires ; ils forment des bandes parfois assez conséquentes mais il n'y a pas ce qu'il est convenu d'appeler de véritables migrations. En principe, ils nichent à tous les endroits où ils résident. Les côtes méridionales de la Nouvelle-Guinée sont probablement toutefois une exception : les huîtriers qu'on y perçoit n'étant sans doute que de simples visiteurs hivernaux. Si c'est le cas, on ignore d'où ils proviennent.

Alimentation mode et régime

Les huîtriers à long bec consomment des vers polychètes qui sont des annnélidés dont le corps est recouvert de parapodes munis de soies. Ils ingurgitent également des gastéropodes et des coquillages bivalves tels que les moules (mytulis) et les lucines (codakia). Leur régime alimentaire comprend aussi des crustacés, des insectes et des poissons. Tous les huîtriers ingèrent une grande variété de proies qu'ils attrapent en utilisant un grand nombre de techniques. Le martellement, les techniques de levier, l'exploration ou l'investigation, le poignardage sont les stratégies les plus courantes. Le long bec orange constitue l'outil qui est le plus souvent utilisé.

Reproduction nidification

Les huîtriers à long bec se reproduisent de mai à septembre dans le nord, et d'août à janvier dans le sud. Le nid est un grattage peu profond dans le sol, il est généralement placé sur le sol, à proximité du plus haut point de la marée montante. La ponte contient de 1 à 3 œufs dont l'incubation dure entre 28 et 32 jours.
A la naissance, les poussins sont recouverts d'un duvet gris-brun foncé avec des rayures brun foncé sur le dos et des marques sombres sur les fémurs. Le bas de la poitrine et le ventre sont blancs.
Les juvéniles sont totalement emplumés et prennent leur envol entre 42 et 49 jours, parfois le départ est retardé jusqu'à 56 jours. Le taux de réussite des couvées n'est pas très important : 0,27 à 0, 89 poussin par couple et par année, ce qui peut sembler faible à première vue, mais qui est dans le norme moyenne chez les oiseaux de cette famille. Les oisillons restent sur le territoire de leurs parents pendant 1 à 6 mois. Ils atteignent la maturité sexuelle et commence à se reproduire à partir de l'âge de 4 ans, parfois pas avant 6 ans.
Les huîtriers à long bec établissent des liens conjugaux de longue durée, ils utilisent le même nid pendant de nombreuses années consécutives, ne changeant de site qu'en cas de destruction inopinée.

Distribution

Les huîtriers à long bec sont originaires d'Australasie. Leur aire de distribution couvre les côtes de l'île Kaï, au sud-est de l'archipel des Molluques, des îles Aru et de la Tasmanie. Cependant, la plus grande partie de leur territoire est constituée par la presque intégralité des côtes du continent australien. Parfois, cet échassier moyen visite localement les côtes méridionales de la Nouvelle-Guinée, toutefois sans y nicher. L'huîtrier à long bec est considéré comme un très proche parent de l'Huîtrier pie européen (Haematopus ostralegus ). Il s'hybride occasionnellement avec l'Huîtrier fuligineux avec lequel il cohabite en Australie uniquement.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce qui appartient à la super-famille des échassiers n'est pas globalement menacée, encore qu'elle constitue une victime assez courante pour les véhicules tout-terrain qui font des incursions dans son milieu de vie. C'est de loin l'huîtrier le plus commun sur le territoire australien, ses effectifs minimaux atteignant les 10 000 individus. On a répertorié plus de 20 colonies qui regroupent plus de 100 oiseaux, ce qui constitue un total de 5680. Ces oiseaux sont aperçus principalement dans les larges baies de l'état de Victoria, de la Tasmanie et de l'Australie Méridionale. On les trouve sans discontinuer de la péninsule d'Eyre jusqu'au détroit de Bass.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Huîtrier à long becFiche créée le 06/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net